Nothing Personal de Karina Halle

1 janvier 2019

J’aime beaucoup cette auteure dont les livres ne sont pas toujours d’une qualité égale et pour tout dire, celui-ci, très comédie romantique, pas toujours fine, n’est pas mon préféré loin de là mais il y a quelques détails très bien trouvés qui sauve l’histoire et on passe globalement un bon moment.

Nova et Kessler travaillent dans l’hôtellerie et ont eu l’occasion de se croiser quelques années auparavant. Ils ont eu une relation amoureuse torride qui s’est terminé à l’instigation de Kessler. Nova en a beaucoup souffert car elle était tombée amoureuse et elle a juré qu’on l’y reprendrait plus. Mais, cinq ans plu tard, Kessler débarque dans l’hôtel où travaille Nova à Hawaï. Il n’est pas seul, il est accompagné de son petit garçon, qui est né après leur relation. C’est une très mauvaise nouvelle pour elle car il va être son supérieur. Non seulement la situation risque d’être embarrassante mais en plus, la jeune femme visait justement ce poste.

Première chose, nous ne sommes pas vraiment dans une relation patron/employée même si c’est effectivement ce que vivent les deux héros. Nous les verrons assez peu au travail. Le ton est franchement à la rigolade, pas toujours très fine malheureusement. L’auteure prévient dès le départ, ce sera très sexy et humoristique. Elle tient parole. L’ensemble est inégal, je n’ai pas toujours été sensible à l’humour des situations. Mais disons qu’on sourit souvent franchement en voyant les déboires des héros avec la faune locale : cela va des geckos aux moustiques en passant par les coqs. Chacun des personnages a sa propre aversion et c’est assez amusant, il faut bien le reconnaître.

Le revers de la médaille est que cela manque de profondeur et on reste un peu sur sa faim car l’auteure plante quelques très bonnes idées. Il est assez rare de voir une héroïne qui est métisse, originaire des Bahamas. Le fait de situer l’action à Hawaï est intéressant aussi et Karina Halle n’en fait pas des tonnes dans l’exotisme. La nounou du fils de Kessler, Hunter est asiatique et a situation ( elle est expatriée et gagne le maximum d’argent avant de retourner auprès de sa famille) a un aspect réaliste qui aurait pu être davantage exploité. Il en est de même du petit Hunter, ballotté entre une mère absente et un père qui l’a découvert tardivement. La romance aussi est un peu décevante. Ce sont des retrouvailles sans tension particulière, mais on sent que l’auteure ne voulait pas développer cet aspect. Kessler et Nova sont sympathiques mais il y a eu des couples plus flamboyants sous la plume de Karina Halle.

C’est une romance rigolote, qui manque de finesse et dont je regrette presque qu’elle n’ait pas été traitée de façon plus sérieuse. Mais Karina Halle a une aisance et une facilité qui offre toujours un très bon moment de lecture.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.