L’homme préhistorique est aussi une femme de Marylène Patou-Mathis
A la une , Essai / 15 octobre 2020

Le titre de cet ouvrage est assez clair me semble-t-il pour comprendre de quoi il s’agit. Marylène Patou-Mathis est une éminente préhistorienne qui a écrit de nombreux romans et s’intéresse aujourd’hui à la place de la femme dans la préhistoire. Vaste débat qui revient aussi à se poser la question de la naissance du patriarcat. A-t-il toujours existé comme la plupart des préhistoriens l’ont affirmé à ce jour ? Et la femme a-t-elle eu vraiment la place qu’ils lui ont attribué ? Pour faire simple, est-ce que l’homme, fort et viril, courait la campagne pour chasser pendant que les femmes étaient installées dans des grottes à s’occuper des enfants et à faire à manger ? Il n’y a pas de réponse définitive, tout simplement parce que ce sont des périodes très reculées où les sources archéologiques sont peu nombreuses et éparses mais Marylène Patou-Mathis suggère une autre approche, moins systématique, qui revient aussi à parler de l’invisibilité des femmes. On peut diviser cet essai en trois parties : la première revient sur la période où la préhistoire est née et l’image que l’on avait de la femme et de sa place dans la société. La seconde partie fait le point…

Les RITA Awards 2019, les récompenses de la romance aux US
Essai , Non classé / 27 juillet 2019

C’est l’institution la plus prestigieuse aux USA autour de la romance. Elle existe depuis bien longtemps et organise annuellement une remise de récompenses des meilleurs romances dans des différents genres. Ils avaient lieu comme chaque été et après quelques jours de convention, les vainqueurs ont été annoncés le 26 juillet. Comme souvent, je reste un peu dubitative avec les catégories qui se perdent dans des classements étranges, comme la meilleure romance historique, format court ou ceux qui sont de longueur moyenne… Cette façon de procéder a pour but de pouvoir récompenser certaines maisons d’édition qui ont parfois des formats bien à elles mais, mon souci récent était ailleurs. La vénérable institution a eu beaucoup de mal à intégrer les changements survenus depuis quelques années, notamment l’émergence d’une romance auto-publiée très populaire et qui a sorti des titres très importants ou la naissance de l’homoromance mais cela évolue depuis plusieurs années, il faut le reconnaître. Le palmarès de cette année montre que cela continue et si l’on peut encore lever les yeux au ciel pour certains choix et s’étonner de catégorie que nous ne connaissons pas chez nous, il y a quelques signes intéressants. Certains livres n’ont pas gagné mais montrent…

Libérées de Titiou Lecoq
Essai / 22 octobre 2017

Je préfère prévenir dès le départ, j’ai totalement adhéré au livre de Titiou Lecoq car chaque chapitre, chaque phrase (ou presque, il ne faut pas exagérer non plus!) m’a parlé, m’a éclairée ou reprend quelque chose auquel je crois depuis longtemps. En un mot, Titiou Lecoq et moi sommes totalement sur la même longueur d’ondes sur le sujet. Cela nuit forcément à un jugement objectif, je l’admets mais je l’assume ! Alors quel est ce sujet ? Le féminisme, avec cette couverture pétante, ce poing levé et ce sous-titre qui n’est pas qu’une formule, loin de là : Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale. En effet, la chaussette sale (toujours unique, oui, oui, nous avons tous constaté cette règle étrange qui fait que la paire de chaussette perd souvent un de ses membres !) et de façon plus générale, les tâches ménagères sont encore au coeur de l’inégalité homme/femme. Titiou Lecoq aborde de cette façon un bilan du combat féministe, sa situation actuelle. La chaussette vous suivra au cours de son essai, même dans la conclusion mais le propos va bien au-delà, dans quatre grands chapitres qui permettent de voir le combat pour l’égalité homme/femme…