Dominik – Arizona Vengeance – 6 de Sawyer Bennett

19 février 2020

Sawyer Bennett poursuit sa série sur une équipe de hockey de l’Arizona. C’est une saga très classique du genre qui passe en revue les différents sportifs et qui parvient en ce sixième opus au propriétaire des Arizona Vengeance, un homme d’affaires richissime, un self-made man, Dominik Carlson.

Depuis le tome précédent, nous avions compris qu’il se tramait quelque chose entre la sœur du héros Dax et Dominik. Willow a un métier passionnant de reporter de guerre et s’est retrouvée sur pas mal de zones de conflits dans le monde. Elle est indépendante et pas vraiment décidée à vivre une relation amoureuse. Elle est libre, assume son goût pour le sexe et ce qui l’a rapprochée de Dominik.

Jusque là tout va bien. Le métier très intéressant et le fait que Willow semble une femme un peu différente des héroïnes habituelles était séduisant. Oui, mais Sawyer Bennett va un peu décevoir. Tout d’abord on a croisé sous sa plume et sous celle de tellement d’auteures, un héros comme Dominik. Il est riche, roule dans des voitures somptueuses, achète des maisons qui le sont tout autant. Et il est sûr de lui, notamment au lit. L’enjeu est alors de nous montrer que Willow se pense indépendante mais qu’elle adore la soumission au lit. Pourquoi pas ? À part que ça a été utilisé de nombreuses fois, cela peut tenir la route mais tout est fait pour démontrer qu’elle se trompe sur son envie d’indépendance, sur son refus d’avoir un relation amoureuse durable… Bref, qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut alors que Dominik le sait, lui. Le pire c’est que Sawyer Bennett veut démontrer que son héroïne est vraiment différente mais elle la banalise au fil des pages et semble lui retirer cette belle assurance y compris en soulignant qu’elle exerce un métier très dangereux. Bref, Willow rentre dans le rang assez vite et assez facilement. Dommage.

Il reste une histoire globalement bien écrite, de fréquents clins d’œil aux héros précédents assez nombreux. C’est toujours sympathique d’avoir de leurs nouvelles mais pas révolutionnaire non plus.

Ce roman est finalement assez classique dans la construction, le choix de ce milieu sportif et même la personnalité des héros. Difficile de se renouveler en romance, apparemment. Dans le livre précédent déjà, l’héroïne avait un passé passionnant qui n’était pas assez exploité. Peut-être que l’auteure développera tout cela à l’avenir.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.