Layla de Colleen Hoover

8 décembre 2020

Contrairement à ce qu’elle dit, Layla n’est pas tout à fait la première incursion de Colleen Hoover dans le fantastique. Elle avait co-écrit avec son amie, Tarryn Fisher, Never Never, une jolie série mettant en scène deux ado. Elle revient ici à ce genre, avec toute son expérience d’écrivain, seule et un talent qui ne cesse de s’affirmer.

Si vous n’aimez pas le surnaturel, pas de panique. Il est question de fantôme ici, un peu comme dans le film Ghost. Attention, le message n’est pas du tout le même et l’histoire fondamentalement différente, mais il y a des points communs.

Tout commence, comme toujours avec Colleen Hoover, par une scène de rencontre entre Layla et Leeds. Elle assiste au mariage de sa sœur, il est un des musiciens du groupe, plutôt mauvais, qui anime la soirée. Leeds joue de la basse, a l’habitude qu’on ne le remarque pas trop, mais Layla l’a repéré et va lui faire savoir. Il s’ensuit un coup de foudre et tout pourrait être merveilleux si le couple n’avait pas à faire face à un drame qui va tout changer. Quelques mois plus tard, pour tenter de reprendre leur vie, comme avant, Leeds a l’idée de revenir là où tout a commencé pour eux, dans ce bed&breakfast du Kansas, « le cœur du pays », c’est à dire le centre des États-Unis. C’est le lieu de leur rencontre et de leurs meilleurs souvenirs. Jusqu’à leur retour.

Je n’en dis pas plus mais vous comprenez que revenir va être un peu compliqué pour nos deux héros que Leed l’avait imaginé. Je ne peux que m’incliner devant l’intelligence et la finesse de l’intrigue élaborée par l’auteure. Cela a l’air si simple et pourtant ça ne l’est pas. Avec un art consommé, que l’on voit monter de plus en plus dans son œuvre, elle instille un climat de malaise, qui nous font voir les personnages sous plusieurs angles différents, loin d’être sympathiques et pourtant parfaitement compréhensibles. Layla et surtout Leeds, qui est celui qui nous raconte, l’histoire plonge au cœur d’une situation compliquée, inhabituelle, surnaturelle, qui pose des questions sur les liens que l’on a avec l’au-delà, ce qui se passe après la mort.

Comme toujours, la façon de conter l’histoire a beaucoup d’importance. nous alternons pendant une grande partie de l’ouvrage entre le récit au présent et des retours en arrière. On se pose des questions, on se doute des rebondissements, mais l’auteure brouille les pistes très habilement et on se trouve surpris malgré tout. Et puis, il y a le très beau message d’amour qui ressort de tout cela. Layla n’est pas une romance mais une magnifique histoire d’amour, qui souligne les liens forts qui peuvent exister entre deux personnes.

Colleen Hoover est en train de démontrer, livre après livre, qu’elle peut tout écrire. Des romances bien sûr, des thrillers psychologiques, des romans paranormaux qui jouent avec nos nerfs… À chaque fois, elle s’en sort superbement. Layla est une vraie réussite que vous soyez adepte ou pas de ce genre.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.