Move the Stars- Something in the Way – 3 de Jessica Hawkins

15 novembre 2017

Voilà donc la conclusion de cette trilogie sur l’amour impossible entre une jeune femme et un homme un peu plus âgé. Tous les obstacles ont été réunis devant eux depuis le début : la différence, sociale, l’adolescence de Lake au départ ( alors que Manning a vingt-trois ans, elle a seize ans), l’avenir de la jeune femme tout tracé par un père qui attend beaucoup d’elle, sa propre sœur qui a flashé sur Manning aussi.

Pour être tout à fait franche, ce dernier tome n’est pas aussi bien construit que les précédents mais quand on a fini le second livre, on a tellement envie de les voir enfin heureux qu’on se jette sur celui-ci ! Pour résumer ce qu’il se passe, rappelons que Manning et Lake se sont rencontrés assez jeunes et que depuis, ils n’ont pas réussi à se rapprocher l’un de l’autre. Manning a fait de la prison, s’est rapproché de Tiffany, la sœur de Lake, a pris aussi les mauvaises décisions, pour lui et la jeune femme. Les deux premiers tomes se concentraient sur les deux ans qui ont suivi leur rencontre. Le troisième saute quatre années. Et tout a profondément changé. Lake a fui la Californie pour s’installer à New York et a complètement bouleversé les plans de son père. Elle ne voit plus sa famille donc plus Manning non plus, l’époux de Tiffany maintenant. Elle reste cependant complètement bloquée affectivement. Manning est l’homme de sa vie et elle ne parvient pas à l’oublier du tout. Alors quand il va soudain apparaître à sa porte, à New York, le choc est profond et le plaisir total.

Le roman se divise en deux parties : la première la plus longue se concentre sur cinq jours et l’autre fait à nouveau des bonds dans le temps. Jessica Hawkins a choisi une construction audacieuse, qui ne suit pas les plans pré-établis et elle s’est concentrée sur les moments clés de la vie de ses héros. Et les cinq jours à New York sont fondamentaux. Elle n’a pas non plus évité les sujets qui fâchent puisque Manning est marié à la sœur de Lake. C’est une situation que les lectrices de romance aiment peu mais il faut avoir lu les trois tomes pour comprendre pourquoi Lake et Manning choisissent de l’oublier quelque temps. Le tour de force de Jessica Hawkins est de nous faire comprendre à peu près tous les choix des personnages et pas simplement Lake et Manning. Tiffany dont le rôle est franchement nuisible, qui manipule, se débat dans ses propres problèmes a un côté profondément humain et malgré son rôle très négatif, elle n’est jamais totalement noire et vilaine. Il n’y a aucun manichéisme, seulement la marche lente, difficile, incroyablement lumineuse aussi de deux personnes qui s’aiment profondément, fusionnellement, passionnément, et qui ne parviennent pas à s’oublier. Ils sont imparfaits, ils agacent parfois. Manning se trompe tellement, Lake attend trop… Mais cela les rend très humains.

Les moments de bonheur entre Lake et Manning sont magnifiques, d’un sensualité torride. Elle avait été absente jusqu’alors, ou alors sous forme de tension sexuelle.Là, elle explose ! Manning est somptueux dans le genre. Il flotte pourtant l’impression que tout n’est jamais gagné et on a peur pour eux.

La fin est moins réussie, le dernier twist est prévisible et ce qui devrait être l’apothéose de la relation est un peu calme. L’auteure a fait le choix d’une fin sobre, satisfaisante pour le lecteur mais un brin moins passionnée que tout le reste. Il reste quelques pistes abandonnées comme la relation compliquée de Lake avec son père et sa sœur aussi. Celle-ci est évoquée mais très vite. Il y a aussi le choix de l’auteure de situer son histoire entre 1992 et 2004. À part quelques détails, le fait par exemple que les réseaux sociaux soient largement absents, que ce soit la période du début de la télé-réalité, que septembre 2001 soit un moment-clé des New-Yorkais, ce choix n’est pas facile à expliquer. Mais cela ne gêne en rien le bonheur de lecture.

Il reste une histoire d’amour magnifique, forte d’avoir vaincu tous les obstacles. Certains mots sont d’une beauté incroyable, certains passages d’une beauté absolue, d’autres d’une sensualité folle. Ils souffrent, nous avec, ils s’aiment et on les adore ! Donc ce dernier tome n’atteint peut-être pas le niveau de réussite qu’on aurait souhaité mais il se dévore.

Jessica Hawkins a une écriture d’une efficacité redoutable. Son héros est totalement réussi dans son imperfection. Je vais sérieusement étudier ses livres précédents en me remettant tout doucement des émotions que cette trilogie procure.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *