Flow – Grip – 0,5 de Kennedy Ryan

6 octobre 2017

Après avoir lu ce prequel, je suis déjà sûre d’une chose , je vais explorer les romances écrites par Kennedy Ryan et surtout la suite de cette histoire car son écriture, l’art avec lequel elle a maîtrisé cette longue nouvelle ou ce court roman m’ont impressionnée. Il y a tellement de choses, bien faites, intelligentes dans ce prequel que nous sommes forcément incités à lire les prochains tomes.

L’histoire commence lorsque Bristol part rejoindre son frère jumeau sur la côte ouest des États-Unis. C’est un voyage longtemps repoussé qui va lui permettre de revoir Rhyson pour la première fois depuis de longues années. Leur relation est très compliquée et a été interrompue brutalement alors que Rhys et Bristol étaient très jeunes. L’adolescent était un musicien surdoué qui a craqué sous la pression et a obtenu son émancipation vis-à-vis de sa famille. Il est parti à l’autre bout du pays, laissant sa jumelle et il a recommencé sa vie en écrivant et produisant la musique des autres. À l’aéroport, Bristol est accueillie par le meilleur ami de son frère, Grip. Cela commence mal car elle n’a pas vraiment envie de faire la connaissance d’autres gens et elle était là pour Rhyson, personne d’autre. Grip rendait un simple service qui va se révéler être une bonne surprise car Bristol lui plaît instantanément.

Le décor est planté et dans ce prequel, la rencontre de Grip et Bristol est autant traité que l’enfance compliqué des deux jumeaux et les difficultés relationnelles qu’ils connaissent. Pour Bristol, Rhyson l’a abandonnée. Quant à lui, il assimile beaucoup la jeune femme à ses parents dont il ne veut plus entendre parler. Cette relation pleine de souffrance, d’un frère et d’une sœur que les circonstances ont arraché l’un à l’autre est déjà une grande réussite. Il y a aussi la rencontre de Grip et Bristol.

Grip déborde de charme et la complexité du personnage, les pistes qu’il offre pour la suite sont passionnantes. Grip est d’origine afro-américaine. C’est suffisamment rare pour le signaler. la romance anglo-saxonne évite la mixité ou la traite avec prudence. Grip se revendique comme Afro-américain et si ce n’est pas un débat militant qui commence, ce n’est pas non plus un sujet tabou. Il est rappeur aussi et Bristol a quelques préjugés sur eux. Le monde de la musique, dans différents genres, de la poésie sont au cœur de cette histoire. Grip est aussi un gros dragueur qui accumule les conquêtes. Mais même ce trait classique du héros de base de la romance est intelligemment mis en scène.

L’alchimie crépite entre les deux héros dès le départ. Pas le temps de trainer, Bristol est là pour une semaine ce que tous deux savent. Attention, qui dit alchimie ne dit pas scène de sexe à la seconde page. Non, c’est une rencontre autant physique qu’intellectuelle. L’auteure réussit à la démontrer amplement dans les dialogues. On sent littéralement qu’ils sont sur la même longueur d’ondes ce qui les effraie autant que ça les ravit.

Ajoutons que l’écriture de l’auteure, simple, directe, est pourtant très fine et parvient complètement à transmettre les émotions, les moindres réactions de ses personnages. Ils sont trois ici car Rhyson semble totalement passionnant lui aussi. La suite se déroule huit ans plus tard et il est évident que la semaine que Bristol a passé en Californie aura eu un impact sur sa vie et celle de Grip. J’ai hâte de savoir lequel !

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *