Le Gardien des secrets – Les trois talents – 2 d’Emma Cavalier

8 novembre 2017

L’aventure de Beth et Lex se poursuit dans le second tome de la série d’Emma Cavalier. Et une fois encore, pas la peine de faire durer le suspense, on est sous le charme du récit de cette auteure qui sait formidablement raconter des histoires qui mêlent comme jamais perversité et intelligence.

Si vous n’avez pas lu le premier tome de cette saga, évitez de commencer le second, vous allez perdre beaucoup en ne sâchant pas ce qui s’est passé avant. Bien évidemment, je vais en révéler le moins possible mais il faut avoir lu ce premier opus avant de lire cette chronique pour éviter tout spoiler.

À la fin du volume précédent, Lex et Beth se séparent. Il s’est produit entre eux des évènements graves qui ont brisé cette relation qui ne disait pas son nom. Lex, vainqueur de la bourse de journalisme part donc à New York où il doit passer un an. Beth a non seulement perdu cet argent potentiel mais le goût de continuer dans la voie du journalisme et a très mal pris la révélation que son père est un certain Dominique Pellegrin qui l’a soigneusement évitée depuis sa naissance. Par un hasard qui n’en est pas vraiment un, étant donné le nombre réduit de gens fréquentant ce milieu, Lex va tomber sur Dominique Pellegrin et sa petite bande d’amis, à New York. Beth, quant à elle, va suivre son propre chemin.

Ce roman est différent du premier où Lex croisait la route de Beth avec les effets que l’on sait. Cette fois, c’est loin de l’autre qu’ils vont évoluer. Leur rencontre a réveillé, chez l’un comme chez l’autre, des souvenirs du passé ou un profond traumatisme. Par ignorance, par mégarde, ils se sont faits du mal et vont tenter de se retrouver ou trouver tout simplement un sens à leur vie. Chacun va le faire à sa manière. Ils ont l’air d’être sur une voie parallèle et d’avoir peu de chances de se croiser. Lex part au devant de ses démons avec en ligne de mire le fascinant Dom Pellegrin (quel nom symboliquement chargé !). Cette ombre fantomatique, ce père absent dont Beth a découvert l’existence si tard, se précise peu à peu et prend corps devant nous à travers les yeux de Lex. Beth, quant à elle, prend la route, dans tous les sens du terme. Elle se retrouve, elle qui ne croit en rien, sur le chemin de Compostelle, à la recherche d’elle-même ou d’une version qu’elle peut accepter.

Tout cela est fait avec intelligence et patience. L’évocation du milieu dans lequel Lex va trouver une famille, fait à la fois d’art et de pratiques sexuelles loin du vanille, est magnifique, vivace, passionnante. Les personnages qu’il rencontre sont tout aussi réussis en commençant par Dom Pellegrin, ce père qui n’a jamais joué son rôle. On peut aussi citer Eviva au nom aussi fort et riche symboliquement d’ailleurs. Si Lex semble y trouver une forme d’épanouissement, c’est plus difficile à dire pour Beth.

En tous cas, tout cela se dévore passionnément. C’est délicieusement érotique, avec l’évocation du BDSM, du bondage japonais, d’une forme de sexualité très débridée mais est saine et équilibrée, plus sans doute qu’on pourrait le croire et que celle considérée comme acceptable par notre société. Les deux héros sont forts et on souffre et on se réjouit pour eux tout au long du roman, qui n’est pas, encore une fois, la fin de leur chemin. Difficile de savoir ce que leur réservera l’avenir. L’auteure, de façon très habile, tend un témoin au troisième tome en suggérant quelques pistes dans l’épilogue. J’attends la conclusion de cette série avec impatience. Elle est superbement écrite, joue avec pas mal de limites sans jamais les franchir et dresse un portrait psychologique impeccable de ses personnages. Ils sont tous fascinants, borderline, mais profondément humains et chaleureux. Un vrai plaisir assez unique dans la littérature érotique.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *