L’amour fait bien les choses de Mathilde Geneste

28 avril 2018

J’ai cru pendant la moitié du livre que je ferais un avis enthousiaste de cette romance qui a de nombreux atouts mais dont je n’ai pas bien compris la seconde partie je dois le dire. On dirait que l’auteure, à court d’idées, a écrit un autre roman qui perd pas mal de sa saveur.

Tout d’abord l’écriture est très agréable, soignée mais légère, facile à suivre. D’autre part, le roman se situe à Paris, que Mathilde Geneste connaît visiblement très bien et qui va servir d’écrin à son histoire. Enfin le contexte et les thèmes abordés surtout dans la première partie, sont passionnants et innovants. J’appelais de mes vœux il y a peu de temps, la romance contemporaine à se pencher sur les problèmes consécutifs au mouvement #BalanceTonPorc ou #MeToo, l’auteure s’y colle et surtout ne tombe pas dans le cliché.

Léa est dont une toute jeune diplômée qui va entrer au ministère des Affaires étrangères. Elle va entrer dans l’équipe de celui qu’on appelle un Dir cab, autrement dit un directeur de cabinet. Celui-ci est en contact direct avec le ministre des Affaires étrangères. Ce contexte est neuf, très bien mis en valeur par l’auteure.Elle va ainsi travailler avec Xavier de LaGorse, le dirdcteur de cabinet, qui va vite se révéler un harceleur assez insupportable. On voit le processus s’installer entre drague lourdaude, propos déplacés, certitude d’être irrésistible et d’avoir le pouvoir sur une jeune femme… Tout y est. L’auteure a du mal à définir si elle veut faire de ce passage quelque chose de plutôt léger ou de plus grave et certaines des réactions de l’auteure étant donné la lourdeur des faits m’ont un peu étonnée. Mais dans l’ensemble cette approche m’a beaucoup plue. Trop souvent dans les romances, le héros, notamment quand il est le patron de l’héroïne se permet des gestes ou des propos rappelant ceux-là. Là, tout est très clair. Léa n’apprécie pas son chef mais trouve un peu de soulagement dans ses journées au Duc, la brasserie voisine où elle fait la connaissance d’un serveur, Samuel. Sam est aussi apprenti musicien, il est sur le point de participer à une émission de télé-réalité qu’on pense reconnaître. Il n’est pas du même milieu que Léa, a quelques tatouages… Bref, c’est son type d’homme. Ils vont peu à peu, au fil des déjeuners de la jeune femme dans la brasserie, se rapprocher. C’est bien, vu, frais et le couple est adorable. Notons que Samuel a beaucoup de potentiel en musicien peu sûr de lui. Plus petit que la moyenne des héros, il est complexé et sa sensibilité artistique, mélangée à sa vulnérabilité en font un personnage séduisant et attachant. Il semble parfois sous-exploité cependant.

Tout cela allait très bien jusqu’à la moitié du roman où l’on bascule dans autre chose et là… c’est nettement moins réussi. Léa et Samuel commençait une délicieuse idylle et un grain de sable va venir gripper leur belle histoire. Je n’ai pas du tout été convaincue par ce grain de sable le fruit d’une malchance incroyable et d’une malveillance qui l’est tout autant. Après, c’est bien moins intéressant… On voit débarquer de nouveaux personnages qui manquent de relief ou qui tombent d’on n sait où pour mieux repartir. Tout cela semble artificiel et détourne l’attention de ce qui avait fait la qualité du début : que va-t-il advenir de Xavier, l’ignoble directeur de cabinet ? Le travail de Léa la conduit en mission à l’étranger, ce passage qui semblait riche de potentiel est esquivé au profit de longues descriptions des vacances de la jeune femme… cette seconde partie ouvre trop de nouvelles pistes moins bonnes et moins bien traitées. Même l’évolution de la carrière de Samuel méritait mieux.

Cela reste un lecture sympa, donnant juste l’impression qu’on est passé à côté de quelque chose qui aurait pu être bien meilleur. Ce qui est toujours frustrant. Il reste cette écriture très agréable, ces nombreuses idées qui pourraient un jour donner quelque chose de bien plus abouti. À suivre donc !

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.