The Wives de Tarryn Fisher

4 janvier 2020

Tarryn Fischer est une grande amie de Colleen Hoover avec qui elle a écrit Never Never. Son écriture est sensiblement différente de Colleen Hoover quoique… Si vous lisez Verity, vous verrez qu’elles ont la même fascination pour les histoires un peu tordue, pour les héros très tordus et les twists. Ce roman l’illustre vraiment très bien. Si je n’ai pas adhéré à tout, ce thriller psychologique est assez vertigineux et je vais essayer d’en dire le moins possible.

Thursday est mariée avec Seth et elle partage avec lui une relation passionnée mais un peu (beaucoup) particulière. Seth est polygame et a deux autres femmes dans sa vie, pas des épouses car ce n’est pas autorisé légalement aux États-Unis. Thursday le sait et l’a accepté. Seth est un homme formidable qui est tout à elle un nuit par semaine, parfois deux. Thursday ne sait rien des deux autres femmes et s’en accommode fort bien jusqu’au jour où un petit bout de papier avec un nom va réveiller quelque chose chez elle, une sorte de prise de conscience qu’elle n’est peut-être pas aussi heureuse qu’elle pensait l’être. Alors, elle va se renseigner, creuser, creuser encore. Le souci est que la vérité de lui conviendra peut-être pas.

Je n’en dirai pas plus mais si cette entrée en matière est déjà inhabituelle, le reste l’est encore plus. Je suis admirative devant la construction de l’histoire. Tarryn Fischer construit une histoire qu’elle modifie après ; elle brosse un portrait de Thursday, de Seth, d’autres personnages secondaires, mais chaque nouvelle information modifie nos perspectives. Rapidement, on se pose de nombreuses questions. Que voulait Seth en proposant cette situation ? Pourquoi Thursday l’a acceptée ? Et si tout était bien plus compliqué qu’il n’y paraît.

Ce que j’ai beaucoup aimé est que nous ne sommes dans une histoire en blanc et noir, avec des bons et des méchants. Tout le monde a commis des erreurs, trompé, menti, est un peu fou. Tout le jeu est de comprendre tout cela et de voir où ça ira. Lisez bien jusqu’à la dernière ligne d’ailleurs, parce que Tarry Fischer vous empoigne au début mais ne vous relâche vraiment qu’au point final.

Il y a des passages brillants, parfois une volonté d’en faire trop, de compliquer encore et encore, de modifier la réalité encore et encore. Mais en dehors de cette sensation, on tourne les pages fébrilement, en se demandant où l’on va et ce que l’on va apprendre.

Tarryn Fischer a un esprit tordu qui fait un peu peur mais que c’est jouissif ! Si vous aimez ces thrillers psychologiques ou la folie plane, où le héros est un personnage complexe et à multiples facettes, ce livre est pour vous.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.