La romance sur grand et petit écran…

23 août 2019

Depuis quelques mois, cela bouge du côté des adaptations de nos romances sur les grands et petits écrans. De plus en plus de livres à succès sont adaptés pour le cinéma ou les séries dans tous les genres, mais la romance pure et dure avait encore beaucoup de choses à prouver et passait rarement la cap.

Il y a sans doute plusieurs raisons à cela. La première est la méfiance que suscite toujours ce genre. Si les comédies romantiques ou les drames (du genre de Nos étoiles contraires) qui mélangent l’amour avec d’autres éléments très porteurs avaient réussi à franchir le cap, ce n’était pas le cas du reste. L’autre raison est que toute histoire n’a pas un potentiel visuel énorme. Il ne suffit pas de reprendre un texte qui a eu beaucoup de succès pour en faire une blockbuster ou une série à succès. Les livres, parfois très introspectifs, ne sont pas forcément taillés pour cela. Il y a eu évidemment les trois épisodes de Fifty Shades of Grey qui ont trouvé un vaste public, mais le livre avait été un tel raz-de-marée que cela semblait plus facile. Il n’y avait pas trop de concurrence non plus. Peu de romances pures sortent sur grands écrans. After, autre succès énorme a lui aussi été adapté sur grand écran, et sans atteindre le niveau de spectateurs du premier, il a été honorablement accueilli et le second épisode est actuellement en tournage. Précisions toutefois qu’Anna Todd, l’auteure a donné beaucoup d’elle-même et de son argent pour cela, sinon il ne serait pas sûr que le projet ait abouti si vite. En effet, céder les droits audiovisuels à des studios ne garantit pas de voir le film sortir un jour. C’est une façon de mettre la main sur un succès qu’on exploitera ou pas. Ainsi en est-il d’Hollywood. Je pourrais développer longuement les exemples de livres dont les droits ont été achetés et dont le projet n’a jamais abouti.

Le fait que beaucoup de romances sortent et qu’elles ne soient pas toutes des bestsellers planétaires comme celles précédemment citées montre qu’il sera sans doute difficile d’avoir des sorties cinéma dans les années à venir. Seuls quelques livres auront leur chance dans des genres bien particuliers, sans doute. C’est peut-être ce qui arrivera à Colleen Hoover et son magnifique Jamais Plus, qui a été optionné pour le grand écran par un producteur, Justin Baldoni, qui a déjà rencontré un certain succès avec la sortie en 2019 de Five Feet Apart. Cela semble très encourageant même si cela ne garantit pas la sortie d’un film qui est surtout un investissement. Le long métrage est déjà annoncé sur AlloCiné dans la catégorie romance, comme si le mot faisait moins peur soudain. Affaire à suivre, croisons les doigts.

Et puis, il y a Netflix dont on n’a plus à vanter les succès. Être adapté en série est peut-être encore plus intéressant. Le public est nombreux, il y a possibilité de développer de nombreuses saisons et il y a eu quelques frémissements intéressants. La première grande série romance adaptée est peut-être Outlander, sur la chaîne Starz. Le roman, dont le premier tome a été publié dans les années 90, avait connu son petit succès, mais la série a très bien fonctionné et continue encore. Série historico-romantico-fantastique, elle ratisse assez large et a pu compter sur un casting qui a beaucoup plu au public. Cela a peut-être donné des idées à Netflix. Plusieurs projets sont en cours à des niveaux différents d’achèvement. Ainsi la saga historique de Julia Quinn, publiée en France chez J’ai Lu depuis de longues années a séduit Shonda Rhymes (maman de Grey’s Anatomy, excusez du peu…) Cette série, dont je vous recommande la lecture, notamment les premiers tomes très réussis, raconte l’histoire d’une famille nombreuse sous la Régence anglaise. Le style est enlevé et drôle. Nous avons là aussi un mix étonnant de romance pure et dure (elle est au cœur du récit et ne prétend à rien d’autre.) et d’humour à l’anglaise. On sent que c’est une façon de surfer aussi sur le succès des adaptations des différents Jane Austen. Mais que la romance historique séduise ainsi était un signe. Dernièrement, c’est Robyn Carr, elle aussi publiée chez J’ai Lu qui a annoncé que sa série Virgin River serait portée à l’écran sous forme de série. Le format est idéal lui aussi, puisque cette longue saga raconte l’histoire des habitants d’une petite ville dans la montagne du Nord de la Californie en commençant par l’arrivée d’une infirmière, veuve, dans ce village où elle va rencontrer celui qui tient le bar local, un vétéran de guerre. Cette série, très américaine est un condensé de ce pays : construction d’une communauté presque à partir de rien, seconde chance, valeurs familiales et chrétiennes fortes… Là aussi, la série n’a aucune autre prétention qu’être une romance, chaque tome portant sur un couple qui vient s’ajouter à la petite population. Le couple central reste très présent et sera certainement le pivot de la série.

Très récemment, le roman de B.B Easton, 44 chapters, qui raconte une romance très atypique car on suit les aventures d’un couple qui va mal en replongeant dans toutes les histoires d’amour précédente de l’héroïne, a été aussi optionné par Netflix. Le mouvement n’est donc pas fini.

Enfin, une mini-série comme Plan Cœur, qui là aussi, sans prétention, raconte comment une jeune femme trouve l’homme de sa vie sur un ton très parodique et comédie, a connu un joli succès inattendu. Ce n’est pas une adaptation d’un livre mais une vraie romance comme on en lit beaucoup. On sait pourtant que la comédie romantique a toujours bien fonctionné au cinéma, pourquoi en serait-il autrement sur Netflix ?

Je trouve ces choix très encourageants et très intéressants sur le fait que la romance sorte enfin du placard. Jusqu’à maintenant, il n’y avait que des chaînes du Net, assez obscures ou sans moyen, comme PassionFlix pour adapter les romances. Ici, c’est profondément différent. Ce qui interpelle aussi, c’est que Netflix a trouvé son bonheur dans des romances datant de plusieurs années, plus de dix dans les deux cas, donc qui précèdent l’explosion de la romance récente, qui a elle, été adaptée au cinéma avec sans doute un succès pas aussi fort qu’on l’aurait pensé. Comme je le disais plus haut, toutes les romances ne sont pas adaptables sur écran, toutes n’ont pas l’écriture qu’il faudrait ni des thèmes assez grand public, mais il n’y a plus le recul prudent que suscitait jusqu’alors des livres étiquetés « romance ». Après les nombreuses adaptations de succès de la littérature « Jeune Adulte », peut-être que la romance a quelque chose à proposer. C’est encore un peu temps de conclure là-dessus et j’attends avec impatience le casting de ces séries et de voir ce qu’elle donneront à l’écran.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.