The Simple Wild de K.A. Tucker

12 août 2018

K.A. Tucker est une auteure discrète et qui n’écrit pas toujours le même livre. Et on aurait tort de ne pas la suivre dans ses évolutions. Elle offre un récit bouleversant avec ce très beau livre qui se déroule en Alaska, dans le cadre d’une petite compagnie aérienne.

Calla Fletcher est née en Alaska, d’un père pilote local. Sa mère est tombée follement amoureuse, c’était réciproque et le début d’une belle histoire qui a mal tourné. La mère de Calla n’a pas supporté la vie très dure dans cette partie du monde et est partie, toujours amoureuse de son mari. La vie a fait le reste. Calla a perdu de vue son père et sa mère a refait sa vie. Elles vivent à Toronto. Calla est une jeune femme de vingt-six ans plutôt gâtée. Elle vit encore avec sa mère et son beau-père qui l’entourent beaucoup. Elle est heureuse et ne souffre pas vraiment d’avoir perdu son père de vue. Lorsqu’elle reçoit un coup de fil en provenance d’Alaska qui lui apprend que son père est gravement malade, elle hésite à partir.

Elle a toutes les raisons d’hésiter : elle n’est pas taillée pour cette vie, pas plus que sa mère. Et puis à quoi bon renouer des liens avec un homme qui n’a jamais voulu les entretenir ? Elle part quand même et va rencontrer la petite communauté de la ville de Bangor, dans l’ouest du pays.

La première chose à souligner est le travail remarquable de contextualisation de K.A. Tucker. On a l’impression d’entrer dans cette petite communauté, dans cette Alaska, pas plus pittoresque que ça. C’est plat, brumeux, il pleut beaucoup et quand il fait meilleur, les moustiques s’en donnent à cœur joie. La petite communauté est justement… petite. Il n’y a pas de distraction, pas vraiment de réseau pour le téléphone, pas de Starbucks… rien. On y est, on plonge dans cette atmosphère et c’est d’autant plus remarquable que l’auteure dit avoir simplement regardé pendant des heures Discovery Channel et ne connaît pas spécialement les lieux. Tout son talent d’écriture a suffit. Cela sonne terriblement juste et montre la difficulté de vivre dans ces climats extrêmes au milieu d’une population rare qui perd un peu ses repères du passé.

Tout le reste est impeccable et bouleversant. L’histoire d’amour qui se développe entre Calla et Jonah, le jeune pilote est superbe. Elle part de zéro. Les débuts sont très difficiles entre eux. Calla n’aime pas beaucoup le côté rustre de Jonah, qui méprise ses aspects apprêtés, son besoin de vêtements de luxe et de maquillage. Lentement on voit cette relation évoluer pour arriver à de venir amoureuse évidemment mais pleine de drôlerie, à base de dialogues enlevés et amusants car ces deux-là vont se défier sans cesse, ne jamais être indulgents avec l’autre. C’est positivement adorable et la façon dont Calla dompte celui qu’elle appelle le Viking, à cause de sa blondeur et de sa barbe un peu hirsute est délicieuse.

Puis, dans cette histoire riche, l’émotion nous envahit peu à peu. Il est difficile de maintenir une vraie relation entre des êtres aussi différents. L’histoire des parents de Calla est très présente, tout le temps. La maladie de son père est aussi un rappel de la fin de la vie et du fait que parfois, on ne peut pas remonter dans le temps, rattraper ses erreurs ou ses choix. C’est un message peut-être banal mais beau et douloureux. Il est difficile de ne pas être profondément ému par ce qui se déroule car c’est universel même si on n’a pas rencontré un magnifique pilote en Alaska !

J’ai tout adoré dans cette histoire qui n’est sans doute pas la plus attirante au départ. C’est beau, profond, superbement écrit, parfaitement dosé. K.A. Tucker a montré déjà plusieurs fois qu’elle avait beaucoup de talent et le démontre une fois de plus. C’est une romance qui a des aspects classiques, la rencontre du rustre local et de la Barbie, dans un coin perdu du monde, n’a rien de nouveau. Mais cela fonctionne parfaitement et l’auteure sait lui donner un aspect authentique et grave.

Il faut vraiment découvrir ce très beau livre, qui offre un panel complet d’émotions et donne envie de voir à quoi ressemble le quotidien de ces pilotes confrontés à des situations extrêmes, loin, là-bas, dans le nord.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.