From this moment de Melanie Harlow

12 octobre 2017

Je crois que je préfère encore Melanie Harlow lorsqu’elle laisse tomber l’humour qui flotte dans ses romances pour se concentrer sur l’émotion. Il y en a beaucoup dans ce livre qui nous fait entrer dans l’intimité d’un couple et d’une famille. Nous les connaissons presque puisque pour ceux qui suivent l’œuvre de l’auteure, l’action se situe dans la petite ville rurale du Michigan où vit la famille Valentini que nous pouvons découvrir dans son premier roman publié en France. Nous les croisons d’ailleurs donc si vous voulez les découvrir dans leur propre histoire, ne commencez pas ce roman.

Hannah travaille dans le restaurant des Valentini que Margaux, celle qui est devenue la femme de Jack a contribué à créer. Elle est une sorte de pâtissière, experte des tartes et des gaufres. La jeune femme est au milieu de la trentaine et a perdu brutalement son mari, Drew, d’une crise cardiaque. Elle élève seule sa petite fille, Abby, et essaye de retrouver une vie normale ce qui est très difficile car le choix a été d’une rare brutalité et qu’il n’est pas facile non plus de le faire aux côtés des parents de Drew. Eux aussi souffre de ce deuil. Drew avait un frère jumeau, médecin comme lui mais qui a travaillé pour Médecins Sans Frontières. Il est de retour, un peu pour remplacer son jumeau, notamment pour reprendre le cabinet médical familial. Wes fait peur à Hannah. Il est le portrait craché de son jumeau et elle appréhende fortement d’avoir un rappel constant de son mari défunt. Ce qu’elle ne sait pas c’est que Wes l’aime depuis qu’il l’a rencontrée, il y a bien longtemps et que le simple fait de la revoir va ranimer ses sentiments.

On devine bien entendu où tout cela va aller. Tomber amoureuse du frère de son mari est inconcevable au départ pour Hannah. Non seulement, parce qu’elle n’y a jamais songé, mais aussi parce que cela ne se fait pas. C’est une relation qui semble condamnée dès le départ, jugée très sévèrement par les autres. Celle qui va se révéler la plus difficile est la mère de Wes.

Non, il n’est pas difficile de comprendre où cela va aller mais ce qui est profondément touchant est la justesse avec laquelle Melanie Harlow conduit son intrigue. Hannah est encore d’une grande fragilité au départ. Elle arrive à cette période du deuil où elle souffre de sa solitude et moins de la perte de l’être aimé. Nous allons la suivre pas à pas, dans l’évolution de ses sentiments pour Wes. De la même façon, celui-ci va évoluer. Nous avons droit aux deux points de vue et c’est très utile ici.Wes a lui aussi bien des obstacles à franchir pour se laisser à aimer Hannah. Il est le second frère, celui qui a toujours été plus calme, plus timide, qui a toujours laissé son frère passer le premier y compris auprès de Hannah. Ce sont des héros profondément attachants, chacun dans leur genre. Leurs pensées sont détaillées, expliquées et nous avons l’impression de les connaître tous les deux parfaitement à la fin. Ils sont aussi les membres d’une famille essentiellement composée de la mère et du père de Wes. Leur rôle est important aussi. ce qui est intéressant, c’est que tout sonne juste, rien n’est caricaturé. Personne n’a tort ou raison et il passe un joli message dans le roman sur le fait que juger les autres, penser à leur place n’est bon pour personne. Ni ceux qui subissent, ni ceux qui imposent.

L’histoire touche beaucoup, se déroule avec une certaine lenteur, notamment à la fin. Elle est sexy mais sans doute de façon plus subtile et délicate que les tomes précédents. C’est un ton qui réussit parfaitement à Melanie Harlow. Espérons qu’elle reviendra sur ce petit coin du Michigan qui est décidément bien sympathique. Cette auteure est indéniablement à suivre.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *