Loving Hard – Chesapeake Blades – 2 de Lisa B. Kamps

21 janvier 2018

Voilà une auteure qui publie beaucoup, surtout des romances NA dans le sport, plus spécifiquement le hockey. Autant vous dire qu’il n’et pas évident d’innover dans ce genre mais elle y parvient tout de même non pas avec son histoire d’amour somme toute très classique, mais par le contexte, puisqu’il s’agit, certes de hockey, mais d’une équipe de filles cette fois.

Commençons par ce point car le fait que nous ayons une équipe de filles dans ce milieu très masculin où l’on pense encore fermement que ce sport n’est pas du tout féminin, n’est pas anodin. D’ailleurs, ces filles ont tout à prouver et le fil rouge repose sur l’éventuelle disparition de cette équipe qui vient d’être créée et doit convaincre qu’elle a un intérêt financier et sportif. L’auteure ne se focalise pas toujours sur ce point mais fait de fréquentes allusions aux spécificités de l’équipe : des filles qui n’ont pas le parcours royal des hommes, pas leurs salaires, ni leur gloire et continue à exercer un métier à plein temps et à vivre en famille bien loin du confort de leurs homologues masculins starifiés.

Notre jeune héroïne a vingt-quatre ans et est également mère de famille. Sammie a répondu à une annonce et passé des tests avant d’entrer dans l’équipe. Elle se donne à fond même si c’est un peu compliqué. Cela va l’être encore plus quand Jonathan refait surface après leur divorce, deux ans plus tard. Il a profité de son déploiement à l’étranger pour lui demander la séparation, sans qu’elle n’ait comprit pourquoi. Jonathan est de retour, bourré de regrets d’avoir abandonné Sammie et sa propre fille. Il avait ses raisons qu’il n’a jamais pris la peine d’expliquer à quiconque.

C’est là que le bât blesse d’ailleurs. La romance est jolie,mignonne, avec une Jonathan qui ne sait plus comment s’excuser et rattraper ses erreurs. Si ses raisons sonnent relativement justes, son retour, le fait qu’il n’ait jamais rien expliquer et une foule d’autres détails manquent cruellement. Tout est trop simple, trop rapide, sans enjeu presque. Il reste de jolies scènes tendres car l’auteure sait très bien décrire la dynamique de ce couple. Leur petite fille est adorable mais la romance est un peu faible tout de même. Ne parlons pas du fait aussi que le passé de militaire, très traumatique de Jonathan est largement passé sous silence, tout comme les raisons qui l’ont fait changer de comportement vis à vis de sa femme et sa fille.

C’est dommage car on s’attache aux personnages, à ce contexte finalement différent des habituelles romances sportives. Il y a évidemment d’autres membres dans cette équipe dont une a déjà trouvé l’amour et l’auteure a déjà fat comprendre qui serait les prochains héros de la saga. C’est aussi assez classique. Le fait de décrire les difficultés mais également les petits et grands succès de ce sport au féminin est une bonne idée, montrant aussi que la romance commence à vraiment s’interroger parfois sur la place de la femme.

Malgré les défauts de ce livre, je suivrai cette auteure pleine de bonnes intention et qui écrit avec aisance.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.