The Lover – The Bride – 3 de S. Doyle

2 septembre 2017

Voilà l’épilogue ou presque de la mini-série de S. Doyle. Il reste une nouvelle qui revient sur le couple, mais l’essentiel de leur histoire est terminée avec ce roman.

Comme dans les précédents romans, celui-ci commence juste là où le dernier s’est arrêté. Rappelons que nous suivons Jake et Ellie. Leur histoire a commencé de curieuses façons, presque à l’envers par un mariage arrangé entre une très jeune femme et un homme plus âgé. Il n’était alors pas question d’attraction ni d’amour entre eux. Puis, après avoir divorcé et avoir essayé de rétablir une relation purement amicale, le couple se rend vite compte, surtout Ellie, qu’il n’est pas question de cela entre eux.

Ce roman est un peu celui par lequel les autres romances commencent. C’est celui où le couple se rapproche, teste leur attirance et leur compatibilité sexuelle. L’auteure a volontairement choisit de montrer une relation atypique. Ellie et Jake ont été amis, mariés mais sans amour, divorcés justement parce que des sentiments apparaissaient. Les voilà en train de se découvrir après tout cela ! Évidemment, ça change un peu la donne.

Comme à chaque fois, Ellie est le personnage le plus fort. mature, malgré son jeune âge, solide, et très décidée, elle a une idée claire et précise de la relation qu’elle veut avec Jake et du rôle qu’elle veut y jouer. Jake, en ce sens, est intéressant. Plus rétrograde que la jeune femme, il a parfois des réactions de protection ou de prise en charge de la jeune femme qui hérissent, elle la première. Une partie du message du roman est clairement celui de l’égalité homme/femme, subtilement évoquée dans le roman par une balance. Ellie en possède une et elle évalue ses journées, son bonheur en posant les poids d’un côté de la balance. Sa relation avec Jake fonctionne de la même façon. La contrepartie de ce choix est que Jake paraît toujours un peu en retard et en retrait. L’explication de sa réserve, de ses hésitations est donnée d’ailleurs à la fin de ce roman.

C’est également celui où la sexualité fait vraiment son apparition. Jake et Ellie ont du temps à rattraper.

Si on exclut un rebondissement plus que banal et annoncé, cette dernière partie est tout à fait à la hauteur des précédentes. La construction, le message apporté sont plutôt originaux et intéressants mais il y a des passages clairement moins réussis, plus banals.

Cette série est néanmoins est plutôt réussie et je lirai ben sûr l’épilogue dans la quatrième partie, une nouvelle, plus courte. J’espère que S. Doyle continuera dans cette voie car cela fonctionne bien et elle a sa petite voix assez personnelle finalement.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *