L’inconnu de la poste de Florence Aubenas

8 mars 2021

Une fois n’est pas coutume , je me suis lancée dans la lecture de ce remarquable livre de la journaliste Florence Aubenas, relatant un fait divers, l’assassinat d’une postière et l’implication possible dans sa mort d’un acteur atypique, Gérald Thomassin.

Si vous ne connaissez pas cette histoire, ne foncez pas sur le Net, parce qu’évidemment, Florence Aubenas n’a pas écrit un roman et que ce qu’elle évoque est la pure réalité. Son style et son talent lui donnent un tour bien particulier, pas vraiment le ton du roman policier, pas celui de la chronique judiciaire, pas non plus celle d’une chronique sociale mais un peu de tout cela et il se dégage une étrange émotion à la lecture de ces faits si particuliers.

Au départ, il y a l’histoire de deux personnes qui se croisent, qui n’ont rien en commun, sinon une proximité géographique : Catherine, une postière dans un petit village, près de Nantua et un acteur, Gérald Thomassin, qui vit là après, après avoir pas mal bourlingué. Un matin d’hiver, la postière est retrouvée assassinée, poignardée avec une particulière violence. Aimée de tous, fille du pays, elle n’avait pas le profil pour finir comme cela et si la cause du meurtre semble être l’argent (il y en avait un peu dans le tout petit bureau de poste), cela semble dérisoire face à la brutalité des coups portés. Commence une enquête qui paraît facile, il y a de nombreux indices, mais qui va se révéler assez complexe. Personne n’a rien vu et les éléments relevés sur place ne donnent pas grand-chose. Par une sorte de bizarre évolution des évènements, Gérald Thomassin, qui vit en marginal à proximité, va se retrouver soupçonné, mais pas tout de suite. Non, ça serait trop simple.

La grande force de ce livre, c’est que nous connaissons plus ou moins les éléments de cette histoire et son issue. Pas de grande découverte, ni twist insoupçonnable. On sait même que Gérald Thomassin a disparu depuis quelques mois, concluant cette histoire par un ultime point d’interrogation. Non, Florence Aubenas va nous faire pénétrer au coeur d’un territoire, cette Plastique Valley autour d’Oyonnax et Nantua, mais qui demeure une région rurale et montagneuse avant tout, avec des gens qui se connaissent, vivent simplement, loin de Paris et des grandes villes. Elle va nous présenter et nous faire faire connaissance avec Gérald Thomassin et ses amis, son histoire difficile et lumineuse à la fois, mais également avec Catherine, la jolie postière, pas sans histoire elle non plus. Mais on découvre beaucoup d’autres gens, comme le père de Catherine, Raymond, qui a bien réussi selon les critères locaux, et beaucoup d’autres personnes. Il y a une densité, une force, une humanité qui se dégagent de ces personnages, qui les rendent profondément touchants. On oublie un peu l’affaire pour se concentrer sur le parcours de vie de Thomassin, acteur instinctif, marginal, toujours entre drogue, alcool et désintox, sur tous les autres aussi. C’est passionnant et il se dégage une émotion diffuse à chaque fois qu’on apprend le sort de tel ou tel. Il y a une forme de tragédie dans ce fait divers et dans les vies de ceux qui ont approché cette affaire de de près ou de loin. Rien d’exceptionnel ni de spectaculaire mais l’impression que le destin était à l’œuvre, que tout cela allait finir par briser les uns ou les autres.

C’est un travail remarquable, car il relate l’enquête, le travail des forces de l’ordre, des avocats aussi. On est d’ailleurs un peu médusé par la façon dont certaines décisions sont prises. Mais il est aussi une formidable biographie de Thomassin qui se révèle comme à l’écran, pour ceux qui ont vu ses films, formidablement attachant et totalement brisé quelque part.

Passionnant et bravo à Florence Aubenas d’avoir su retranscrire tout cela avec une rigueur impeccable mais une émotion subtile, sans pathos.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.