Drunk Dial de Penelope Ward

24 août 2017

Penelope Ward seule ou avec sa collègue Vi Keeland multiplient les sorties et publient des romances toujours émouvantes et amusantes à la fois. Quand elle écrit seule, l’émotion est peut-être encore un peu plus forte et travaillée et c’est le cas ici avec une romance qui revient encore sur un thème que l’auteure exploite très souvent, celui de la parentalité, des rapports enfants/parents.

Tout commence par une scène assez rigolote où Rana, une jeune femme qui vit dans le Michigan va téléphoner à un de ses camarades. Landon était en réalité le fils des logeurs des parents de Rana et quand sa famille a été expulsée alors qu’ils avaient treize ans, ils se sont perdus de vue. Pourtant Rana n’a jamais oublié Landon et alors qu’elle se morfond un peu dans l’alcool un soir, elle prend son téléphone et contacte le jeune homme. ils ont maintenant vingt-six ans et Landon va, on s’en doute être un peu surpris mais en même temps ravi de renouer avec Rana qu’il aimait beaucoup.

Dans le récit, ce passage est le moins crédible car, très vite, Rana et Landon vont s’entendre superbement et de tendres sentiments vont naître en eux. À distance qui plus est puisque Rana est toujours dans le Michigan et Landon vit maintenant à Los Angeles. Mais sincèrement la force des personnalités des deux personnages font oublier ce démarrage un peu trop facile de leur liaison. Rana touche tout particulièrement. Elle a grandi dans un foyer où son père plus âgé, était trompée par sa mère qui a fini par les abandonner. Jeune fille au physique ingrat, elle a eu une adolescence compliquée. Maintenant, elle a changé et est devenue…danseuse du ventre. Elle fait cela pour l’argent et a une vie un peu triste et solitaire. Chose rare dans la romance anglo-saxonne, Rana est d’origine orientale et même si ce n’est pas le sujet du livre du tout, il est bon d’avoir une héroïne un peu originale de ce point de vue. Landon lui aussi a fait du chemin mais il frappe tout de suite par son extrême gentillesse et son côté sexy.

En réalité, les deux héros partagent beaucoup plus que leur passé commun dans le Michigan. je n’en dirai pas plus car les livres de Penelope Ward repose toujours sur des révélations assez spectaculaires au cours du roman et il y en a pas mal ici. Sachez simplement que plus on en apprend sur les personnages, plus ils touchent : Landon par son extrême gentillesse et par son passé douloureux, lui aussi ; Rana a un long chemin à faire de son côté. Au coeur de tout cela, il y a l’amour très joli, très fort qui naît entre eux et, comme je le disais, les thèmes favoris de Penelope Ward. Il est beaucoup question des rapports entre parents et enfants, du fait que les erreurs du passé peuvent toujours être rattrapées… Cela peut paraître un peu gentillet et facile mais ça fait du bien aussi.

Comme souvent, on est vite embarqués dans les romans de l’auteure et on passe sur les petits défauts, sur le fait que l’auteure parle souvent de la même chose. Les dialogues sont bons, il y a une foule de petits détails tendres et amusants, des personnages très attachants. C’est de la bonne romance contemporaine.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.