Womanizer – Manwhore – 4 de Katy Evans

5 décembre 2016

womanizerDécidément, Katy Evans écrit beaucoup et séduit ces temps-ci. Si ce roman est d’une simplicité biblique et reprend des thèmes plus que vus dans la romance, il est remarquablement efficace et agréable à lire. Pour ceux qui connaissent l’autre, ce roman fait partie d’une série de livres assez indépendants autour d’un groupe de trois hommes. Le héros de ce tome, Callan est le meilleur ami du frère de l’héroïne. Ce frère a déjà eu son histoire ainsi qu’un autre ami. La série n’est pas encore terminée d’ailleurs.

Olivia est donc la petite sœur de Tahoe et elle a besoin de faire un stage en entreprise. Jeune, déterminée, avec une idée très précise de qu’elle attend de la vie, elle est un peu contrariée de ne pas trouver le stage qu’elle veut, chez elle, au Texas. Mais Tahoe va demander à son meilleur ami, Callan de lui en fournir un à Chicago. Là voilà partie pour trois mois chez une homme qu’elle ne connaît pas et avec qui elle ne va pas travailler directement au départ. Mais elle va le rencontrer sans vraiment savoir qui il est sur la terrasse de leur immeuble, pendant la pause cigarette de Callan. Cela va vite devenir celle d’Olivia également. Et commence ainsi, une histoire qui n’a pas une once d’originalité, qui reprend un schéma hyper classique mais qui tient sur le talent d’écriture de Katy Evans et ses personnages notamment masculins.

Callan est à tomber, il faut le savoir et c’est vraiment la marque de fabrique de Katy Evans. Si elle a commencé avec des personnages de force brute, mal dégrossis parfois, elle fait maintenant dans le milliardaire sophistiqué, élégant et intense. Avec un succès qui ne se dément pas. Callan ne parle presque pas dans ce roman, largement raconté du point de vue d’Olivia, mais peu importe. Il garde ainsi une aura de mystère et le voir à travers les yeux de la jeune femme est une profonde réussite. Callan est un business réputé intraitable mais un homme bien qui gagne à être connu. Cela va se vérifier. De rencontres en rendez-vous, Callan et Olivia vont se rapprocher.

Tout repose alors sur des dialogues chargés de tension sexuelle, de petites conversations qui permettent à ces deux-là de se connaître mieux. Callan est intense, plutôt réservé mais sait dire ses sentiments quand c’est nécessaire. c’est un heureux changement car ce séducteur joue franc jeu avec Olivia et n’abusera jamais de son charme. Les situations sont très banales mais le couple dégage une puissante attraction que même le lecteur ressent. C’est palpable, électrique et tendre eux eux. Et même si Callan est un homme d’affaires un peu plus âgé que sa stagiaire, il n’y a jamais cette impression de déséquilibre, de couple asymétrique que ce genre d’histoire amène souvent. Olivia apprend mais elle sait ce qu’elle veut, est loin d’être bête et si elle est encore un peu naïve, parle trop, c’est le parfait contre-point de Callan, y compris au niveau professionnel.

Ils se ressemblent d’ailleurs plus qu’ils ne le pensent au départ. Tous deux ont des plans de vie, des règles qu’ils s’imposent et qu’ils vont faire voler en éclats peu à peu. Car la vie n’est pas qu’une succession de lois et de plans établis. Le tout se déroule dans une atmosphère sensuelle, tendre et sexy absolument irrésistible.

Comment Katy Evans réussit à écrire une charmante romance avec une si fine intrigue et des personnages tellement usés ? C’est le talent sans doute mais si vous aimez ce type de situation, et même si elle vous paraît ne plus pouvoir rien apporter,  foncez. Finalement, les hommes d’affaires conservent leur charme et ils évoluent aussi. Les requins inhumains et incapables d’avoir des relations sentimentales ne sont plus à la mode.

La saga continuera avec des personnages secondaires dont Wynn, une jeune femme dont on voit les déboires sentimentaux à plusieurs reprises dans ce tome. Quant aux premiers opus, ils ont l’air très intéressants.

Résumé

You’ve seen the headlines: Womanizing billionaire player! Watch out! Stay away!

We were just two strangers. Facing a forbidden attraction, a chemical connection. Neither of us expected or wanted it to amount to more.
But I had never been drawn to a guy the way I was drawn to this one: my brother’s best friend, and CEO of the company where I interned.
Even knowing I should stay away, I proved to be too human, after all.
The chemistry was amazing.
The laughs were incredible.
I opened up to him in more ways than I’d opened up to anyone before.
But sex was as far as I’d go.
Just sex because he was too irresistible.
Just sex because I wouldn’t be falling for him.
Just sex because I’d leave in three months, and I’d like for my brother not to kill me, and for nobody to find out he was my wicked little secret.
He wasn’t the One.
He was just a womanizer.
But for a time, he would be mine.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.