Heartbreak Warfare de Heather M. Orgeron et Kate Stewart

4 novembre 2018

Si vous aimez la military romance, superbement bien faite et réaliste, foncez ! Je connais bien Kate Stewart dont j’apprécie les histoires souvent réalistes et avec des couples formidablement attachants. So co-auteure apporte sans doute juste ce qu’il faut car il ressort un grand roman, d’une grande intensité et qui aborde de la façon la plus complète et la plus intelligente le syndrome de stress post-traumatique dont on parle si souvent.

Tout commence par le départ pour l’Irak de la jolie et jeune infirmière, Katy Scott. Elle est fille de militaire, mariée à un capitaine qui est parti en mission plusieurs fois. C’est son tour cette fois et elle quitte avec douleur une famille heureuse, un mari aimant et un fils qu’elle adore. Heureusement, elle part accompagnée de sa meilleure amie Jessica Mullins et quand elle débarque en Irak, elle fait la connaissance de plusieurs autres soldats dont le très séduisant Christopher Briggs. C’est le marrant du groupe, toujours en train de draguer ou de sortir une blague, le plus souvent en-dessous de la ceinture. Il repère Katy, qu’il surnomme aussitôt Scottie. Quant à elle, elle est un agacée par ce charmeur, texan, qui semble manquer de profondeur. Ou alors il y a autre chose mais elle ne veut pas l’envisager. Et puis, tout bascule lors d’une sortie à but humanitaire et Briggs et Scottie se retrouvent prisonniers de guerre.

Je n’en dirai pas plus parce qu’il faut lire l’histoire pour se laisser pénétrer par l’ambiance. Pour une fois, nous n’avons pas un militaire qui a dépassé ses plus gros problèmes mais deux que nous allons suivre, surtout Scottie depuis leur détention dans les conditions que l’on imagine jusqu’à la sortie et dans la lente et quasi impossible réadaptation à la vie civile. Du moins pour Scottie car Briggs réagit différemment et cela aussi c’est intelligent, tout le monde ne suit pas le manuel du militaire traumatisé. Chaque cas est différent. Tout est évoqué : la culpabilité d’avoir survécu quand d’autres sont morts, la façon de communiquer avec sa famille ses proches, les survivants, la famille des survivants, les névroses, le crises de panique. C’est superbement fait en quelques scènes édifiantes, très fortes pour finir par un constat pas très encourageant : il faut être très fort pour s’en sortir ou résilient et on change définitivement. C’est l’un des meilleurs romans que j’ai lu abordant ce sujet. Il est à la fois réaliste et incroyablement poignant.

Et au milieu de tout cela, il y a une histoire d’amour ou plutôt deux car nous avons droit à un triangle amoureux. Un vrai. On met bien du temps à sa voir si Scottie choisira son mari qui l’aime de toutes ses forces ou Briggs qui l’adore lui aussi mais n’a pas droit au chapitre. Aux États-Unis, on ne détruit pas une famille comme ça, impunément, héros de guerre ou pas. Je ne suis pas fan des triangles amoureux et celui-ci m’a torturée à souhait car les deux hommes sont très forts, personne ne fait d’erreur. Tout le monde souffre de cette situation y compris le petit garçon de Katy. Les larmes montent souvent aux yeux et on souffre pour celui qui va rester sur le carreau et heureusement, l’épilogue apporte un peu de réconfort. On peut juste reprocher les deux auteures d’avoir fait un peu trop durer le plaisir (ou la torture en l’occurrence !) avec ce triangle mais sinon c’est magnifique et d’une intensité extraordinaire. Cela est dû en partie au fait que nous avons les trois points de vue, celui de Scottie, Briggs et Gavin, le mari de Scottie.

On ne ressort pas indemne de cette lecture toute à la gloire des militaires américains bien sûr mais sans manichéisme ni facilité. Faut-il ajouter que pour une fois le militaire qui part est une femme dans le couple que forme Katy et Gavin ? Il y a quelques remarques bien senties sur le fait que les femmes (qui n’ont pas les mêmes fonctions sur le terrain) ont leur place là-bas ? Katy fait remarquer qu’elle a a galéré pendant vingt heures pour accoucher sans anesthésie et que ça habitue à endurer la douleur. Pas faux…

J’ai adoré ce livre que j’ai lu presque d’une traite. C’est passionnant, instructif, intense et poignant. Si vous aimez les military romance, c’est ce qui se fait de mieux dans le genre.

2 Comments

  • Evenusia 4 novembre 2018 at 8 h 23 min

    Oh purée j’adore les military romances je vais me jeter dessus malgré le triangle que je déteste par dessus tout. Connaissant le puritanisme des US j’imagine très bien la fin …

    • Sylvie Gand 4 novembre 2018 at 8 h 36 min

      Je te laisse découvrir ! 😉 Mais c’est vraiment brillant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.