The Devil Wears Black de L.J. Shen

Entre deux tomes d’une série, L.J. Shen publie une romance indépendante qui reprend ses thèmes favoris et où on reconnaît sa patte. C’est le cas de ce livre, une fois de plus très réussi, même si ce n’est pas mon préféré, essentiellement parce qu’elle reprend des éléments qu’elle a déjà utilisés dans d’autres intrigues. On découvre Chase Black au début de ce livre, en train d’attendre son ex, Maddie. Six mois auparavant, il l’a trompée et elle a immédiatement rompu. Depuis, elle a commencé une nouvelle relation amoureuse avec un pédiatre nommé Ethan. Chase ne vient pas pour renouer avec elle, pas vraiment, il veut lui proposer de fausses fiançailles car il a « omis » de dire à sa famille qu’ils n’étaient plus ensemble et il a besoin de venir accompagné de celle que ses parents considèrent au moins comme sa copine. Il fait cela parce que son père, auquel il est très attaché vient d’apprendre que ses jours étaient comptés. C’est l’un des plus vieux tropes de la romance : les fausses fiançailles. L.J. Shen va jouer avec, comme très souvent. Chase et Maddie sont tous les deux dans le déni. Lui a toujours refusé de la considérer comme autre…

Choisir sa prochaine lecture, choisir sa romance

Comment trouvez-vous vos romances ? Vous allez répondre : comme n’importe quel livre. Pas sûr. J’ai, à titre personnel trois moyens de choisir mes lectures. Bien entendu, ils se mêlent très fréquemment, mais on peut tout de même en les distinguer. – Le nom de l’auteure. Dans de rares cas, il suffit que je sache que mon auteure fétiche publie pour que je pré-commande un roman. C’est le cas avec Colleen Hoover. Mon plaisir maintenant est de ne pas lire la quatrième de couverture pour être totalement surprise, car, avec elle, vous n’êtes même pas sûrs du genre dans lequel elle s’exprime. Cela peut être une romance classique, un thriller, de la littérature sentimentale, un young adult… Elle aime aller là où on ne l’attend pas et elle m’emporte avec elle à chaque fois. Pour moi, son nom suffit. Une autre de mes auteures fétiches est LJ Shen qui est mon plaisir inavouable puisqu’elle dépeint à chaque fois des héros épouvantables que je déteste sous la plume des autres mais pas la sienne. Allez comprendre… – La lecture d’une quatrième de couverture vient compléter une couverture attrayante ou une recommandation. Je crois que c’est ce qui fonctionne le mieux chez moi…

Say When de Micalea Smeltzer
romances NA , vo anglais / 14 mars 2021

Voilà le type de romance qu’il faut ouvrir lorsqu’on sait exactement ce que l’on veut, parce que n’attendez aucune surprise dans ce livre très classique. Il s’agit d’une romance entre un prof et son élève avec tous les éléments attendus dans une telle histoire. Emilia est donc une jeune femme sur le point d’entrer à l’université. elle doit emménager dans une coloc avec sa meilleure amie, Molly. Elle a dix-huit ans et quitte le cocon familial pour la première fois, comme beaucoup d’étudiants de cet âge. À peine arrivées cependant, les deux jeunes femmes vont se séparer, Molly ayant beaucoup de problèmes à échapper à la mainmise de sa mère sur sa vie et cachant de mystérieux soucis. Elle repart donc chez elle à quelques jours de la rentrée, laissant opportunément Emilia seule, ce qui va lui permettre de rencontrer un soir un homme fort séduisant qui va se révéler être non seulement, son voisin de palier mais aussi son prof. Coïncidence très pratique pour auteure un peu paresseuse… Hayden est beau, amusant et plus vieux. Il a quinze ans de plus qu’Emilia, une vie forcément bien plus remplie et il a quitté Hollywood où il travaillait dans le milieu…

Too Good to Be True de Carola Lovering

Quelle belle histoire, complexe et pleine de twists et de changements de perspectives ! Pour être tout à fait honnête, certains sont un peu tirés par les cheveux mais cela fonctionne tout de même très bien. Le titre est très évocateur de l’histoire. Skye est une jeune trentenaire, New-yorkaise. Elle souffre de TOC depuis la mort de sa mère et a toujours eu du mal à trouver sa place en société. Ses relations sentimentales ont toujours été décevantes et elle n’a jamais rencontré un homme qui supporte ses TOC sans s’en moquer ou penser qu’elle est dérangée. Alors lorsqu’elle fait la connaissance de Burke, qu’il semble la comprendre mieux qu’elle-même et qu’à peine quelques mois après leur rencontre, il lui propose le mariage, elle étonne toutes ses amies et sa famille, en acceptant. Elle aussi. Et si tout cela était trop beau pour être vrai ? Et si le charmant Burke, plus âgé qu’elle, tellement séduisant (un David Beckham en brun !) n’était pas aussi amoureux qu’il le prétend ? Le récit va se pencher sur cette question mais pas seulement. L’histoire nous est racontée par Skye, Burke, par l’intermédiaire d’un journal qu’il tient et par d’autres personnages. Il y…

La romance et les droits des femmes

Je profite de cette journée du Droits des Femmes pour revenir sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur et faire un petit état des lieux totalement personnel sur la romance et le féminisme. Je suis blogueuse et pas journaliste ni chercheuse donc je n’exprime ici que mon ressenti et pas une enquête approfondie et étayée par des chiffres. Cela ne rend pas ce ressenti nul et non avenu parce que je recherche maintenant des éléments dans une romance que je ne trouve pas toujours, assez rarement même et cela m’interroge. Première chose, il n’est pas question d’imposer du militantisme dans la romance ; elle peut revêtir un ton militant. Ou pas. Mais il n’en demeure pas moins que les lectrices étant des femmes, parfois très jeunes, il faut peut-être faire attention à ce que l’on véhicule, à ce qu’on dit. Mon attention a été attirée récemment par un article de Titiou Lecoq qui soulignait l’angle mort que représentaient les très jeunes femmes dans la prise en charge et le repérage des cas de violences dites conjugales. Justement à cause de ce terme. Certaines jeunes filles pensent que c’est un souci de femmes en couple, plus âgées qu’elles et que…

L’inconnu de la poste de Florence Aubenas
Littérature générale / 8 mars 2021

Une fois n’est pas coutume , je me suis lancée dans la lecture de ce remarquable livre de la journaliste Florence Aubenas, relatant un fait divers, l’assassinat d’une postière et l’implication possible dans sa mort d’un acteur atypique, Gérald Thomassin. Si vous ne connaissez pas cette histoire, ne foncez pas sur le Net, parce qu’évidemment, Florence Aubenas n’a pas écrit un roman et que ce qu’elle évoque est la pure réalité. Son style et son talent lui donnent un tour bien particulier, pas vraiment le ton du roman policier, pas celui de la chronique judiciaire, pas non plus celle d’une chronique sociale mais un peu de tout cela et il se dégage une étrange émotion à la lecture de ces faits si particuliers. Au départ, il y a l’histoire de deux personnes qui se croisent, qui n’ont rien en commun, sinon une proximité géographique : Catherine, une postière dans un petit village, près de Nantua et un acteur, Gérald Thomassin, qui vit là après, après avoir pas mal bourlingué. Un matin d’hiver, la postière est retrouvée assassinée, poignardée avec une particulière violence. Aimée de tous, fille du pays, elle n’avait pas le profil pour finir comme cela et si la cause…

The Revenge Pact – Kings of Football – 1 de Ilsa Madden-Mills
romances NA , vo anglais / 2 mars 2021

Ce roman fait partie d’une série de trois, écrits , c’est plus rare, pas trop auteures différentes dont la très douée, Ilsa Madden-Mills. le thème est d’un grand classicisme, puisque nous voilà dans le monde universitaire américain, notamment l’équipe de foot à laquelle appartient le héros, River. Il a toutes les caractéristiques de ce type de personnage: il est superbe, doué pour le sport, grand séducteur. Mais le livre est plus subtil que ça. River a deux amis qui seront les héros des autres romans mais nous les voyons très peu. River est surtout très attirée par Anastasia, dite Ana. Le souci est qu’elle sort avec un copain à lui, membre de la fraternité dont il est président. inutile de dire qu’il serait très mal vu qu’il montre son attirance. Alors River souffre en silence et combat ses propres démons. L’auteure n’a pas lésiné sur ce pont d’ailleurs. Il souffre d’une forme d »hyper-activité, ainsi que d’une dyslexie importante. Il a aussi d’autres problèmes que je vous laisse découvrir. Malgré tout, il s’est inscrit dans un cours de littérature, juste pour y croise Ana. C’est plutôt compliqué pour lui. De façon très classique aussi, Ana est plutôt douée en cours. Issue…