Keepsake – True North – 3 de Sarina Bowen

22 novembre 2018

Sarina Bowen continue ici la présentation de la ferme Shipley. Si vous avez envie d’un bouffée d’air frais, dans une exploitation de pommiers du Vermont, foncez. Le livre offre de nombreuses thématiques très intéressantes. Il n’est pas nécessaire de connaître les livres précédents mais comme d’habitude, vous rencontrerez des personnages qui ont déjà eu leur histoire et c’est un peu dommage de faire leur connaissance ainsi.

Les deux héros sont très intéressants. Lark est une amie de la famille Shipley, notamment de May, une des filles de la famille. Jeune femme issue d’une famille aisée, elle a eu un grave problème quelques mois auparavant en menant une mission humanitaire au Guatemala. Elle a été retenue prisonnière et est ressorti très traumatisée de cette expérience. Pour se reposer, essayer de retrouver un équilibre, elle a décidé de partir passer quelque temps à la campagne. Lark a encore d’épouvantables cauchemars qui la réveillent, ou pas d’ailleurs dans la nuit. Parmi les employés de la ferme, elle va faire la connaissance de Zach. Il a son âge ou presque. Mais son histoire est complexe. Il a grandi dans un secte qui l’a maintenu loin du modernisme. Il a quitté cette secte et a fait son chemin vers une famille d’amis des Shipley qui avaient eux-mêmes échappé à ce groupe. Zach et Lark se plaisent tout de suite et au fil des jours, à vendre des pommes tous les deux, à les ramasser, ils finissent par se rapprocher.

Zach est un personnage masculin fort et rare. Il n’est pas du tout le mâle viril et grande gueule et encore moins un bad boy. Zach est vierge, il a été élevé comme ça. Il est discret, pas encore totalement adapté à la société de son époque. Pour lui, la ferme des Shipley est un refuge, le travail de la terre lui convient parfaitement. Ce genre de héros est rare et Sarina Bowen prouve à quel point c’est efficace. Il permet aussi de développer quelque chose de nouveau. Il est différent, mais il l’assume et sa force tranquille est impressionnante. Lark est peut-être plus classique mais le traumatisme qu’elle a subi est très subtilement évoqué et ne ressemble pas à tous ceux que l’on a peu croiser jusqu’alors.

Le défaut du roman est sa relative lenteur et si observer les personnages évoluer dans la campagne du Vermont est un peu longuet parfois. Mais cela a son charme. Il y a de nombreux autres amis ou membres de la famille des héros qui reviendront après. Tous sont intéressants et permettent d’aborder des thèmes différents. Si l’histoire repose beaucoup sur les héros, leur évolution personnelle et l’un vers l’autre, c’est assez paisible et Sarina Bowen choisit d’approfondir leur personnalité, de les définir avec beaucoup de précision. Ils sont touchants, forts et originaux.

Cette série a beaucoup de charme et est plus profond que d’autres de cette auteure. Il faut la goûter sans réserve et profiter de son rythme un peu particulier.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.