Ainsi gèlent les bulles de savon de Marie Vareille

30 mai 2021

Je ne ma que aucune parution de Marie Vareille. Sa jolie écriture est toujours au service d’un message contemporain et j’ai été très sensible à celui-ci.

Je ne dévoilerai pas grand-chose de l’intrigue parce qu’il faut la découvrir. Nous allons suivre plusieurs histoires racontées par trois femmes. Claire lance le bal par une jolie nouvelle, celle de sa grossesse, désirée, souhaitée et commence alors l’attente de neuf mois pour que celle qu’elle appelle sa « coquillette » naisse. Il y a ensuite Océane, une jeune femme de dix-neuf ans, qui s’apprête à commencer aux États-Unis des études de médecine, ce qui n’est peut-être pas son plus cher désir. Et puis, il y a Éva, une auteure à succès que Claire va rencontrer et pour qui elle va travailler. On se doute bien que ces femmes ont un ou des points communs. La façon dont le livre est écrit, les passages à la première personne, réservés à Claire, d’autres racontés en italique, sont des indices mais je n’en dirai pas plus.

Le thème central est la maternité. C’est évident pour Claire, dans d’autres moments aussi. Là aussi, je ne précise pas de quoi il est question mais toute mère se reconnaîtra dans les nombreux exemples de la maternité, surtout au bout de quelques jours après la naissance, lorsqu’on a un tout petit bébé, dont on ne comprend pas toujours les besoins, qu’on aime à la folie, mais qui est aussi une responsabilité énorme, un engagement total et un poids considérable sur les épaules de la mère. On n’apprend pas à le devenir et on peut se retrouver bien seules parfois. J’ai été très sensible à ce message, tabou. Si un enfant est très souvent un bonheur totale pour ses parents, on oublie de préciser que tout n’est pas merveilleux ! Merci à Marie Vareille d’avoir développé ce message avec bienveillance, sans jugement, sans caricature.

À titre personnel, j’ai été aussi très amusée par la relation d’Eva, l’auteure à succès et son éditrice. Leurs échanges par mails sont très drôle et Marie Vareille distille quelques messages intéressants et là aussi, plutôt bienveillants sur ce milieu. je noterai un moment où l’éditrice s’exclame horrifiée quand elle croit qu’Eva écrit une romance. Elle conclut en disant : pour une romance, on n’aura pas la presse. C’est une phrase qui me parle tout particulièrement et qui résumé remarquablement l’ostracisme que connaît la romance dans le milieu littéraire français.

Ce roman est très bien construit. On devine de quoi il retourne au fil du récit, mais cela ne gâte en rien l’histoire. Chaque pièce va trouver sa place. Le texte dégage une douceur, une bienveillance, comme je ‘lai déjà dit, qui fait plaisir. Il y a pourtant un message important. Cela n’a rien d’anodin, mais c’est dit avec subtilité.

Lisez ce livre qui fait du bien, apporte émotion et fait sourire. Quant à moi, j’attends déjà le prochain de l’auteure.

Résumé

Certains choix nous définissent à tout jamais, celui-ci en fait partie. À partir d’aujourd’hui, je peux bien écrire la neuvième symphonie, sauver le monde d’une troisième guerre mondiale ou inventer le vaccin contre le sida, on ne retiendra de moi que cet acte innommable : j’ai abandonné mon bébé, toi, mon minuscule amour aux joues si douces. Puisses-tu un jour me pardonner. »

Un roman lumineux et bouleversant, porté par une plume éblouissante de sincérité.

Wrap Up

Pros

Cons

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.