Les clichés de la romance à l’épreuve de notre époque… plus écolo !

8 janvier 2020

Nous le savons tous, la romance est une véritable malle aux trésors aux clichés. Les héros et héroïnes doivent obéir à un certain nombre de critères, du moins c’est ce que l’on pense. Certaines auteures en jouent, d’autres les enchaînent sans sourciller mais il va y avoir quelques changements à faire à l’avenir au risque de voir nos héros devenir très ringards. Imaginons d’abord qu’ils suivent l’air du temps, soient plus adeptes de Greta Thunberg et de Nicolas Hulot que de Donald Trump. Qu’ils soient écologistes mais vraiment. Eh bien quelques clichés vont disparaître.

Vous connaissez cette scène fameuse où le richissime milliardaire conduit notre héroïne dans un lieu de rêve dans son jet. Là, ils montent sur un superbe yatch et gagnent des plages paradisiaques dans des hôtels de luxe ou des aménagements somptueux. Je suppose que vous voyez déjà les problèmes… Il y en a au moins trois :

– Le jet… aïe, aïe, aïe… Très consommateur de kérosène, rejetant du CO2 dans l’atmosphère, permettant non pas de faire se déplacer de nombreux passagers mais nos deux héros et un équipage restreint. Ils ont tout faux… Un couple aussi populaire que Meghan et Harry souffre de son image peu écolo justement à cause d’une utilisation légère du jet privé… alors nos deux pauvres héros… Et il n’y a pas que ça… Combien de voitures énormes et polluantes conduit notre héros ? Ou son chauffeur, d’ailleurs. Et son yatch ? Il n’est pas totalement à voile en général… Bref, niveau carbone, nos héros sont à la ramasse. Se pose le problème de modifier leur façon de se déplacer alors. Compliqué, je sais… Il va falloir trouver des moyens non polluants et glamour. Le train ? Pas idéal pour aller sur une île. Le pédalo ? Un peu trop loin. La trottinette électrique ? Soyons sérieux… Un cliché risque donc de tomber car franchement un héros qui fait sa réservation Ouigo, ça casse le cliché !

– Et puis, il y autre chose… L’île paradisiaque… Est-elle faite pour accueillir des touristes, qui vont venir décharger des polluants dans un océan qui meurt déjà sous le plastique et où l’on va construire des bâtiments qui détruisent peut-être un milieu naturel qu’il faudrait protéger, rafraîchir à grand coup de clim ? Hum… Il va falloir choisir une autre destination mais là aussi… pas facile. Parce proposer une sortie au lac du coin (qu’on peut rejoindre à vélo donc privilégier le local et laisser respirer les petites îles très bien sans touristes ni habitants) ne fait pas partie des clichés de la romance.

– Il reste le dernier poncif : le milliardaire qui dirige des entreprises parfois très polluantes elles-mêmes. Bon, la romance a depuis longtemps évité de donner des détails sur les réelles activités de nos hommes d’affaires/héros. C’est peut-être le cliché le plus adaptable. Après tout, il peut diriger une entreprise qui respecte l’environnement. On a déjà vu cela dans des romances mais fini le costume trois-pièces et la cravate. Le milliardaire de cette trempe est plus cool, consomme local, a des rapports directs et moins hiérarchiques avec ses collaborateurs ! Adieu Christian Grey et sa distance glaciale !

Franchement si l’écologie nous permet de nous débarrasser de quelques clichés et donc scènes obligatoires qu’on a lues mille fois… Pourquoi pas ? Elle réussirait là où des milliers de lectrices saoulées ont échoué ! Il n’en reste pas moins que comme bien d’autres sujets, ils sont en train de gagner la romance, souvent sous forme de marotte (plus souvent c’est l’héroïne, comme si l’écologie était une préoccupation plus féminine) et de quelques réflexions, de-ci, de-là. Rien de révolutionnaire, car si les idées avancent dans notre société, c’est très inégal encore et aux USA notamment (mais pas que…), beaucoup de gens croient encore que le réchauffement climatique est une invention des Chinois pour gêner le commerce et chacun trouve toujours plus utile de remettre en question les habitudes de son voisin, bien moins les siennes !

Et puis, des héros soucieux de la nature, des animaux, de l’environnement… cela fait d’eux des personnages modernes et qu’on peut admirer, tout ce que la romance apprécie.

J’en viens à me demander quels autre clichés pourraient sauter avec cette évolution inexorable et qui sait, peut-être aurons-nous bientôt un héros cycliste, vegan ou mangeant moins de viande au moins (combien de steacks et de burgers consommés dans une romance ?), pas trop riche (un peu quand même…) et se battant pour la planète ? Ça peut être sexy aussi, non? Et on créera alors d’autre clichés car la romance adore ça !

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.