Angry God – All Saints High – 3 de L.J. Shen

29 avril 2020

Depuis le début de cette série, elle-même spin-off d’un autre saga de L.J. Shen, nous attendions le roman consacré à Vaughn Spencer, le fils de Baron dit Vicious et Emilia Spencer. Vicious est sans doute le héros le plus réussi de l’auteure. Je fais partie des lectrices qui n’aiment pas les héros abusifs et irrespectueux des héroïnes ou des femmes pourtant je dois reconnaître que je finis toujours par aimer ces types de héros sous la plume de L.J. Shen et a faire preuve d’une indulgence avec eux. Alors quand Vaughn, le fils a commencé à faire son apparition dans les livres précédents, inutile de préciser que je l’ai trouvé intrigant à souhait et sombrement séduisant, comme son papa.

Et il ne déçoit pas, oh non ! Vaughn est le portrait physiquement de son père et en partie psychologiquement. Dans les deux précédents livres, il était apparu très sombre, tourmenté, artiste maudit et solitaire. Il n’hésitait pas à s’exhiber publiquement avec beaucoup de filles mais sans jamais vouloir concrétiser une relation quelle qu’elle soit. Nous allons enfin en savoir plus sur lui et sur le lien qui s’est noué au fil du temps avec Lenora Astalis. Elle est la fille d’un professeur d’art exerçant en Angleterre où elle a été principalement élevée. Elle-même est une artiste. Lenora et Vaughn se détestent ou font comme si. Ils se sont croisés dès l’enfance et sont liés par une curieuse rencontre qui s’est déroulée au début de leur adolescence. je n’en dis pas plus.

Le livre est baroque, un peu fou et excessif comme très souvent les livres de L.J. Shen, surtout dans cette série. Objectivement, il y a bien des invraisemblances dans cette histoire où de grands ados d’une vingtaine d’années à peine ont les moyens, les pensées, les paroles, les actes parfois d’adultes confirmés. Mais malgré tout, on plonge avec fascination dans cette relation étrange et intime que partagent les deux héros et qui va prendre tout son sens, se révéler au fil des pages.

Vaughn et Lenora sont concurrents au départ du livre. Tous deux souhaitent intégrer l’école britannique du père de la jeune fille en Angleterre pour un prestigieux stage artistique. Le choix se fera entre eux deux et chacun doit fournir un exemple de son talent. Le tout se passe au cœur du groupe de leurs amis dont Knight et Luna mais aussi Poppy, la sœur de Lenora. N’oublions pas leurs parents non plus car le destin des enfants est étroitement lié à celui de leurs pères et mères.

Je ne donnerai pas plus de détails sur l’intrigue, remarquablement bien menée qui semble partir dans tous les sens pour mieux se révéler au fil de la lecture. Elle put avoir un côté prévisible mais pas tant que cela et le livre est si foisonnant de scènes folles, de personnages plus ou moins dérangés qu’on tourne les pages à toute vitesse. Je n’ai pas adhéré à tout, parfois L.J Shen va trop loin pour moi décrivant ses personnages comme deux êtres obscurs, aux goûts complexes, jouant avec l’idée de mort et de sang. Mais c’est assez intense ! Parfois tout s’adoucit et donne des scènes d’une grande sensibilité ou d’un érotisme achevé. Ne croyez pas que le fait que le roman mette en scène des jeunes gens garantit une grande retenue dans ce domaine. Pas du tout.

Vaughn et Lenora sont parfaitement assortis, perturbés tous deux, surtout lui, d’ailleurs. Ils sont proches dans leurs goûts, leur façon de penser, leur passion pour l’art. Si Vaughn est une sorte de roi de son lycée qu’on admire de loin, elle est un peu une paria mais qui assume très bien cette situation. Les gens ne l’aiment guère principalement une certaine Arabella. Lenora est la parfaite égale de Vaughn. À aucun moment, il ne peut lui imposer quoi que ce soit. C’est un couple assez explosif !

Et puis il y a les parents, Vicious et Emilia. Chacun des livres de cette série spin off revint sur les parents, sur leurs liens avec leurs enfants. C’est le cas ici aussi bien sûr.

L.J. Shen a un talent très personnel, qui s’affirme à chaque livre. Elle essaye un peu plus à chaque nouveauté, pousse un peu plus loin l’audace à la fois dans l’intrigue et l’érotisme, sans jamais tomber dans le convenu ou le déjà vu. Cela donne des livres passionnés, aux scènes débridées parfois, avec des personnages peu conventionnels et qui ne respectent pas forcément les codes un peu stricts du genre. Ce n’est pas toujours réussi mais c’est jamais ennuyeux ni banal et ça c’est déjà un excellent point.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.