Great and Precious Things de Rebecca Yarros

8 mars 2020

J’aime beaucoup cette auteure qui met souvent en scène des militaires encore actifs ou vétérans. La couverture et le résumé insistent sur cet aspect de son livre même si, à la lecture, on peut plutôt conclure à une romance se déroulant dans une petite ville.

C’est un roman que j’ai moyennement aimé avec une intrigue un peu longue à se dessiner et avec quelques longueurs. C’est cependant bien écrit et il y a ce charme bien particulier des petites communautés américaines que certaines auteures nous ont appris à apprécier.

Cam retourne au pays, Alba, une petite ville de montagne dans le Colorado après une dizaine d’années passées loin de là, en tant que militaire. Il était revenu six ans plus tôt pour enterrer son frère, mort à ses côtés. Ce drame ainsi que d’autres plus anciens ont marqué sa vie. Cam fait partie d’un fratrie de trois garçons et il était sans aucun doute le plus rebelle et le moins aimé, accusé de tous les mauvais coups commis à Alba. La mort de Sullivan, son frère a été considérée par tous comme une sorte d’erreur divine y compris par Cam lui-même. Il ne revient donc chez chez lui que parce que son père souffre de la maladie d’Alzheimer et qu’il se sent des obligations vis-à-vis de lui. Il retrouve son dernier frère, son père qui ne l’apprécie guère et Willow, son amie d’enfance qui était tombée amoureuse de Sullivan et l’a perdu bien trop tôt, accablant encore plus Cam de culpabilité.

Un des soucis du roman est la mise en place assez lente de l’ambiance de cette petite ville. Nous avons droit à des éléments géographiques nombreux, nécessaires sans aucun doute mais un brin fastidieux et à la présentation des membres de la famille de Willow et Cam. Et il y a du monde ! L’autre point faible est que tout tourne autour d’un mine dans cette petite ville. Elle est désaffectée et maintenant Alba vit plus du tourisme mais la communauté des fondateurs de l’endroit sont très actifs. C’est très américain mais peut-être un trop car les longues digressions sur ce sujet manquent de piment.

En dehors de cela, la romance est jolie, peut-être trop simple entre Cam et Willow, sans grands enjeux alors qu’il y avait clairement matière. L’intrigue est plus travaillée qu’il n’y paraît au départ et permet de comprendre pas mal de choses à la fin, notamment l’hostilité si forte que suscite Cam dans la ville entière. C’est un personnage fort, rongé par des remords que l’on peut comprendre mais parfois on a un sentiment d’exagération et que Cam se punit à outrance. La construction de l’histoire ne permet pas toujours de le comprendre ni la réaction de son père et d’autres membres plus âgés de la communauté. La maladie du père est très présente et là, le ton est juste tout comme les questions qui se posent à un homme encore jeune qui voit sa mémoire le fuir.

Tout cela se lit sans déplaisir mais il y a clairement des défauts qui empêchent d’être complètement séduit. Rebecca Yarros a fait mieux. Il ne serait pas étonnant qu’elle revienne sur ce petit monde étant donné le mal qu’elle s’est donné pour planter le décor. Il y a de nombreux personnages secondaires qui pourraient devenir des héros.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.