La romance francophone: Comment tout a commencé… Épisode 2

Voilà la seconde partie des réponses à un petit questionnaire que j’ai envoyé à 22 auteures volontaires dont je citerai les noms, quand elles m’y ont autorisée, en fin d’article. Si cela avait besoin d’être confirmé, l’immense majorité des auteures, c’est à dire 15 sont des lectrices assidues de romance mais pas seulement. La plupart notent lire d’autres genres mais la romance demeure essentielle et première pour beaucoup. Pour certaines, c’est leur genre de prédilection depuis toujours. 13 lectrices déclarent lire moins depuis le début de l’écriture pour elles. Non pas par désintérêt mais surtout par manque de temps : écrire est chronophage et ajouté à la vie de famille, parfois à un travail extérieur, il reste peu de temps de cerveau disponible ! Certaines le déplorent parce qu’elles estiment que c’est un peu nécessaire pour continuer à écrire alors que d’autres évitent de lire en période d’écriture pour ne pas se laisser troubler par les autres textes. Il ressort de plusieurs questionnaires que lire de la romance, c’est aussi accompagner des consœurs, participer au développement du genre et des autres auteures. Les autres genres abordés par les lectrices sont souvent le roman policier ou thriller ou la fantasy… genres…

The Girl He Used To Know de Tracey Garvis Graves

La question que je me pose maintenant que j’ai terminé ce livre est la raison pour laquelle je n’ai pas lu les autres romans de cette auteure depuis l’excellentissime Une Île. D’ailleurs, je vous invite à la redécouvrir. cette histoire, traduite en français il y a quelques années est une formidable histoire d’amour inhabituelle, mêlée d’aventures. L’histoire de ce dernier roman n’a pas grand-chose à voir sauf que l’on retrouve cette plume incroyablement forte et talentueuse, capable de tout communiquer. Il monte crescendo et nous fait nous attacher à Annika, une jeune étudiante au début des années 90. Elle a péniblement commencé ses études universitaires après avoir bien failli tout laisser tomber. Annika est ce que l’on appelle une fille bizarre, aux réactions différentes des autres, ce qui l’isole terriblement et la rend parfois victime de mauvaises blagues voire d’actes cruels gratuits. Évoluer dans un monde qu’elle ne connaît pas bien, nouveau, est incroyablement difficile pour elle et elle est sur le point de tout laisser tomber lorsqu’elle s’inscrit au club d’échecs de la fac et trouve un intérêt à y rester. C’est là qu’elle rencontrera plus tard Jonathan, qui va changer sa vie. Le départ est un peu lent…

Love, Again de L.P. Dover

L.P. Dover écrit depuis quelques année de romances très mignonnes mais qui manquent tout de même de substance. Ce roman ne déroge pas à la règle et si ce n’est pas désagréable, le côté facile et les problèmes qui s’arrangent miraculeusement, interrogent. Aubrey est donc réalisatrice à Hollywood. Quand nous la découvrons, elle mène une vie qui semble lui convenir totalement. Elle a trente-deux ans et déjà des récompenses nombreuses dont un Oscar. Elle est très amie avec une actrice, elle a devant elle une riche carrière et des projets. Il va alors se produire quelque chose dans sa vie qui la pousse à e pencher sur son passé, à s’interroger sur ses choix, notamment celui d’abandonner son amour de jeunesse, Cole. Elle est originaire d’une petite bourgade rurale du Midwest aux antipodes de Los Angeles et de sa vie actuelle. Elle décide de mettre alors sa vie entre parenthèses et de réaliser quelques-uns de ses rêves, histoire de prendre un peu de recul. Tout cela est intéressant et intelligent, sauf qu’après tout va être assez terne et très, trop facile. Parmi ses regrets, il y a le fait qu’elle a décidé de laisser Cole derrière elle pour réaliser son…

Repeat de Kylie Scott
romances NA , vo anglais / 10 avril 2019

J’ai toujours beaucoup aimé les livres de Kylie Scott et sa série autour d’un groupe de musiciens il y a quelques années avaient été une pure réussite. Depuis, je la trouve bien moins efficace, et ce livre ne fait pas exception. Si la lecture est agréable, ce n’est pas la romance du siècle et si le résumé est intéressant, l’histoire manque d’envergure. Le livre s’ouvre un peu brutalement sur un moment très important dans la vie des héros, Clementine et Ed. La jeune femme a été victime d’une agression quelque temps plus tôt qui l’a laissée amnésique. Un peu perdue, elle a identifié sur son corps un tatouage et elle ait qui l’a réalisé. Elle se rend donc dans le studio où travaille Ed et à sa grande surprise, elle va découvrir qu’il s’agit de son ex. Cette scène est à l’image des faiblesses du roman. Elle manque de peps. Cela aurait dû être une scène tragi-comique, c’est juste sympathique. Et puis, il est fort étonnant que personne autour de Clem, notamment sa sœur ait omis de l’avertir de qui est exactement Ed… Il y a ainsi beaucoup de facilités de scénario, de petites incohérences qui rendent la lecture moins…

Hook Shot – Hoops – 3 de Kennedy Ryan

L’erreur serait de penser que les romans de Kennedy Ryan ne sont que des romances sportives. Oui cela se passe dans le milieu du basket-ball pour cette saga, mais le sujet est totalement ailleurs, surtout pour ce livre. Je suis admirative de son talent qui lui permet d’aborder avec une incroyable intelligence et finesse, des sujets parfois compliqués ou que certaines romances ont banalisé. C’est pour moi, probablement, l’auteure la plus féministe aux États-Unis et sa façon d’aborder le sujet des femmes est passionnant. Ce roman est le troisième de la saga et nous avons déjà croisé les personnages principaux du livre. Kenan Ross est un basketteur afro-américain, plutôt en fin de carrière. Il joue avec August, le héros du premier tome. Il a épousé Iris, la cousine de l’héroïne, Lotus. Nous les avons donc vus auparavant. Lotus travaille dans la mode, à New York, bien loin de sa région d’origine, le sud des États-Unis. Elle est très proche d’Iris, autant qu’une sœur et elles partagent un lourd passé et des souvenirs de soutien et d’entraide indéfectibles. Lotus a tout de suite remarqué Kenan, dès leur première rencontre, et leur intérêt a été réciproque. Mais, tout semble bien difficile dès…

La romance francophone : Comment tout a commencé… Épisode 1

Je fais régulièrement une petite plongée dans la romance francophone sans cesse en évolution et je me suis arrêtée cette fois sur le tout début. Pendant longtemps, la romance n’a pas du tout été mise en avant en France ou dans les pays francophones. Si elle existait, c’était sous forme de traduction et il était assez rare de croiser des auteurs francophones de romance. Non pas qu’elles n’existaient pas mais il était ans doute difficile de se lancer : où publier ? Comment s’exprimer ? Dans la continuité des Américaines ou pas ? J’ai reçu les réponses à mon petit questionnaire de vingt et une auteures que je remercie chaleureusement parce qu’en plus je les ai sollicitées au moment du salon du livre… Merci d’avoir pris le temps de me répondre et de donner un petit instantané d’une partie du paysage de la romance francophone. Une vingtaine d’auteures ne suffit pas à établir une étude scientifique mais cela apporte quand même quelques enseignements. J’ai été frappée par le nombre d’ouvrages déjà écrits. Cela va d’une auteure qui a commencé cinq livres sans les terminer (mais qui a bien l’intention d’aboutir !) jusqu’à une vingtaine de titres (si l’on compte les séries…