Dans le murmure des feuilles qui dansent de Agnès Ledig

28 mai 2020

J’aime beaucoup Agnès Ledig et son incroyable sensibilité lorsqu’il s’agit d’aborder les souffrances, les choix que l’on fait, la vie tout court. Elle écrit un peu toujours la même histoire mais y plonger est toujours un voyage plein d’émotions.

Cette fois, nous croisons Anaëlle, une jeune femme bien éprouvée par la vie qui entre en contact avec un procureur de la République pour lui demander des détails judiciaires pour le livre qu’elle est en train d’écrire. Un courrier tout simple, qui va ouvrir sur bien autre chose. Mais il y a bien d ‘autres personnages, Thomas, le menuisier, amoureux des arbres et de la nature, au chevet de son petit frère malade ou Jocelyne, la désagréable greffière de Hervé, le procureur. Tous mènent leur vie, se croisent, se voient, s’observent, interagissent.

Difficile de dire quel est le sujet du livre à part qu’il y est question de vie, de mort, de choix. Anaëlle, qui a beaucoup perdu à cause d’un accident est un personnage follement attachant, mais ils le sont tous, même les plus anodins, les plus désagréables.

Nous suivons Thomas au fil de ses visites à son frère, à qui il amène la forêt, la nature puisqu’il ne peut plus y aller. Anaëlle va poursuivre une correspondance avec Hervé qui va aller bien au-delà d’une simple demande de renseignements. Il y a un côté un peu daté, un suranné dans le récit. Qui communique encore par courrier, par lettres envoyées, lentes, mais qui permettent de susciter tellement d’attente et d’impatience ? Thomas, lui aussi semble un peu en dehors du monde monder. Cela donne une coloration particulière au roman, une sorte de dimension hors du temps, éternel. Le tout se passe en Alsace, à la campagne, dans un monde un peu à part lui aussi.

Le reste c’est la qualité d’Agnès Ledig, les mots justes, la sensibilité délicate des émotions qu’elle suscite et qui vous gagnent forcément. Ce n’est pas simplement la gravité des sujets abordés, c’est la façon dont les gens les vivent et les ressentent.

C’est une très belle histoire, sincère, délicate et pleine d’émotions jolies. Malgré la gravité des sujets, rien n’est plombant. Il est question de mort, donc de vie et de permanence. Cela nous concerne tous.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.