The Guy on the Left – The Underdogs – 2 de Kate Stewart

11 janvier 2020

Le premier tome de cette série portait sur un héros différent, le garçon qu’on ne repère pas, celui qui est obligé de préciser qu’il n’est pas le plus beau et le plus musclé sur la photo. Voilà le tour de celui qui lui fait de l’ombre, le beau gosse de service, footballeur de surcroît, qui avait montré pendant une grande partie du tome un qu’il savait y faire avec les filles. Jusqu’au moment où ses actes prenaient un sens nouveau. C’est justement ce qui va être développé dans ce tome. Il se déroule dans la même temporalité que le premier tome. Troy tombe amoureux en même temps que son coloc.

Troy est donc le type même de nos héros de romance. Il est beau, grand, a un succès fou avec les filles et les traite avec la délicatesse habituelle. Mais Troy n’st pas venu vivre en coloc pour rien. Il s’est installé dans la maison voisine de Clarissa et de son fils, Dante. Qui se trouve aussi être son fils. Alors qu’il n’avait que dix-huit ans, il a couché avec Clarissa sans lui signaler sa jeunesse, sous-entendant même qu’il était comme la jeune femme, prof. En fait, il n’était que lycéen. Lorsque Clarissa a découvert a grossesse, elle a voulu prévenir Troy mais a eu alors le choc de sa vie. En tant que prof, accepter devant tout le monde qu’elle a couché avec un élève aurait été désastreux. Elle en veut beaucoup aussi à Troy d’avoir menti. Elle le chasse alors de sa vie. Encore très jeune, il mettra quelque temps à réagir mais va vite essayer de nouer contact avec Clarissa et Dante, en les suivant dans leur déménagement.

Ce type d’histoire est très fréquent dans la romance et j’ai toujours du mal à accepter l’idée qu’une mère prive délibérément un père de son fils et vice-versa. Ici, la question se pose mais Clarissa avait une situation délicate à régler et a fait un choix. L’auteure aborde cette décision bien entendu mais on suit surtout Troy qui sait qu’il a fait une erreur au départ, mais fait tout pour la rattraper et surtout apprendre à connaître son fils. Troy est assez parfait dans ce rôle. Loin d’être le beau gosse qui les fait toutes tomber, c’est un garçon sérieux, que beaucoup sous-estiment, qui aide financièrement Clarissa, du mieux qu’il peut. Le foot est une passion mais également une chance de se lancer dans une carrière bien payée. Loin de montrer ce sport sous son aspect glamour, on souligne le efforts que ça demande, l’incertitude de la réussite, le coût financier que cela représente.

Mais la beauté de l’histoire repose sur les interactions entre Troy et Dante. Le petit garçon a six ans et est à mourir de rire tout en restant très touchant. Il n’a pas la langue dans sa poche, est très intelligent mais vulnérable aussi. Il a peu d’amis de son âge et va accueillir Troy très gentiment. Sans que rien ne soit dit, une petite vie de famille commence. C’est amusant, frais, plein de tendresse. Car Troy murit en faisant cela et s’attache à Dante. Et à sa mère aussi. Clarissa et Troy trouve vite un terrain d’entente. Le sexe arrive tardivement et de façon bien plus subtile que d’habitude.

C’est un livre délicieux, drôle et touchant et Troy n’est plus du tout le garçon agaçant du premier tome. Il est bien loin du cliché qu’il semble être au départ. Kate Stewart est très douée, sait mieux que personne camper des personnages à la personnalité fouillée, forte. Ses héros sont modernes, loin de certaines caricatures.

Comme souvent chez cette auteure, il y a quelques longueurs et la choix initial de Clarissa reste difficile à comprendre mais le livre est excellent tout de même. Il reste maintenant, « The boy in the Middle », Lance, le troisième coloc, garçon silencieux et joueur de foot également. J’ai hâte d’en savoir plus !

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.