La sirène et le scaphandrier de Samuelle Barbier

21 juin 2019

Cet très joli texte a une toute aussi jolie histoire. Il est le lauréat d’un concours organisé par Fyctia, une plateforme d’écriture et Télé-Loisirs avec un jury dirigé par Virginie Grimaldi. Le résultat est un romand été, fin et délicat, un peu inattendu.

Hanna vit à Londres, survit plutôt, enfermée dans son appartement par l’agoraphobie. Elle est un peu bloquée dans son existence. Sur les conseils de son thérapeute, elle va s’inscrire un programme qui met en contact par courrier des détenus et des correspondants. C’est ainsi que Hanna va commencer à écrire à Zach, prisonnier à Riker, New York.

Le roman n’est pas qu’épistolaire. Hanna et Zach commencent surtout à échanger ainsi, mais nous les suivons aussi dans leur vie quotidienne, pas forcément facile. Zach est texan et a été transféré à New York qu’il déteste, pas simplement parce qu’il y est en prison. Quant à Hanna… elle aussi mène une vie de prisonnière à cause de ses problème psychologiques. Il y a donc toute une série de réflexions sur la liberté ou son absence, les barreaux que l’on subit ou qu’on s’impose, le fait qu’on peut se sentir enfermé dans un grand espace ou libre derrière une porte verrouillée… Tout cela est fin et intelligent, tendre et subtil.

La grande qualité du livre et que l’auteure a parfaitement exploité c’est l’ambiance dans laquelle enne nous plonge, jamais plombante, toujours optimiste. Elle créé un monde, notamment le Texas natal de Zach, parfait, aride et magnifique, où on a vraiment l’impression de souffler; on suit avec avidité la situation de Hanna si différente mais elle a tellement de barrières à abattre.

Tous deux progressent sur leur propre chemin et l’un vers l’autre avec détermination, à coups petits défis, de listes que l’on remplit. Ces détails, ces moments, ces petites victoires qu’ils remportent tour à tour touchent au cœur et donnent beaucoup d’espoir. Tout avance peut-être un peu vite et facilement mais on a envie de croire à tout cela et d’être heureux avec eux et pour eux.

C’est un joli texte, léger et profond, délicat et très plaisant qui se lit rapidement parce qu’on veut en savoir plus, prendre encore un peu plus de plaisir avec eux encore. Une jolie découverte.

2 Comments

  • Samuelle 21 juin 2019 at 13 h 41 min

    Merci beaucoup pour cette jolie chronique 🙂 je suis ravie que le roman t’ait plu !

    • Sylvie Gand 24 juin 2019 at 12 h 05 min

      Merci! Très jolie histoire qui m’a happée très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.