L’ivresse des libellules de Laure Manel

24 avril 2019

Voilà une auteure dont je suis les sorties annuelles avec grand plaisir depuis on livre au titre énigmatique, la délicatesse du homard. Chaque année donc, un livre avec un nom d’animal paraît et je m’y plonge avec joie. cette année, ce sont les libellules et j’ai trouvé ce choix moins évident que pour les précédents. Tout comme le livre. Je l’ai aimé mais j’ai eu du mal à entrer dedans.

Ne vous méprenez pas, il est réussi, il aborde comme Laure Manel aime le faire, l’amour, l’amitié, le couple avec une fausse simplicité et une grande humanité et délicatesse. Ce roman, plus qu’une simple histoire est une réflexion sur le couple, tel que le vivent des personnages qui approchent la quarantaine ou l’ont déjà dépassée. Il y a beaucoup de justesse et de vérité dans tout cela et si vous êtes passés par cet âge fatidique mais pas seulement, vous avez toutes les chances de vous sentir concernés.

Au départ, c’est l’histoire de quatre couples, des potes, qui prennent habituellement leurs vacances ensemble. Cette fois, Sybil, la meneuse un peu pénible a décidé que cela se ferait sans les enfants qui rythment les congés de façon différente. Même si c’est à contrecœur pour certains d’entre eux, tout le monde a cédé et ils vont tous arrivés dans une magnifique villa ardéchoise comme on monte sur scène. Chaque couple incarne une certaine réalité : il y le voeux couple solide, celui qui éprouve des doutes, celui qui vient de se former et semble encore aux débuts exaltants… Viendra s’ajouter une petite dernière, seule, célibataire depuis peu.

C’est une comédie charmante qui commence alors. Si vous êtes partis avec des amis, vous reconnaîtrez forcément un moment de ce roman : celui où un des protagonistes agacent, prend les décisions pour les autres, les hommes qui refusent de participer à égalité avec les femmes aux tâches ménagères… Le tout sur fond d’Ardèche noyée de soleil et de chaleur. Si j’ai beaucoup apprécié la description soigneuse de ce coin de France, je l’ai trouvée un peu envahissante parfois, tellement ça tournait à un dépliant touristique. Mais c’est un détail.

Ce qui frappe c’est cette comédie humaine qui se noue devant nous, pleine de réalisme mais analysée avec bienveillance, avec un regard prudent et délicat. C’est au fil des pages que l’on réalise que l’auteure a fait un travail remarquable et vraiment mis en scène des situations très variées du couple, des choix qu’ils font. C’est intelligent, fin, plein de sensibilité et tellement proche de nous que lorsqu’on tourne la dernière page, on a vraiment l’impression de quitter ses amis, imparfaits, agaçants, mais si indispensables à nos vies.

On retrouve donc la touche de Laure Manel, cette écriture simple, petite musique parfaitement adaptée aux histoires qu’elle raconte. Ce n’est pas mon livre préféré parce que le sujet n’est pas celui qui me passionne le plus mais je l’ai pourtant lu avec plaisir et envie d’en savoir un peu plus malgré l’aspect anodin du propos de départ. Les rebondissements sont rares apparemment mais finalement ces couples repartent bien différents ce qu’ils étaient au départ et on se dit que la vie, c’est exactement ça : des choix, des petites ou des grosses crises, des éléments qui changent, d’autres moins… C’est un message universel.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.