Trans.fer.ence de Ava Harrison

13 novembre 2016

transferenceDe toutes les relations tabou, voilà sans doute une de celles qui demeurent la plus complexe à décrire dans une romance et franchement Ava Harrison s’en sort plutôt très bien.Il s’attaque en effet à l’attirance qui se développe entre Eve, une jeune femme souffrant de crises de panique particulièrement graves et son psy, Preston qui a lui-même pas mal de soucis à régler. Le livre n’est pas parfait mais il est se dévore tout de même.

Eve va rencontrer Preston après un accident de voiture qu’elle a eu à la suite d’une crise de panique. Celui qui lui servait de père est mort brutalement et ce décès brutal va complètement ébranler cette jeune femme déjà fragilisée par un contexte familial complexe. Sa mère souffre d’un cas grave de hypocondrie qui la paralyse. Preston va immédiatement remarquer Eve, bien plus qu’une simple patiente. Son histoire, son physique le touchent tout particulièrement. Preston va tout de même essayer de jouer son rôle de médecin dont a bien besoin Eve.

L’histoire a quelques failles, quelques incohérences, des pistes ouvertes que l’auteure ne clôt pas forcément. La première partie est un peu lente, s’attarde sur les multiples crises de panique d’Eve et sa lente décision de se faire soigner. Il y a ainsi de multiples petits détails qui font que le rythme de l’histoire se brise, qu’on s’ennuie pendant un chapitre, qu’on attend avec impatience la confrontation entre Eve et Preston. Parce qu’elle vaut le coup.

Évidemment, Eve est quelqu’un de perturbé, qui a un énorme travail à faire sur elle-même et être attirée par son psy semble encore une façon de montrer à quel point elle a des soucis. L’idée du transfert, de l’inévitable mélange entre le rapport du médecin et à sa patiente et celui d’un homme et une femme est très présent. Mais ce n’est pas tellement exploré. Par contre, l’auteure joue à fond sur l’interdiction profonde de ce genre de liaison. Aux USA, à New York, là où se déroule le roman, c’est formellement interdit et même quand le lien médecin/patient est interrompu, les gens doivent laisser passer encore deux ans avant d’envisager une relation non condamnable. Inutile de dire que tout cela va compliquer singulièrement leur vie.

Les deux héros sont très touchants, surtout Preston qui a es propres démons à affronter et qui n’est pas construit comme beaucoup de personnages actuellement. C’est un professionnel, plus âgé que Eve d’une dizaine d’années qui va se comporter comme le médecin le plus possible et montre sa vulnérabilité. Il n’a rien des personnages arrogants que l’on peut croiser habituellement dans le genre. Eve est touchante aussi, aux prises avec une histoire familiale compliquée et des secrets qui ont pourri sa vie. une partie de l’histoire est d’ailleurs de comprendre ce qui s’est produit.

Le tout donne un roman passionné, trouble, avec des personnages torturés qui vont avancer doucement vers la résilience, la fin du malaise. Cela va malheureusement un peu trop vite parfois, quelques passages délicats sont escamotés. Mais la dynamique de l’histoire est bonne et le dénouement touchant. L’auteure écrit bien et si elle n’est pas très connue encore, on sent un potentiel important.

  • 8/10
    - 8/10
8/10

Résumé

The nightmares find me.
They steal my breath, slowly suffocating me.
I’m scared.
I want it to stop.
He’s supposed to help me.
Instead, he evokes something forbidden.
I know I should run.
But I can’t.
I’ve made my choice.
I want him.
There’s only one problem…
He’s my therapist.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.