Bad Reputation de Nicole Edwards

4 octobre 2017

Nicole Edwards est une auteure déjà confirmée et inaugure ici une série de romances sportives. Le terme de bad boy est très exagéré dans le cas du personnage principal, Chase qui est au contraire plutôt gentil et sympathique. C’est un hockeyeur bagarreur, qui passe pas mal de temps hors de la patinoire car il ne rechigne pas à se battre et à utiliser la violence. Mais cela semble faire partie du jeu. Il a aussi une meilleure amie, rencontrée des années plus tôt et qui le suit partout depuis. Cassie est le contraire de lui. Elle suit une carrière dans un domaine exigeant mais avec brio et tous deux s’entendent superbement depuis toujours, même si Chase irait bien un peu plus loin.

Nous sommes dans le cas classique d’une romance où l’amitié va finir par dériver sur l’amour. Cassie n’a jamais éprouvé de sentiments amoureux pour Chase ni de désir. Du côté de Chase c’est un peu plus confus mais il n’osera jamais allé plus loin. Dans ce style d’histoire, on joue beaucoup sur le moment de basculement de l’amitié vers l’amour et il est très facile de jouer sur ce qui est évident pour tout le monde, c’est à dire que ce que les héros prennent encore pour une bonne vieille camaraderie est en réalité bien autre chose. Ici, il faut bien le reconnaître, l’auteure multiplie les scènes assez sympas montrant les deux héros mais peinent à retenir vraiment notre intérêt. Cassie et Chase sortent ensemble, dinent, s’amusent avec leurs amis, se regardent mutuellement chercher amour et sexe. Tout cela est globalement bien fait mais il manque une montée de la tension, quelque chose de plus profond et intense.

Elle réussit par contre le moment où tout bascule lors de scènes rigolotes qui se déroulent à Las Vegas. Il s’y passe… ce qui se passe souvent là-bas, mais je ne vous en dis pas plus.

C’est une romance sympa et sexy, pas extraordinaire non plus. Cela tient à la personnalité de Chase qui est particulièrement réussi, je trouve. Adieu les héros torturés et sombres. Chase est bien dans sa peau, assume son côté dragueur et bagarreur. Il est à noter qu’il n’est pas du tout violent en dehors de la patinoire. Et pourtant,il y avait de quoi broder sur sa famille : c’est un enfant adopté, né d’une mère adolescente. Ses parents adoptifs sont deux gays dont un est un Amérindien. L’auteure exploite assez peu cet aspect de cette romance et c’est bien normal, ce n’est pas son but mais cela fait du bien d’avoir un héros viril, solide, « normal » qui a des parents un peu différents de l’habitude. Cassie manque peut-être un peu plus de profondeur. Chase est amusant, sincèrement amoureux même s’il ne se l’avoue pas très vite. Il est finalement assez timide et respectueux de son amitié.

Il y aurait sans doute eu matière à des moments plus forts, à des discussions plus poussées entre les différents personnages. Cassie et Chase ne parlent que très peu de ce qui se passe entre eux et qui bouleverse pourtant des années d’amitié. Il manque vraiment cette montée en puissance des émotions qui font les grandes romances; mais l’écriture rythmée, l’histoire en général sont agréables à découvrir.

C’est le début d’une série et il est fort possible que l’auteure revienne sur un couple composé par la meilleure amie de Cassie et un autre hockeyeur. Ce n’est pas très nouveau évidemment mais l’auteure a un potentiel évident. À suivre, donc !

  • 8/10
    - 8/10
8/10

Résumé

Chase: With a nickname like “Sin,” it’s no wonder they call me the bad boy of hockey. Opponents curse me. Fans scream my name—in the arena and in other, much more private places. Penalties or not, I’m not afraid to dish out a little pain. But pleasure? That’s my weakness. And no one knows it better than my best friend, Cassie Desrosiers. I’d have to be blind not to notice her rocking body and teasing grin. So when she invites me along on a trip to Vegas, my curiosity isn’t the only thing that’s aroused.

Cassie: Chase Barrett is a world-class A-hole. As his best friend, I’m allowed to call him on his BS. Who else is going to do it? Certainly not the puck bunnies swooning at every flex of his biceps. Everyone knows that Chase is the love-’em-and-leave-’em type. There’s no such thing as commitment for the king of casual hookups. So why should I care? Maybe because all work and no play makes me a sexually frustrated girl. It’s time to put the hockey stud at my beck and call to good use . . . but after a week in Vegas with Chase, I might never want to go back to the real world.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.