Passion on Park Avenue – Central Park Pact – 1 de Lauren Layne

4 juin 2019

J’aime beaucoup Lauren Layne et si vous avez découvert ses autres séries notamment celle traduite en français et publié chez J’ai Lu, vous ne serez pas dépaysé. Elle reprend des ingrédients qu’elle maîtrise : une saga autour de trois jeunes femmes aux alentours de la trentaine, unies non pas par une longue amitié mais une trahison commune. Toutes les trois ont eu dans leur vie le même homme, en même temps, sans le savoir bien entendu. L’une d’entre elle était son épouse officielle, une autre sa maîtresse attitrée, et la dernière, notre héroïne, Naomi, ne l’a connu que quelques semaines avant son décès et la révélation qu’il n’était vraiment pas seul dans la vie. Les trois femmes vont nouer un pacte autour de cela : se protéger et avertir les autres qu’un homme du même genre leur traîne autour.

Disons-le assez vite, c’est assez difficile à avaler, un peu long à mettre en place tellement c’est tiré par les cheveux. On comprend leur rapprochement, l’humiliation est commune à toutes les trois, mais ce qu’elles se promettent n’a pas grand sens et surtout jouera peu dans le roman. Un autre problème est que l’auteure prend grand soin à introduire de nombreux personnages secondaires qui auront de toute évidence un rôle à venir, ce qui rend l’histoire d’amour de Naomi et Oliver, le héros, un peu fade.

Naomi est née dans le Bronx, loin du riche quartier de Manhattan et de Park Avenue. Mais elle a vécu brièvement là avec sa mère, domestique chez les parents d’Oliver. Là s’est noué un drame personnel. Oliver a toujours été moqueur et méchant avec elle. Il a aussi gardé le silence quand la mère de Naomi qui avait une relation avec le père d’Oliver a été chassée de chez eux comme une malpropre. Naomi en a gardé une blessure profonde et beaucoup de ressentiment. Par un concours de circonstances, elle va se voir offrir l’opportunité d’emménager dans le même immeuble où vit toujours Oliver et son père. Les choses ont bien changé cependant.

Tout cela partait très bien. Naomi n’a plus rien de la petite gamine pauvre, fille des domestiques. Elle a réussi dans les affaires, Oliver a lui aussi une jolie carrière, il est architecte mais l’histoire prend difficilement. Oliver est un brin ennuyeux, il se lâche peu. Il veille sur son père. En fait, ils sont très sympathiques ces deux hommes et l’on se demande pourquoi l’auteure a tellement voulu nous les dépeindre de façon aussi négative puisque cela ne joue pratiquement aucun rôle dans le roman. L’histoire se déroule de façon plutôt attendue et le point positif n’est pas au cœur de l’intrigue puisqu’il s’agit du par d’Oliver qui souffre d’Alzheimer et dont le portrait est touchant.

Sinon, on reconnaît la patte de Lauren Layne : New York et les quartiers qui font rêver comme Park Avenue, Manhattan, Tribeca… Des hommes d’affaires et des femmes riches, un milieu cossu donc. Mes dialogues sont sympathiques, la comédie romantique est assez réussi entre drôlerie et émotion mais ce n’est pas le meilleur livre de l’auteure loin de là, ni son couple le plus attachant.

J’ai lu ce roman sans déplaisir mais il est bon, sans plus. J’ai un peu l’impression que Lauren Layne tourne en rond avec ces séries et qu’elle me surprend moins. Les défauts ressortent d’autant plus. Je lirai tout de même les livres consacrés aux deux autres jeunes femmes bafouées. Ce sera peut-être plus fort et mieux construit.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.