Brant’s Return de Mia Sheridan

28 avril 2020

Mia Sheridan a beaucoup écrit ces dernières années et se rapproche de plus en plus souvent du romantic suspense. Ce livre, de 2018, montre déjà cette tendance qui produit une romance un pu intermédiaire et qui souffre de c statut un peu hybride. Le livre s’inscrit dans sa longue série liée aux signes du zodiaque mais qui produit des romans que l’on peut lire indépendamment.

Tout commence par une des obsessions de l’auteure : les survivants. Isabelle Farris en est une. Nous n’apprendrons qu’au cours du roman ce qui est vraiment arrivé et on la retrouve dans une ferme du Kentucky, travaillant auprès d’un homme malade. Isabelle exerce les fonctions de secrétaire mais également de dresseuse de chevaux. C’est malheureusement assez peu exploité mais la ferme propose des services de thérapie avec les animaux et Isabelle en a elle-même bénéficié. Dans le même temps, nous faisons la connaissance de Brant, le fils du propriétaire du ranch sur lequel travaille Isabelle. Il vit à New York et dirige plusieurs bars et débits de boisson spécialisé dans le bourbon. Pour une raison que le roman révélera, il semble ne plus voir son père du tout. Mais Isabelle, apprenant que le vieil homme est condamné va décider de prévenir Brant, provoquant un rapprochement qui aura des conséquences pour elle également.

La force des lives de Mia Sheridan est l’émotion et des héros masculins souvent un peu différents, profondément touchants. Malheureusement, Brant n’appartient pas à cette catégorie. Il est en souffrance, certes, mais assez désagréable. J’ai toujours du mal à adhérer aux héros de cette auteure quand ils sont censés être puissants et forts. Brant est plus souvent maladroit et pas très attachant. Mia Sheridan ne va pas s’attacher à la reconstruction d’Isabelle. la jeune femme reste très marquée par ce qui lui est arrivé mais elle a dépassé ce stade et est prête à avancer dans sa vie. Le livre va plus se concentrer sur sa romance avec Brant, qui est trop rapide et va surtout revenir sur le drame de la jeune femme. Tout semblait clair mais finalement il y a peut-être un mystère plus épais derrière.

Ce mélange n’est pas très bon, la romance trop expéditive, le suspense aussi et il arrive un peu d’on ne sait où. Il est meilleur toutefois et préfigure donc les romantic suspenses qu’écrit volontiers l’auteure maintenant.

Ce n’est clairement pas mon livre préférée de Mia Sheridan. Cela reste globalement bien écrit et il y a des idées qui auraient mérité d’être exploités comme la thérapie avec les chevaux, la vie sur un ranch du Kentucky ou encore les origines amish d’Isabelle. Il y avaient beaucoup d’éléments prometteurs, presque trop.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.