Secret Lucidity d’E.K. Blair

1 mars 2018

Je sors assez mitigée de cette dernière lecture et paradoxalement, j’ai lu avec avidité ce roman inhabituel, qui a des défauts mais également d’énormes qualités. C’est une romance difficile et sombre, plutôt captivant. L’auteure annonce une romance interdite entre un prof et son élève et elle a raison même si le sujet de son roman est peut-être finalement ailleurs.

Camellia qui se fait appeler Cam partage avec son père une relation tendre et totale : non seulement, ils s’entendent très bien mais il est également son entraîneur de natation, sport dans lequel elle excelle. Cam s’apprête à passer les vacances précédant sa dernière année au lycée. L’avenir s’annonce radieux : bonne élève, elle bat des records dans une piscine, les universités vont toutes lui ouvrir leurs portes. Mais sa vie bascule le jour où elle découvre un nouvel enseignant dans son lycée, David. C’est également le jour où son père meurt dans un accident dans lequel, elle est elle-même gravement blessée.

Un des soucis que j’ai eu avec ce roman est la multitude de problèmes que rencontrent les deux héros. Si ceux de Car ont une certaine logique, ceux de David arrive comme des cheveux sur la soupe et n’expliquent en rien son comportement, n’ont aucune incidence sur l’intrigue. Cela vient juste ajouter du drame au drame. En réalité, on suit la descente aux enfers de Cam. Il s’agit bien de cela car sa vie va exploser le jour de ‘accident, la privant d’un père qui avait une importance capitale dans sa vie et remettant tout en cause : son équilibre familial, ses amis et ses amours. Très fragilisée, Cam va s’accrocher à David, comme à une bouée.

Un des problèmes est que toute la première partie du roman est centrée sur les problèmes de Cam, assez peu sur son prof et ses relations avec lui. J’ai eu du mal à percevoir ce qui les unissait et la lente évolution d’une relation parfaitement banale entre un prof et son élève à une liaison amoureuse. Comme l’histoire est racontée uniquement du point de vue de Cam, David semble lointain, reste très flou. Leur relation est évidemment complètement interdite (il est non seulement son entraîneur de natation mais aussi son prof d’anglais) mais on ne sent pas vraiment que c’est un souci, un frein pour eux. Pourtant, Cam est encore mineure au départ et on sait la gravité des cas de couples dénoncés dans ce type de situation : un prof plus âgé avec une élève mineure.

Heureusement, l’histoire va devenir bien plus palpitante et bien construite au fil des pages. L’intrigue se poursuit, racontant les difficultés énormes de Cam. Ce qui est très juste est que David en suffit pas forcément à la sortir des problèmes. Elle surnage grâce à lui mais elle n’est pas pour autant sortie du deuil ou des problèmes. Ce qui se produit est relativement prévisible mais ne manque pas d’intérêt car Cam est attachante, courageuse aussi du haut de ses dix-sept ans. Elle a cette part d’enfance qui est tout à fait normale mais est également une vraie femme par d’autres aspects. C’est un bon résumé de ce qu’est la fin de l’adolescence.

Il y a au moins deux messages dans cette histoire sur le jugement implacable et pas forcément très intelligent de la société sur le genre de couple que forment Cam et David. L’autre est plus centré sur la fragilité des adolescentes et leur façon de gérer leurs émotions surtout dans cette situation très difficile. C’est intéressant et par moment, E.K. Blair frappe totalement juste. Parfois, c’est moins réussi, un peu trop démonstratif et appuyé. Cette lecture demeure marquante et on entre vite en empathie avec ce couple qui ne méritait pas ça. L’écriture de l’auteure est belle et puissante. Bref, malgré tout, cela reste une très bonne lecture.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.