Follow Me Back – Fight For Me – 2 de A. L. Jackson

14 février 2018

J’ai lu plusieurs romans d’A.L. Jackson et j’ai beaucoup apprécié certains d’entre eux mais j’avoue que celui-ci m’a un peu fâchée avec son style et je me suis parfois ennuyée copieusement ; je n’ai sans doute pas éprouvée toutes les émotions que l’auteure veut visiblement nous faire ressentir. Pourtant, tout était réuni, c’est un peu décevant au final.

Le roman s’inscrit dans une série mais on peut lire ce roman indépendamment des autres. Il met en scène Kale, un jeune médecin urgentiste qui devient pédiatre. Il va croiser le chemin de Hailey Hope, une jeune femme. Leur rencontre commence comme souvent : elle travaille dans un sorte de salon de thé et il va flasher sur elle, immédiatement. Elle est d’une relation sentimentale difficile et est même en plein divorce. Kale est libre comme l’air, hyper séduisant et tout devrait se passer très simplement. Mais on comprend vite que leur passé et des drames très lourds vont peser et que ce sera bien plus compliqué.

C’est l’un des problèmes que j’ai éprouvé avec ce roman. Il y a deux twists majeurs dont un, au moins, est très prévisible et l’autre assez tiré par les cheveux. L’auteure prépare le terrain très longuement et quand enfin, on découvre le pot aux roses, c’est forcément un peu décevant.

Mais ce qui m’a posé le plus de problèmes est le ton général du roman. L’auteure fait dans le pathos, multiplie les phrases emphatiques, les adjectifs insistant sur l’extrême malheur des héros, la méchanceté épouvantable d’autres personnages. Le pire est que ses idées sont intéressantes et qu’elle lève presque involontairement des questions très intéressantes et très compliquées, notamment sur la maladie, et ce qu’on est prêt à faire pour garder un être cher en vie. L’auteure n’ouvre aucun débat ce qui est tout de même un peu dommage car tout semble un peu simpliste alors que la situation décrite ne l’est pas.

Les deux héros souffrent pas mal de tout cela. Ce que vit Hailey Hope est terrible. Mais elle est décrite comme tellement parfaite, si courageuse, admirable… Les adjectifs manquent. Kale est plus fragile mais là aussi, on est un peu sceptique sur le drame qui continue à le hanter et surtout sur sa responsabilité qu’il aurait là-dedans.

J’ai l’impression d’être passée à côté du livre et que le style de l’auteure y est pour beaucoup. Elle veut émouvoir, toucher, parler de sujets très graves et au final, elle affadit tout cela. A.L. Jackson écrit bien et franchement ce qu’elle met en scène avait un potentiel énorme. Le résultat n’a pas été à la hauteur pour moi. Dommage.

 

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *