La romance francophone: Comment tout a commencé… Épisode 2

Voilà la seconde partie des réponses à un petit questionnaire que j’ai envoyé à 22 auteures volontaires dont je citerai les noms, quand elles m’y ont autorisée, en fin d’article. Si cela avait besoin d’être confirmé, l’immense majorité des auteures, c’est à dire 15 sont des lectrices assidues de romance mais pas seulement. La plupart notent lire d’autres genres mais la romance demeure essentielle et première pour beaucoup. Pour certaines, c’est leur genre de prédilection depuis toujours. 13 lectrices déclarent lire moins depuis le début de l’écriture pour elles. Non pas par désintérêt mais surtout par manque de temps : écrire est chronophage et ajouté à la vie de famille, parfois à un travail extérieur, il reste peu de temps de cerveau disponible ! Certaines le déplorent parce qu’elles estiment que c’est un peu nécessaire pour continuer à écrire alors que d’autres évitent de lire en période d’écriture pour ne pas se laisser troubler par les autres textes. Il ressort de plusieurs questionnaires que lire de la romance, c’est aussi accompagner des consœurs, participer au développement du genre et des autres auteures. Les autres genres abordés par les lectrices sont souvent le roman policier ou thriller ou la fantasy… genres…

The Girl He Used To Know de Tracey Garvis Graves

La question que je me pose maintenant que j’ai terminé ce livre est la raison pour laquelle je n’ai pas lu les autres romans de cette auteure depuis l’excellentissime Une Île. D’ailleurs, je vous invite à la redécouvrir. cette histoire, traduite en français il y a quelques années est une formidable histoire d’amour inhabituelle, mêlée d’aventures. L’histoire de ce dernier roman n’a pas grand-chose à voir sauf que l’on retrouve cette plume incroyablement forte et talentueuse, capable de tout communiquer. Il monte crescendo et nous fait nous attacher à Annika, une jeune étudiante au début des années 90. Elle a péniblement commencé ses études universitaires après avoir bien failli tout laisser tomber. Annika est ce que l’on appelle une fille bizarre, aux réactions différentes des autres, ce qui l’isole terriblement et la rend parfois victime de mauvaises blagues voire d’actes cruels gratuits. Évoluer dans un monde qu’elle ne connaît pas bien, nouveau, est incroyablement difficile pour elle et elle est sur le point de tout laisser tomber lorsqu’elle s’inscrit au club d’échecs de la fac et trouve un intérêt à y rester. C’est là qu’elle rencontrera plus tard Jonathan, qui va changer sa vie. Le départ est un peu lent…