Queen Move de Kennedy Ryan

2 juin 2020

Quand je lis Kennedy Ryan, je pense que c’est exactement la romance que j’aime découvrir qui va bien au-delà de l’histoire d’amour, qui tisse une intrigue qui met en valeur la relation sentimentale des héros. Et il se trouve que cette auteure militante, qui parle toujours de mixité, d’égalité des droits, de féminisme, a un écho tout particulier des temps-ci.

Ce livre appartient à un série de livre largement indépendants. Par exemple, Kimba, l’héroïne, porte les vêtements d’un héroïne croisée auparavant. Pas la peine de lire cet ouvrage ni ceux qui précèdent, mais si on les connaît, on a un sentiment de familiarité, avec toujours des femmes incroyablement fortes, modernes et exemplaires.

Kimba travaille dans le domaine politique et est apparue dans un duo de livres précédents. Elle est maintenant seule et travaille à développer sa carrière dans ce monde éminemment masculin. Elle est aussi une femme de couleur, afro-américaine à Atlanta. Ne vous attendez pas à un discours simpliste sur le racisme ni à un message direct. L’auteure raconte avant tout une histoire mais son choix de personnages, Kimba et Ezra, le héros est tout un symbole. Tous ses héros ont d’origine mixte, au moins l’un des deux. Ici, c’est Ezra, qui est né au sein d’une famille juive c’est sa mère qui l’est) et d’un père afro-américain, athée. Tout un programme.

Kimba et Ezra se connaissent depuis l’enfance et nous aurons droit à une première partie un peu trop longue, nous montrant à quel point ces deux enfants sont l’ombre l’un de l’autre. Nés le même jour, ils s’entendent merveilleusement et vont passer beaucoup de temps ensemble jusqu’à ce que la famille d’Ezra déménage à New York. Ils vont se retrouver de nombreuses années plus tard, tous les deux en fin de trentaine avec une vie forcément très différente.

Cette première partie est la moins réussie. On comprend vite à quel point il s’apprécient et les scènes sont assez prévisibles, mais le reste est excellent. L’auteure tisse un contexte très riche autour des deux personnages. Ezra , comme Kimba sont à un point important de leur vie quand ils se retrouvent par hasard. Ils ont des décisions surtout personnelles à prendre. l’intelligence, la finesse, avec laquelle tout ça se met en place sous la plume de Kennedy Ryan, est passionnante. Kimba doit faire face à un problème rarement évoqué dans la romance. Chacun vit au cœur d’une famille qui a ses hauts et ses bas. Comme n’importe quelle famille et cela donne un ton réaliste à cette romance. Il est beaucoup question de fidélité et d’infidélité dans cette histoire et cela est fait encore une fois avec justesse et pertinence, ans manichéisme et simplisme.

Je reviendrai sur la condition des Afro-Américains avec un très beau discours prononcé par Kimba sur le symbole qu’est la coiffure africaine, sur le fait qu’on peut être discriminé sur ses cheveux. C’est très fin là aussi et la mixité des couples, l’origine multiple des personnages, donne une vision de l’Amérique sans doute plu réaliste et tout autre que ce que l’on peut lire parfois ailleurs.

La romance elle-même manque un peu d’enjeu au départ car il y a guère de doute sur les sentiments que ces deux-là se portent même des années plus tard mais l’histoire est jolie malgré tout, Ezra est terriblement séduisant et même si ce n’est pas central, les scènes de sexe sont très sensuelles et belles.

Cela ne fait que confirmer mon avis très positif sur cette auteure dont la romance en vo est sans doute la plus intelligente, la plus intéressante du point de vue des femmes et de leur évolution. sans lourdeur, elle montre des femmes indépendantes, forte, avec leurs faiblesses qui les rendent profondément attachantes. Une grande auteure.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.