Sure Shot – Brooklyn Bruisers – 4 de Sarina Bowen

18 juin 2020

Sarina Bowen écrit les romances dans le milieu du sport que je préfère. elle poursuit depuis pas mal de temps une série sur des hockeyeurs. Brooklyn est même le spin-off d’une autre. Et ce tome, comme le précédent d’ailleurs, me semblent montrer un peu d’essoufflement. c’est dommage car il y avait un joli message dans ce livre.

Nous savions déjà que l’histoire porterait sur un nouveau joueur de l’équipe. Transféré du Texas, personne n’est satisfait de la situation. Pas plus le joueur, Tank, que ses coéquipiers. Tank n’est pourtant pas totalement un inconnu pour Bess Berringer. Elle est la petite soeur de Dave, un héros précédent. Elle est agent de joueur et au tout début de sa carrière, elle a croisé le chemin de Tank, jeune joueur lui aussi. Tous les deux en pleine ascension professionnelle, ils n’ont pas poursuivi leur liaison et ont fait leur vie. Tank s’est marié et est sur le point de divorcer ; Bess vient s’installer à New York pour que sa carrière grimpe encore. Ils vont découvrir avec surprise qu’ils vivent dans la même ville et que bien évidemment, ils ont beaucoup en commun. Pourquoi ne pas passer du bon temps ensemble puisqu’ils sont libres tous les deux ?

Le principe des « fuck buddy » fonctionne bien et est assez peu exploité dans la romance. Ni Bess ni Tank ne veulent au départ quelque chose de sérieux, mais cela va vite évoluer. Trop peut-être et j’avoue ne pas avoir été captivée par leur relation, charmante, sensuelle, pas mal faite mais assez banale. La seconde partie qui insiste sur des difficultés, notamment celles de Tank dont on ne sait pas grand-chose apporte une note d’originalité bienvenue. Cela concerne Tank, et c’est une situation que l’on voit assez peu avec un homme. Cela se résout un peu simplement, malheureusement.

On lit cela avec plaisir mais certaines scènes sont répétitives quand on a lu toute la série, notamment le fait que chaque joueur veut s’installer dans le même immeuble. Et nous avons droit à chaque tome à des visites et des passages de témoin entre locataires ou propriétaires, en général des héros précédents. Tous sont au stade de vouloir faire des enfants. C’est commun dans la romance, peut-être un peu trop parfois.

On revoit donc pas mal de personnages autant des hommes que des femmes, cette communauté qui s’élargit à chaque livre et qui s’entend si bien. C’est sympathique mais là aussi, peu original.

C’est un bon livre, une histoire pas désagréable mais qui s’oublie vite, avec des personnages qui auraient peut-être mérité mieux. J’attends la suite en espérant que Sarina Bowen ne donnera pas autant la sensation d’avoir moins à dire que précédemment.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.