La chanson du rayon de lune de Tonie Behar

7 février 2021

Je lis toujours les romans de Tonie Behar car elle écrit des histoires entre romance et suspense assez cosy et que cela leur donne un charme particulier. Ici, elle ajoute aussi une autre dimension : une double histoire qui se déroule dans le passé et un héros secondaire mais important, un appartement parisien.

Il arrive à Amanda ce que je rêverais qu’il m’arrive ! Alors qu’elle fait ramoner sa cheminée dans son immeuble parisien, elle découvre une boîte contenant les lettres d’amour échangées sur de longues années par une dénommée Joséphine et un certain Antoine. Très intriguée, elle va les lire et se renseigner sur ce couple dont l’histoire est complexe et marquée par la différence sociale, élément qui ne pardonnait pas dans les années 1860, époque où commence leur liaison. Et comme si ça ne suffisait pas, Amanda va devoir faire face à la mort très suspecte d’un homme qui a été très important pour elle.

Le livre est très plaisant et se lit facilement, oscillant entre l’histoire d’Amanda en 2020, pile il y a un an, alors que l’on commençait à peine de parler d’un certain coronavirus et les lettres de Joséphine et Antoine qui nous plongent dans la société du second empire. Il y a quelque chose de fascinant dans ce retour dans le passé que fait Amanda qui se retrouve liée à Joséphine par appartement interposé. Et par bague interposée. Car avec les lettres, il y a une très jolie bague avec une opale qui donne son titre au livre. L’histoire de Joséphine et Antoine est jolie : il fréquente cet immeuble tous les deux, s’y croise, mais sont à des étages bien différents de l’immeuble et de la société. Le tableau qui se dessine d’après leurs missives a un côté réaliste et fort parfaitement abouti. J’ai trouvé cette Joséphine forte et passionnante, jamais battue même si elle n’est au départ qu’une grisette, une petite employée dont les chances de réussir dans la vie étaient assez minces.

Amanda est dans une situation différent, dans une autre époque. Elle va se retrouver à un croisement des chemins : nouvelle rencontre sentimentale peut-être mais également le mystère de la mort de cet homme qu’on retrouve dans la cour de son immeuble. Son histoire est moderne, rigolote, pleine de rebondissements, parfois un peu tirée par les cheveux, mais très plaisante aussi.

La lecture de ce roman est un vrai plaisir : c’est distrayant, bien écrit, fin. On retrouve aussi une approche légère mais intelligente du récit, de l’aventure même, avec une petite pointe de mystère comme il en existait dans les romans populaires du début du vingtième siècle. C’est une très bonne idée qui nous éloigne d’histoires parfois trop vues que l’on trouve dans la littérature dite féminine. Ce livre s’adresse aux femmes sans aucun doute mais pas que. Il a même un message féministe réussi.

Je ne suis pas passée loin du coup de cœur. Peut-être que Tonie Behar a créé trop de pistes et de personnages et passe un peu vite sur certaines parties de l’histoire pour emporter totalement mon adhésion, mais j’ai passé un excellent moment.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.