Last dance de Renee Fowler

2 juin 2018

Si vous aimez la romance contemporaine traditionnelle, loin des sujets à la mode avec de très jeunes héros, ce roman est pour vous. Il n’est pas parfait mais touchant surtout grâce à son héros loin du mâle dominateur.

Jack a perdu son épouse lors de son accouchement de leur fille. Elle est morte d’une rupture d’anévrisme six ans plus tôt et il ne s’est pas totalement remis de son deuil. Très affecté, toujours amoureux, il vit reclus autour de sa petite fille Sarah. Il est flic dans une petite ville de Pennsylvanie où vient de débarquer une nouvelle venue. Anna est danseuse et après un accident terrible, elle a perdu tout espoir de carrière. Son fiancé, lui aussi danseur a rompu avec elle à cette occasion. Elle se relance donc prudemment dans la vie en ouvrant une petite école de danse. Sarah va évidemment vouloir commencer des cours et Jack va rencontrer Anna la première femme qui l’émeut depuis pas mal de temps.

L’histoire est simple et déjà lue mais touche par son réalisme. Jack n’est pas du tout prêt à commencer une nouvelle histoire d’amour et Anna a bien du mal à accepter ses cicatrices. Ils ont un long chemin à faire avant de penser à l’amour. Ce qui est un eu dommage est que l’auteure elle-même se rend compte de cela et a du mal à nous faire comprendre ce qui se produit, leur évolution personnelle à chacun. Elle a aussi quelques rebondissements maladroits comme la première fois où Jack et Anna font l’amour qui est le résultat d’un stratagème un peu bizarre.

Malgré tout, on est touchés par cette histoire, douce, simple, loin des clichés habituels. Il y a peu de scènes de sexe, l’histoire avance lentement. Le plus touchant et atypique est sans doute Jack. Toujours en deuil, assailli de remords et par la peur d’oublier sa femme, qui avait été avant sa meilleure amie, il avance prudemment et se débat dans de multiples questions. Il est aussi émotif et réservé, pas du tout le genre de héros qu’on trouve dans les romances. C’est un homme charmant, qui ne manque pas de charme et détone vraiment dans le paysage habituel.

L’histoire a des longueurs, des péripéties qui retombent parfois dans les traditionnels clichés de la romance. C’est donc un roman imparfait mais qui mérite d’être lu parce que l’auteure a sa propre voix et se moque visiblement d’imiter les autres. La danse est un peu évoquée, mais reste en toile de fond. Il y a également toute une galerie de personnages dont la sœur du héros qui est très intéressante.

Un roman inégal donc mais qui est loin d’être déplaisant.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.