Dax – Arizona Vengeance – 4 de Sawyer Bennett

8 août 2019
handsome man,with strong fit body,staying in front in a rocky location,looking at the camera

Je lis toujours avec plaisir les livres de cette auteure et particulièrement ses romances sportives autour du hockey mais celle-ci est assez décevante et ce roman tout particulièrement. Il n’y a rien de terrible, dans tous les sens du terme. C’est très ordinaire et déjà lu, y compris sous la plume de cette auteure.

Comme souvent dans ce type de séries, nous avons droit à la constitution d’un groupe de copains, tous membres de l’équipe, ce qui fait que chacun des personnages est déjà connu. L’héroïne est la soeur d’un membre de l’équipe de Phoenix qui est décédé dans un des tomes précédents. Terriblement affectée, comme on peut l’imaginer, elle est en plus dans une situation complexe puisqu’elle souffre d’une grave maladie sanguine qui nécessite une lourde prise en charge très coûteuse. Celle-ci était assurée par l’assurance de son frère. Le héros, Dax était un proche du jeune homme disparu et il a toujours connu Regan qui a quelques années de moins que lui. On devine la suite (et c’est un peu le problème). Dax va proposer à Regan de l’épouser et de lui offrir ainsi la protection de son assurance. L’idée est bonne mais en réalité on ne va pas trop s’intéresser au couple qui est très vite ensemble et se découvre une très forte attirance immédiatement. Il n’y a pas tellement d’enjeu sur cette histoire et on s’intéresse presque plus à d’autres personnages dont l’histoire commence ici dont Tacker un joueur très dépressif, qui a du mal à sortir de son malaise ou la soeur de Dax, Willow qui a exerce le métier de reporter de guerre et semble avoir un sacré caractère.

Un autre point qui m’a dérangée est que Sawyer Bennett se prend un peu les pieds dans le tapis quand elle veut montrer que ses héroïnes sont des femmes fortes et que les héros n’ont qu’à bien se tenir. Le pauvre Dax se laisse aller à quelques sorties assez lamentables sur les femmes qui portent des tenues un peu courtes. Et ce que lui réplique Regan n’est pas forcément satisfaisant. Bref, cela non plus, n’est pas super bien fait.

Il reste une histoire très classique où le hockey est très, très secondaire et qui reprend les idées habituelles : ces hommes sont amis et forment une grande famille qui s’agrandit à chaque fois qu’ils trouvent la femme de leur vie et c’est la vraie famille celle qu’on choisit.

On lit sans déplaisir mais cela s’oublie très vite. Ce couple malgré tout ce qui était prometteur ne restera guère dans ma mémoire. Un roman à réserver aux fans de l’auteure ou de ce type de livres, pas lassés de lire cette histoire une énième fois. Je m’interroge pour ma part sur la suite. Tacker est intéressant mais si cela se passe comme dans ce livre… je risque d’être déçue.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.