Indéterminés de Samantha Bailly

11 mars 2019

Indéterminés clôt la trilogie de Samantha Bailly qui avait commencé par Les Stagiaires et qui mettait en scène les affres de l’entrée dans la vie professionnelle surtout à travers le regard d’Ophélie Dubois, une jeune Bretonne fraichement débarquée de Bretagne pour faire son stage chez Pyxis une petite entreprise dynamique tournée ver l’édition de mangas et la production de jeux vidéos. Il y a eu un second tome que je n’ai pas lu mais j’ai plongé avec un grand plaisir dans ce livre qui se déroule cinq après le premier. Nous allons retrouver tous ceux que nous avions croisé, apparemment sortis des problèmes du début de la vie professionnelle mais à la croisée de chemins.

C’est le cas aussi pour Pyxis car la petite entreprise connaît des difficultés de croissance, de développement et a peut-être aussi changé d’état d’esprit. Finie la mentalité un start-up, peu conformiste, bonjour les réalités économiques, les fusions-acquisitions et le monde des affaires. Ophélie a prospéré chez Pyxis et est maintenant directrice de la communication à moins de trente ans. Elle est en couple et tout semble aller pour le mieux. Sauf que les priorités de sa vie ne sont peut-être plus les mêmes et que les évolutions de son entreprise ne lui conviennent sans doute plus autant. Et puis, Arthur reparaît. Il a été de passage dans sa vie alors qu’ils étaient stagiaires tous les deux. Ils ont eu une sorte de liaison, il est parti, il était odieux… Mais l’eau a coulé sous les ponts pour lui aussi et il a sans doute bien changé. Il revient travailler là où il a commencé mais il ne sait pas vraiment de quoi son avenir sera fait.

Arthur et Ophélie alternent leur point de vue tout au long du roman qui va fermer de nombreuses pistes ouvertes dans le premier livre. On revit la plupart des personnages secondaires ce qui permet de faire le portrait de jeunes gens qui travaillent à Paris dans des entreprises qui évoluent elles aussi. C’est un portrait parfois assez amer de ce qu’est le milieu des affaires notamment dans ce milieu culturel qu’est l’édition de mangas ou de jeux vidéos. On sent toute l’expérience de l’auteure, son recul par rapport à ce milieu qu’elle connaît bien. Pas facile de garder son intégrité dans ce monde et Ophélie le montre amplement.

Il passe de nombreux messages dans ce livre, presque trop. S’il est question du travail, l’auteure aborde aussi le sexisme, les violence sexuelles, et d’autres domaines encore comme la difficulté d’atteindre la maturité. Ces presque trentenaires que sont Ophélie, Arthur et leurs amis quittent définitivement l’enfance apparemment. Comme beaucoup de sujets sont abordés, on regrette parfois que cela demeure un peu facile, rapide et que tout trouve une solution assez vite. Mais la lecture est plaisante et grave à la fois, pousse à l’interrogation et à la réflexion. Arthur et Ophélie dérivent dans ce monde, à la recherche d’eux-mêmes. Lui a bien changé, presque un peu trop. Le petit con accro à la drogue, issu d’un famille trop riche a disparu. tant mieux et tant pis. Il était attachant malgré ses défauts ! Il a acquis d’autres qualités par ailleurs.

C’est un livre très agréable qui soulève de nombreux points de cette génération actuelle, parisienne, active, confrontée à pas mal de problèmes. J’ai adoré retrouver ces personnages et cette description de leur vie, criante de vérité. Si certains point avaient été explorés à fond, cela aurait été encore mieux.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.