The Wall of Winnipeg de Mariana Zapata

17 décembre 2016

Voilà un roman qui aurait pu être formidable si certains petits détails récurrents et agaçants n’étaient pas venus ternir l’impression générale. Il y a énormément d’éléments positifs, cependant, notamment une superbe histoire d’amour à la structure assez rare en romance pour être signalée.

L’histoire est racontée du point de vue de l’héroïne, Vanessa. C’est une jeune femme de vingt-six ans dont la vie n’a pas été très simple, nous allons le découvrir peu à peu. Pour faire face aux frais considérables de ses études, Vanessa a accepté un poste lucratif mais un peu spécial en devenant l’assistante d’un défenseur d’une grande équipe de foot du Texas. Aiden, son patron,  est d’origine canadienne et porte un surnom évocateur de « Le Mur de Winnipeg », allusion donc à ses origines mais également à sa carrure impressionnante. Vanessa a passé deux ans déjà à être aux petits soins auprès de ce jeune homme qui n’est pas spécialement difficile mais avec qui la communication est réduite à la plus simple expression. Aiden est entièrement focalisé sur sa carrière et s’est transformé en robot  qui entretient ses muscles et sa forme pour être le plus performant possible. Attention, ne vous attendez pas du tout au héros sportif habituel. Aiden est quasi mutique, vit comme un moine, est végétarien ce qui est un exploit quand vous faites un sport comme le sien. Pas de footballeurs frimeurs, de colonies de fans excitées et prêtes à tout. Aidan est d’un autre bois et cela fait tout son intérêt.

Quant à Vanessa, nous sommes dans sa tête et elle nous raconte avec minutie, peut-être trop d’ailleurs, toutes ses réactions. Elle a un projet en tête depuis le départ c’est de faire du design sur le net ( notamment des couvertures de romance !) et elle se prépare à créer sa propre boîte. Le drame se produit lorsque Vanessa, qui a tout de même un vieux reste d’attirance pour son patron, découvre qu’elle fait quasiment partie des meubles avec lui. Nous arrivons donc à un moment clé de leur relation. Vanessa n’est pas une chaise et encore moins un paillasson et entend bien le faire savoir.

Le livre est long et a surtout des longueurs. L’auteure explique, décortique, répète, et c’est cela le plus gênant, son message. Il est impossible de ne pas savoir que Aiden a une carrure absolument exceptionnelle qui le situe entre un Titan et la Bête. Toutes les expressions sont employées à de nombreuses reprises. Il vous sera impossible d’oublier qu’il est avant tout un Mur. Même précision presque chirurgicale pour décrire à coup de scènes identiques la relation entre Vanessa et Aiden qui consiste surtout en une non-relation étant donné que le footballeur est ombrageux et particulièrement renfermé sur lui-même. C’est le défaut du livre car tout se rallonge terriblement les scènes et ralentit le rythme. Il faut accepter de se laisser guider par l’auteure, à son tempo, et profiter des détails multiples qu’elle nous donne.

Car, la relation vaut le coup. Elle appartient à cette catégorie qu’on appelle le « slow burn » en anglais qui qualifie un feu qui couve et se consume lentement. C’est le contraire de beaucoup de romances où les deux héros se voient et tombent amoureux. Là, ils prennent leur temps, partent totalement de zéro ou presque. Aiden et Vanessa ont passé deux ans ensemble sans vraiment se connaître. Mais cela va changer et centimètre par centimètre, ils vont se rapprocher. Minute par minute, ils vont apprendre à partager du temps. Ils vont éclore lentement l’un à l’autre et l’auteure maîtrise cela à la perfection. Il est clair que si vous vous voulez des rebondissements toutes les deux pages et de l’agitation et de grandes scènes de sexe passionnées, vous serez déçus. Ici, tout est lent, long, progressif mais très intense. C’est tellement réussi que lorsqu’ils s’effleurent, vous avez l’impression d’un feu d’artifices, que lorsque Aiden pousse un grognement ou relève le coin droit de sa bouche d’un millimètre, vous vous mettez à transpirer. Comme l’héroïne !

Cette auteure est à suivre car cette façon de traiter une romance a un grand charme aussi. Vous finissez si vous avez accepté ce rythme par être profondément imprégné de l’atmosphère du livre. D’ailleurs ce roman a fait partie de ceux sélectionnés parmi les meilleures romances de 2016 sur le site Goodreads. Il ne joue pas non plus sur les clichés parfois un peu lourds sur les sportifs. Il faut donc le découvrir ainsi que cette auteure à la plume très caractéristique.

  • 8/10
    - 8/10
8/10

Résumé

Vanessa Mazur knows she’s doing the right thing. She shouldn’t feel bad for quitting. Being an assistant/housekeeper/fairy godmother to the top defensive end in the National Football Organization was always supposed to be temporary. She has plans and none of them include washing extra-large underwear longer than necessary.

But when Aiden Graves shows up at her door wanting her to come back, she’s beyond shocked.

For two years, the man known as The Wall of Winnipeg couldn’t find it in him to tell her good morning or congratulate her on her birthday. Now? He’s asking for the unthinkable.

What do you say to the man who is used to getting everything he wants?

Wrap Up

  • 8/10

Pros

Cons

2 Comments

  • Evenusia 18 décembre 2016 at 9 h 50 min

    S’il avait eu moins de longueurs et decrepetitions ce Roman aurait été mon coup de cœur de cette annee car j’ai adoré la façon dont l’auteur nous imprégne de cette Romance.

    • Sylvie Gand 18 décembre 2016 at 11 h 23 min

      Ah mais voilà. Parfois je me suis carrément ennuyée. Oui, il a de grosses cuisses, oui, il est comme une montagne, oui il la traite pas bien…Mais alors il doit dire le nombre de mots le plus faible de toute la romance et pourtant quelle expressivité! Une auteure à suivre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.