Playing with Fire de LJ Shen
A la une , romances NA , vo anglais / 23 septembre 2020

Je ne présente plus cette auteure qui est sans doute l’une des meilleures dans la romance actuellement. Elle publie beaucoup en ce moment et elle enchaîne les succès. Cette romance NA assez classique porte sa patte même si elle a quelques aspects plus classiques, moins provocateurs que certaines de ses romances avec des héros masculins plutôt insupportables ! Comme l’indique le titre, le feu est au cœur de cette histoire et notamment de la vie de Grace, l’héroïne. Vers l’âge de seize ans, elle a été victime d’un incendie qui l’a en partie défigurée. Cette jeune femme, blonde, jolie, très populaire, s’est retrouvée du jour au lendemain, sans un de ses principaux atouts. Elle s’est repliée sur elle-même et végète un peu à vingt ans dans sa ville du Texas où elle poursuit ses études.Elle a presque abandonné son envie de de venir comédienne de théâtre et a peu d’amis. Elle travaille dans un food truck et a la désagréable surprise d’y voir débarquer un nouvel employé, West. Il est très connu sur son campus puisqu’il pratique les combats illégaux. Il est très doué à ce sport et est très populaire, attirant autant part son physique que par l’aura de…

Le contexte américain dans la romance francophone

Pourquoi de nombreuses romances francophones se déroulent-elles aux États-Unis, dans un contexte qui se prétend américain alors que bien souvent, l’histoire pourrait se dérouler à Vesoul, Vladivostok ou Valparaiso, sans que cela ne change quoi que ce soit ? Voilà la question que je me pose très souvent en consultant le résumé d’une romance francophone ou en lisant les commentaires des lectrices dans des groupes ou sur les réseaux. Ce serait apparemment plus glamour, plus sexy. C’est surtout très commun pour les lectrices, nourries aux séries Netflix et autres qui sont très souvent anglo-saxonnes, c’est vrai. Ajoutons que la romance francophone emprunte de nombreux tropes à celle qui vient d’outre-atlantique et vous avez votre réponse. En effet, si vous parlez de romance sportive, il est souvent question de baseball et de football américain. Si ces sports existent chez nous, ce ne sont pas, et de loin, les plus connus et les plus pratiqués. Difficile donc de situer une intrigue ailleurs que dans le pays qui a contribué à les développer et où il y a des équipes et des joueurs vedettes. Il en va ainsi de quelques thèmes, finalement peu nombreux. Pour la plupart, les intrigues pourraient probablement se dérouler…

Nos coeurs à vif d’Isabelle Louis
romances contemporaines / 16 septembre 2020

Voilà une jolie romance douce et loin des canons habituels, écrite avec subtilité. Si vous avez envie de changer un peu et de découvrir un texte sensible, parfois un peu dramatique, n’hésitez pas. L’histoire met en scène la farouche Zach. Nous découvrons rapidement qu’elle travaille dans une sorte d’orphelinat nommé La Maison des autres. Elle en a été une pensionnaire avant d’y vivre et d’encadrer d’autres enfants. Elle était très proche de Pepp, le propriétaire des lieux et celui qui l’accueillie là. Malheureusement Pepp est décédé, ouvrant une période d’incertitude. C’est Jackson, son fils, avec qui il n’avait aucun lien, qui apprend qu’il est obligé, s’il veut hériter des bâtiments, de passer deux mois avec les enfants et de suivre un protocole bien précis. Jackson va rester et découvrir le personnel, Zach bien sûr et les enfants qui vivent là. Pour commencer, soulignons que l’histoire est jolie, très bien racontée et va faire la part belle à la présentation de Zach, des enfants et du personnel encadrant. la Maison des autres est importante, comme le thème qu’elle sous-tend, celui de la parentalité, des enfants qui sont abandonnés ou chassés de leur foyer par les insuffisances de leurs parents. C’est le…

Regretting You de Colleen Hoover
littérature féminine , vo anglais / 13 septembre 2020

Colleen Hoover est une auteure hors-norme qui écrit très régulièrement, aborde des genres qui la sortent de sa zone de confort avec toujours le même brio. Difficile de classer ce roman qui raconte à deux voix, un moment bien particulier d’une femme et sa fille. Il se rapproche sans doute de la littérature dite féminine avec de nombreux thèmes abordés dont certains sont très fréquents chez l’auteure. Morgan est tombée enceinte encore adolescente et a donné naissance à une petite fille, Clara. Nous allons suivre Morgan et Clara alors que la jeune fille arrive à l’âge où sa mère l’a conçue. Morgan a épousé le père de sa fille Chris et mène une vie tranquille de femme au foyer. Cela commence d’ailleurs à lui peser, elle a la sensation de passer un peu à côté de sa vie sans trop savoir quoi faire pour la changer. C’est également l’avis de fille qui observe cette mère fade à ses yeux, avec qui elle n’a pas une relation très proche. Non, elle préfère se confier à sa tante, soeur de Morgan, Jenny. Elle est d’ailleurs à un moment-clé de sa vie. Elle va devoir choisir son orientation pour ses études et est…

In Case You Missed It de Lindsey Kelk

Voilà une auteure britannique comme on les aime. Elle raconte des histoires charmantes et rigolotes avec cette petite pointe d’humour pince-sans-rire très anglais et cette folie qui les caractérise. C’est aussi un beau roman sur l’amitié qui perdure au-delà des années et qui s’adapte à notre maturité. Après trois ans passés à Washington à exercer son métier de productrice à la radio, Rosalind dite Ros revient à Londres. Les choses ne se sont pas très bien terminées aux USA. Ros rentre donc plutôt fauchée et sans emploi. Qu’à cela ne tienne, elle va rebondir en prenant un peu de temps chez ses parents. Là, première déconvenue, ils ont réaffecté sa chambre mais lui ont installé un sorte de coin bien à elle dans une cabane au fond du jardin. Cela donne le ton du roman et ce n’est pas la seul changement qu’elle va trouver chez ses parents. Ros va traverser une période tragi-comique où elle va se redécouvrir dans son pays et se réinventer. La première chose est de renouer avec ses amis de toujours. Ils sont trois, deux filles et un garçon et ils la suivent depuis des années. Les retrouver est facile et immédiat mais le reste…

The Dare – Briar U- 4 d’Elle Kennedy
romances NA , vo anglais / 10 juillet 2020

Vraiment, Elle Kennedy excelle dans le new adult et ces histoires de jeunes gens, à la fac, qui connaissent leurs débuts dans la vie et leurs premiers émois amoureux. Ce roman ne fait pas exception à la règle et aborde différents sujets tous plus intéressants les uns que les autres. C’est le quatrième de la série sur l’université de Briar donc vous retrouverez des héros de livres précédents et une ambiance familière. Cette fois, nous allons suivre un joueur de hockey, le beau gosse par excellence, Conor Edwards. Il séduit facilement les filles, est absolument charmant et va avoir la grande surprise de se voir proposer par Taylor, une jeune étudiante d’être son faux-petit ami. Cette vieille ficelle de la romance est plutôt bien amenée ici et l’on y croit très vite. Taylor a fait cela car elle est un peu harcelée par des « amies » de fac, appartenant à une sororité. Taylor a un vilain complexe lié à ses formes généreuses et pense qu’elle ne peut pas intéresser un garçon comme Conor. Cet aspect est relatiement peu traité donc si vous attendez la longue lutte d’une complexée pour se sentir mieux dans sa peau, vous serez déçus. Le reste est…

Le sourire des fées de Laure Manel
littérature féminine / 6 juillet 2020

J’avais adoré La Mélancolie du Kangourou qui est sans doute mon livre préféré de Laure Manel. J’ai donc sauté sur ce second opus, largement indépendant du premier et fondamentalement différent aussi. Il vaut mieux avoir lu le premier tome tout de même. Ne nous voilons pas la face, j’ai moins aimé ce second tome et je me suis même demandé pourquoi Laure Manel reprenait des personnages dont l’histoire était terminée. Un des premiers points qui m’a perturbée est que pendant une première moitié de l’ouvrage, on avance dans le temps, on nous raconte la vie de Hermance, la grand-mère d’Antoine, d’Antoine et de celle qui était entrée dans sa vie au pire moment, la mort en couches de son épouse, Rose. Et puis il y a la petite Lou. Elle a perdu sa maman et ne l’a jamais connue mais c’est une famille équilibrée que l’on retrouve. Antoine, las de son travail, a tout plaqué pour venir s’installer en Savoir, auprès de sa grand-mère, Hermance. Il est devenu un vrai montagnard, guide et moniteur de ski. Rose a trouvé sa place là et Lou s’y épanouit. Dans une sorte de chronique charmante, nous suivons leur vie, au fil du temps….

La dark romance est-elle une romance comme les autres ?

Il me semble qu’il est opportun de revenir sur cette niche de la romance, celle qu’on appelle la dark et qui est souvent présentée par les lectrices comme la vraie romance, pas celle pour tout le monde, puisqu’elle joue avec tabous et limites du supportable. Confidentielle, rarement publiée chez les grands éditeurs (ne vous fiez pas à des titres qui se disent dark romance ou s’intitulent comme ça, ce n’est pas forcément les plus représentatives), la dark romance ne faisait pas vraiment parler d’elle, mais le fait que Netflix ait mis à son programme le premier opus d’une saga polonaise qui emprunte l’un des scénarios les plus anciens de la dark, l’enlèvement et le syndrome de Stockholm, pousse à se réinterroger sur ce genre. La dark romance est un genre qui a la particularité de développer une romance, là où elle ne devrait pas naître. Nous sommes donc aux confins du genre, presque en dehors. – Le premier élément est la violence. Elle est inhérente aux genres et elle s’exerce souvent contre les héros, plus particulièrement l’héroïne. – Le second est des relations sexuelles qui participent à la violence. Elles sont souvent imposées, basées sur la douleur des héros, particulièrement…

Sure Shot – Brooklyn Bruisers – 4 de Sarina Bowen

Sarina Bowen écrit les romances dans le milieu du sport que je préfère. elle poursuit depuis pas mal de temps une série sur des hockeyeurs. Brooklyn est même le spin-off d’une autre. Et ce tome, comme le précédent d’ailleurs, me semblent montrer un peu d’essoufflement. c’est dommage car il y avait un joli message dans ce livre. Nous savions déjà que l’histoire porterait sur un nouveau joueur de l’équipe. Transféré du Texas, personne n’est satisfait de la situation. Pas plus le joueur, Tank, que ses coéquipiers. Tank n’est pourtant pas totalement un inconnu pour Bess Berringer. Elle est la petite soeur de Dave, un héros précédent. Elle est agent de joueur et au tout début de sa carrière, elle a croisé le chemin de Tank, jeune joueur lui aussi. Tous les deux en pleine ascension professionnelle, ils n’ont pas poursuivi leur liaison et ont fait leur vie. Tank s’est marié et est sur le point de divorcer ; Bess vient s’installer à New York pour que sa carrière grimpe encore. Ils vont découvrir avec surprise qu’ils vivent dans la même ville et que bien évidemment, ils ont beaucoup en commun. Pourquoi ne pas passer du bon temps ensemble puisqu’ils sont…

La chute d’ Autant en emporte le vent

J’ai lu Autant en emporte le vent très jeune, je devais avoir une quinzaine d’années. J’adorais les romans historiques, je dévorais les livres et je ne le savais pas encore mais j’avais un goût pour les romances. Le contexte de la guerre de Sécession et le couple Scarlett/Rhett m’a envoûtée. Je le trouvais terriblement séduisant, follement ironique et visiblement tellement amoureux d’une jeune femme imparfaite, capricieuse, mais d’une force mentale exceptionnelle, capable de résilience. Il incarnait le héros par excellence. C’est sans doute ma première émotion autour d’une romance. J’avais beaucoup apprécié le contexte de la guerre de Sécession, de ce monde qui s’écroulait, un vieux monde, celui basé sur l’esclavage. Naturellement, je me réjouissais qu’ils perdent cette guerre et j’admirais profondément les soldats du nord qui mettaient fin à cela, dans la violence, certes. Je me souviens avoir lu le livre un été, en quelques jours, et me faire disputer par ma grand-mère parce que je ne venais pas manger quand on m’appelait, scotchée à ma lecture. Ce qui, pour ceux qui me connaissent, est un signe de passion extrême chez moi. L’année scolaire qui a suivi, ma prof d’anglais ( les séries américaines faciles d’accès n’existaient pas, Netflix…