À l’extrême de nous de Céline Musmeaux

14 janvier 2019

Le résumé de ce roman de la prolifique Céline Musmeaux a accroché mon regard et j’ai donc décidé de tester son écriture avec Alicia et Lucas, qui pratiquent les sports extrêmes ou plutôt de glisse telle que le skate. Je ressors un peu mitigée de cette expérience même si je dois bien reconnaître que l’auteure a son ton bien à elle.

Tout d’abord, ce roman, comme beaucoup d’autres sous la plume de l’auteure, vise un public relativement jeune de quinze ans et plus comme l’indique le site où l’on peut l’acheter. C’est peut-être une partie de mon problème car j’ai eu un peu de mal avec les réactions parfois infantiles des personnages.

Alicia et Lucas vont e rencontrer lorsque la très jeune femme, elle a dix-neuf ans part à la recherche d’une bande pour l’accueillir. Elle sort d’une expérience très traumatisante avec un groupe identique. Elle est tombée amoureuse de leur leader et a vécu une très mauvaise expérience. Elle chercher donc une autre bande qui pratique les sports qu’elle aime bien mais elle a bien l’intention, cette fois, de ne pas mêler sentiments et groupe. Elle va tomber sur trois jeunes gens, dirigés par Lucas. Ils pratiquent le skate et différents sports. Ne vous attendez pas à une immersion dans ce milieu, ce n’est pas le propos du roman. Ce qui intéresse l’auteure, c’est la fonction d’alpha de Lucas. C’est le leader du groupe, celui qu’Alicia est tout à fait capable de reconnaître comme tel, qu’elle recherche même. Mais Lucas et Alicia ont immédiatement une méfiance réciproque très forte. Ajoutez à cela qu’ils sont deux caractères très forts et vous avez un cocktail explosif. Alicia ne se laisse pas faire, Lucas est un vrai abruti parfois, frisant dangereusement le sexisme quelques fois. Pourtant cela fonctionne entre ces deux-là. On se laisse prendre à leurs interactions toujours pleines de passion dont on sait très vite qu’elles cachent une vraie attraction.

Cela tourne malheureusement un peu en rond avec une relation qui rappelle les grands premiers romans du genre : le héros traite mal l’héroïne qui se défend pied à pied. Ça se dispute, ça se réconcilie, ça promet de ne plus recommencer et puis ça replonge… ainsi de suite jusqu’à la dernière page ou presque. Il faut aimer cela et j’avoue m’être un peu lassée au fil du livre, surtout parce qu’il n’y a rien d’autre. Le contexte est minimal, les personnages secondaires ne servent qu’à appuyer un peu les héros mais sans plus. L’intrigue est minimaliste. On sent vite que le passé trouble et déjà lourd d’Alicia ne se laissera pas oublier. Le roman est un suite d dialogues retraçant les disputes et réconciliations du couple, entrecoupés de passages plus introspectifs où on nous explique ce qui vient de se passer. Comme le livre est aussi destiné à un public jeune, les scènes de sexe sont suggérées, le vocabulaire très contemporain. Il faut reconnaître que pour une fois les héros ne parlent pas comme des ado philosophes. Les deux héros ‘expriment tour à tour, le roman est donc à deux voix, mais ils ont droit chacun à un bloc de plusieurs chapitres avant de passer la parole à l’autre.

Je sors donc un peu mitigée, pas totalement déçue car le rythme est très rapide, l’intensité de la relation est réelle. Mais j’attendais peut-être plus de choses, quelque chose de plus mature et approfondi et de ce côté, je suis clairement restée sur ma faim. C’est une romance réservée à un public jeune qui aime les conflits sans fin entre les héros. Pas sûr que j’essaie un autre roman de l’auteure car je ne pense pas être son public. Dommage, elle en publie un par mois… Quel rythme!

2 Comments

  • Evenusia 16 janvier 2019 at 20 h 58 min

    Cela m’épate aussi ce rythme d’écriture que l’on rencontre peu chez les auteures françaises. Je vois que tu lis des frenchies en ce moment alors bon courage pour tous les navets que tu va rencontrer 😀 Ceci dit du coup quand on en croise un bon on le voit tout de suite !

    • Sylvie Gand 16 janvier 2019 at 23 h 15 min

      Ah cela se sent qu’il y aune certaine rapidité… Et j’essaie d’être sélective en effet. Il y a beaucoup de choses très mauvaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.