Hate Notes de Vi Keeland et Penelope Ward

15 novembre 2018

Si vous aimez les comédies romantiques américaines qui savent tellement bien doser l’humour et l’émotion, il ne faut définitivement pas manquer ce roman, ni ces auteurs qu’elles écrivent seules ou ensemble. Elles maîtrisent ce genre à la perfection, et ce libre bien qu’il soit le énième dans leur abondante production vous emporte une fois de plus.

Tout commence par une très jolie idée, plus romantique que d’habitude même sin conserve le ton de l’humour. Charlotte, une jeune New Yorkaise, se retrouve un beau jour dans un magasin de vêtements d’occasion pour venir déposer sa coûteuse robe de mariée qu’elle n’a pas pu utiliser puisque la mariage n’a pas eu lieu. Charlotte n’est pas amère, tout le livre montrera qu’elle a un tempérament solaire, joyeux et résolument optimiste. Mais elle a besoin d’argent. Pourtant ce jour-là, sa robe ne lui rapportera pas un centime. Elle découvre une autre robe de mariée, superbe mais surtout un petit mot sur papier bleu cousu dans la doublure. Il s’agit du petit message laissé par un futur marié amoureux. La question est de savoir comment une telle robe et surtout ce merveilleux message peut-être maintenant dans une friperie si le mariage  a bien eu lieu. Charlotte va échanger sa propre robe contre celle-ci.

Ce début est délicieux et très romantique. Quelle jolie idée d’inventer une romance qui commence sur ces prémices. Charlotte va remonter le fil à partir de ce petit message. je n’en dis pas plus car c’est drôle à souhait et adorable.

Cela fonctionne totalement avec des personnages adorables qui comme nous en avons l’habitude  avec ces auteures vont s’affronter dans des dialogues très drôles, brillants. les situations sont très amusantes, toujours bien trouvées. Charlotte a un tempérament très optimiste et un petit grain de folie qui la fait sortir de l’ordinaire. On sourit beaucoup de ses échanges avec Reed, le héros, qui est un peu son contraire. Très sérieux, il est très agacé par cette jeune femme qui va débouler dans sa vie de la façon la plus étrange qui soit pour finir par travailler avec lui; Ce n’est pas un scoop, ces auteurs adorent faire se rencontrer leurs héros de cette façon. Et cela fonctionne une nouvelle fois car c’est très bien amené et que nous ne sommes pas du tout dans les ressorts patron/secrétaire. Cela se passe dans les milieux d’agents immobiliers new-yorkais entre la grande ville et les Hamptons.

Pour une fois celle qui craque et a envie de plus c’est l’héroïne. Reed n’est pas séduit tout de suite et comme beaucoup de romances actuelles, on remarque deux points très intéressants. Les héros sont moins insistants, moins des dragueurs lourds et les auteurs repensent un peu leurs schémas habituels là-dessus. Tout n’est pas révolutionnaire mais voir une héroïne qui veut séduire un homme, s’y emploie sans harceler ni devenir lourde, c’est plaisant. L’autre élément est que le sexe est assez secondaire dans cette romance, tendance qu’on croise dans d’autres livres. Nous sommes presque dans un slow burn, ces histoires sentimentales où le couple se ferme lentement en laissant monter une intense pression entre les personnages.

Enfin, il y a un twist dans cette histoire comme les auteurs en font si souvent et on ne le voit pas vraiment venir ce qui est très bien.

C’est un bon cru que ce Hate Notes, romantique, rigolo, moderne aussi dans son approche. Vi Keeland et Penelope Ward signent aussi un livre très visuel, très cinématographique. J’aimerais beaucoup voir leurs livres à l’écran; je l’ai dit, ce sont des comédies romantiques comme on les aime au cinéma.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.