It Seemed Like a Good Idea at the Time de Kylie Scott

14 août 2018

Kylie Scott a sans doute écrit la meilleure série de romances rockstar d’il y a quelques années. Depuis, je trouve qu’elle a du mal à trouver un second souffle et ce roman me semble souffrir des mêmes problèmes que pas mal de ses derniers livres. Pourtant, il a beaucoup d’atouts à mes yeux dont celui de raconter une histoire interdite, comme je les aime.

Adele retourne pour la première fois depuis ses dix-huit ans chez son père au moment du remariage de celui-ci. Sept ans auparavant, elle est partie précipitamment après un embarrassant incident avec Pete, le meilleur ami de son père, son collègue de travail, devenue associé depuis. Pete a quinze ans de plus qu’elle et elle s’est ridiculisée en se jetant à sa tête au moment de ses dix-huit ans, persuadé qu’il n’attendait que ce moment pour concrétiser leur amour. Sept ans plus tard, Adele n’a pas vraiment oublié Pete, elle a toujours un gros faible pour lui et elle va devoir résider chez lui dans la maison qu’elle avait imaginé construire avec lui un jour. Cela promet un séjour compliqué.

Cela commence très bien. Nous sommes en Australie, dans une région tropicale et ensoleillée que l’auteure connaît bien. Cela fait plaisir de la voir renouer avec son pays d’origine dans les romans. Adele a fait du chemin depuis l’incident. Elle débarque chez un Pete, renfrogné et la première scène est amusante. Elle donne le ton aussi : nous allons lire une romance interdite avec le recul ironique propre à Kylie Scott. Cela ne peut être qu’intéressant.

Le verdict est nuancé. Il y a presque autant de choses agaçantes que réussies. Il est dommage par exemple qu’une auteure du calibre de Kylie Scott commence en créant cette situation invraisemblable où, alors que tout le monde sait comment s’est terminé l’incident sept ans avant, Adele se retrouve à dormir chez lui, avec l’appui de son père qui avait fort mal réagi avant. Le temps a passé certes, mais tout ce petit monde se retrouve pour la première fois… Ensuite, et c’est plus grave, Pete, le beau quadragénaire est beau. Très beau. On nous le répète souvent. Il ne prend  jamais la parole car l’histoire est racontée du point de vue d’Adele. Et, il n’est pas si attachant. Ce qui est intéressant, c’est que lui n’a jamais éprouvé quoi que ce soit allant au-delà de l’amitié pour Adele jusqu’alors. Cela évite toute ambiguité désagréable sur ce qui s’est passé avant mais qu’est-ce qui va soudain changer tout ? Je ne le sais pas vraiment. Soudain, il la trouve intéressante, captivante, désirable, sans explication particulière.

Il y a bien évidemment des flashbacks pour nous expliquer ce qui se passait entre nos héros bien avant. Je ne les ai pas trouvés très utiles et un peu ennuyeux.

Bref, l’histoire reste sympathique, très sensuelle, le couple gagne peu à peu en intimité et on croit davantage à leur histoire, à leur alchimie. Mais il reste une impression d’histoire un peu bancale, pas totalement aboutie. Parfois, on retrouve des moments habituels chez cette auteure où le rire vient sauver une situation ; il y a aussi des dialogues très réussis. Mais c’est tout. Nous sommes bien loin du coup de cœur alors que tout semblait réuni pour une super lecture.

Pete ne fait pas rêver plus que cela, Adele en amoureuse transie indéfectible est un peu décevante. Bref, sympa, mais vraiment sans plus.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.