Quelque chose de bleu de Blandine P. Martin

16 janvier 2019

Quelque chose de bleu fait référence à une croyance américaine que lors d’un mariage, pour mettre la chance de son côté, il faut quelque chose de neuf, d’ancien, d’emprunté et de bleu. L’héroïne, Lena est en effet sur le point de se marier avec Paul, son fiancé. Ils coulent des jour heureux depuis un moment mais la décision de concrétiser leur amour par un mariage a été prise et ils ont opté pour une cérémonie rapide. Nous découvrons en démarrant le roman que Lena est en plein préparatif, rapide car le mariage a lieu juste dans un mois. Tout est un peu précipité, pas forcément toujours crédible d’ailleurs et Lena a une grosse part du travail à faire : Paul a un métier très prenant, elle est plus désœuvrée.

Le rythme du roman est donné par l’organisation de ce mariage. peu à peu, le lieu, la robe, les amis, les témoins, la famille… tout le monde s’associe ou converge vers Biarritz, la ville où vivent Lena et Paul. À chaque chapitre, il y a un nouveau personnage ou presque parce que Paul et Lena. Parmi eux, il y a Cameron, le demi-frère américain de Paul. C’est un musicien en déplacement en France pour enregistrer un album. C’est une bonne occasion pour les deux frères de se retrouver, ils se voient peu habitant de part et d’autre de l’Atlantique. Débarque donc un grand type costaud, discret et gentil qui va devenir très proche de Lena, souvent esseulée face à toute l’organisation de son mariage.

L’histoire est jolie et subtile. Il y a clairement des défauts dans ce roman, à al fois de fonds et de forme. Le début est très lent et il y a souvent de longue descriptions de l’organisation de la cérémonie un peu ennuyeuses car si, par exemple, l’apprentissage de la danse pour les noces est très intéressante, le choix du menu s’étire en longueur et n’apporte pas grand-chose au récit. Mais ce qui est le plus réussi et passionnant est la façon dont Blandine P. Martin a construit son livre, prenant son temps, loin des clichés de la romance qu’on lit malheureusement souvent sous la plume d’auteures française. Elle a un histoire à raconter, c’est une romance indéniablement mais c’est aussi l’éveil ou le réveil de Lena. Elle a fait des choix, des compromis parfois qui vont peu à peu lui apparaître. Et alors que le mariage se prépare, qu’elle apprend à connaître Cameron, elle commence à ouvrir les yeux sur beaucoup de choses comme le fait qu’elle a des aspirations personnelles comme celle d’écrire. J’ai trouvé le parcours de cette femme particulièrement bien mené et si la romance est assez prévisible, elle a une douceur et une évidence justement, qui s’impose au fil des pages. Le ton, la délicatesse avec laquelle tout cela est mené est très agréable.

Lena et les nombreux personnages autour d’elle ont intéressants et forment un groupe sympathique dans l’ensemble. J’ai déploré un peu la façon dont l’auteure clôt certaines pistes du roman, c’est un peu facile et j’ai eu un peu de mal à m’attacher à Cameron, un peu lointain dans le paysage et que l’auteure s’évertue à décrire en « beau brun » « grand costaud » ou même « brute épaisse »… Mais c’est clairement un détail. Il est loin du bad boy que l’on croise si souvent dans la romance actuelle et ça fait du bien.

C’est le premier roman que je lis de cette auteure mais probablement pas le dernier. J’aime sa façon d’envisager la romance et sa façon de la raconter et j’ai passé un bon moment avec Lena, puisque c’est elle qui raconte son histoire.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.