Premier chapitre de Mon Tourmenteur d’Anna Zaires

26 juin 2017

Ce roman sort le 30 juin et vous fait entrer dans la vie de Peter Sokolov, un personnage secondaire des précédentes séries d’Anna Zaires. Voilà son histoire et ce premier tome est brillant!

 

 

Chapitre 1

5 ans plus tôt, monts du Caucase du Nord

Peter

 

— Papa !

Le cri aigu est suivi par l’écho de petits pieds alors que mon fils se propulse dans l’encadrement de la porte, ses boucles foncées bondissant autour de son visage illuminé.

En riant, j’attrape son petit corps robuste comme il se jette sur moi.

— Je t’ai manqué, pupsik ?

— Oh oui !

Ses petits bras entourent mon cou et j’inspire profondément, sa douce odeur d’enfant emplissant mon nez. Bien que Pasha ait presque trois ans, il sent encore le lait, le bébé en bonne santé et l’innocence.

Je le serre fort et la froideur qui m’habite est chassée par une chaleur lumineuse qui emplit ma poitrine. La sensation est douloureuse, comme si j’étais submergé dans de l’eau chaude après avoir été gelé, mais c’est une bonne douleur. Elle me fait sentir vivant, remplit toutes les fissures vides en moi, jusqu’à ce que j’aie presque l’impression d’être complet et de mériter l’amour de mon fils.

— Tu lui as manqué, dit Tamila, en entrant dans le hall.

Comme toujours, elle se déplace discrètement, presque sans bruit, les yeux baissés. Elle ne me regarde pas directement. Depuis son enfance, on lui a appris à éviter le regard des hommes. Je ne vois donc que ses longs cils noirs, alors qu’elle fixe le plancher. Elle porte un foulard traditionnel qui dissimule sa longue chevelure foncée, et sa robe grise est longue et informe. Pourtant, elle me semble toujours belle, aussi belle que lorsqu’elle s’est glissée dans mon lit, trois ans et demi plus tôt, pour échapper à un mariage avec un ancien du village.

— Et vous m’avez tous deux manqué, dis-je, alors que mon fils pousse sur mes épaules, voulant être reposé.

En souriant, je le dépose au sol et il attrape immédiatement ma main, la tirant vers lui.

— Papa, veux-tu voir mon camion ? Veux-tu, papa ?

— Bien sûr, dis-je, en souriant de plus belle, alors qu’il me tire à sa suite vers la salle de séjour.

— Quel genre de camion ?

— Un gros camion !

— Oh, montre-le-moi.

Tamila nous suit, et je réalise que je ne lui ai pas encore adressé la parole. En m’arrêtant, je me retourne et regarde ma femme.

— Comment vas-tu ?

Elle me jette un œil à travers ses cils.

— Je vais bien. Je suis heureuse de te voir.

— Et je suis heureux de te voir.

Je veux l’embrasser, mais je la rendrais mal à l’aise si je le fais devant Pasha, alors je me retiens. Je lui caresse plutôt la joue, doucement, puis je laisse mon fils me tirer vers son camion, celui que je lui ai envoyé de Moscou, il y a trois semaines.

Il me montre avec fierté toutes les particularités de son jouet alors que je m’accroupis à ses côtés, en observant son visage animé. Il possède la beauté sombre et exotique de Tamila, jusqu’aux cils, mais il a un peu de moi aussi en lui, même si je ne peux pas vraiment mettre le doigt dessus.

— Il possède ta témérité, dit Tamila doucement, en s’agenouillant près de moi. Et je crois qu’il sera aussi grand que toi, même s’il est probablement trop tôt pour le savoir.

Je la regarde. Elle me surprend souvent ainsi, m’observant avec tant d’attention que j’ai l’impression qu’elle lit dans mes pensées. Bien qu’il ne soit pas difficile de deviner mes pensées ; j’ai tout de même demandé un test de paternité avant la naissance de Pasha.

— Papa, papa.

Mon fils tire sur ma main à nouveau.

— Joue avec moi.

Je ris et reporte mon attention sur lui. Pendant l’heure qui suit, nous jouons avec le camion et une dizaine d’autres jouets, chacun d’entre eux, un type de véhicule. Pasha est obnubilé par les véhicules-jouets, des ambulances aux voitures de course. Peu importe le nombre de jouets que je lui offre, il joue uniquement avec ceux qui possèdent des roues.

Après le jeu, nous dînons, et Tamila donne le bain à Pasha avant l’heure du coucher. Je remarque que la baignoire est craquée et je prends note d’en commander une nouvelle. Le petit village de Daryevo est haut dans les monts Caucase et difficile d’accès. Je ne peux donc pas demander une livraison normale d’un magasin, mais j’ai les moyens de faire monter des choses ici.

Lorsque je mentionne l’idée à Tamila, elle relève les yeux et me lance l’un de ses rares regards directs, accompagné d’un sourire lumineux.

— Ce serait vraiment bien, merci. Je dois essuyer le plancher pratiquement tous les soirs.

Je lui retourne son sourire et elle termine le bain de Pasha. Une fois qu’il est sec et vêtu de son pyjama, je le porte jusqu’à son lit et lui lis une histoire de son livre préféré. Il s’endort presque immédiatement et j’embrasse son front lisse, mon cœur se serrant sous l’effet d’une émotion puissante.

De l’amour. Je le reconnais, même si je ne l’ai jamais ressenti avant, même si un homme comme moi n’a aucun droit de le ressentir. Aucun de mes actes passés n’a d’importance ici, au cœur de ce petit village du Daguestan.

Lorsque je suis auprès de mon fils, le sang sur mes mains ne brûle pas mon âme.

Soucieux de ne pas réveiller Pasha, je me lève et sors silencieusement de la petite pièce qui lui sert de chambre. Tamila m’attend déjà dans notre chambre, alors j’enlève mes vêtements et la rejoins dans le lit, lui faisant l’amour aussi tendrement que je le peux.

Demain, je devrai faire face à la laideur de mon monde, mais ce soir, je suis heureux.

Ce soir, je peux aimer et être aimé.

* * *

— Ne pars pas, papa.

Le menton de Pasha tremble alors qu’il retient avec peine ses larmes. Tamila lui a dit quelques semaines plus tôt que les grands garçons ne pleurent pas, et il fait de son mieux pour être un grand garçon.

— Je t’en prie, papa. Reste un peu plus longtemps.

— Je serai de retour dans deux semaines, lui dis-je, en m’accroupissant à la hauteur de ses yeux. Je dois aller travailler, vois-tu.

— Tu dois toujours travailler.

Son menton tremble un peu plus et ses grands yeux bruns débordent de larmes.

— Pourquoi je ne peux pas y aller avec toi ?

Des images du terroriste que j’ai torturé la semaine dernière emplissent mon esprit, et il me faut toute ma force pour garder une voix égale, alors que je lui réponds :

— Je suis désolé, Pashen’ka. Mon travail n’est pas un endroit pour les enfants.

Ou même pour les adultes, mais je me tais. Tamila sait un peu ce que je fais au sein d’une unité spéciale de la Spetsnaz, les forces spéciales russes, mais elle ignore tout des réalités sombres de mon monde.

— Mais je serai tranquille.

Il pleure maintenant à chaudes larmes.

— Je te le promets, papa. Je serai tranquille.

— Je sais.

Je l’attire contre moi et le serre étroitement, son petit corps tremblant sous les sanglots.

— Tu es mon bon garçon, et tu dois être bon pour maman pendant mon absence, oui ? Tu dois prendre soin d’elle, comme un grand garçon.

Ces mots semblent magiques, car il renifle et se recule.

— Oui.

Son nez coule et ses joues sont humides, mais son petit menton est résolu lorsqu’il croise mon regard.

— Je vais prendre soin de maman, je le promets.

— Il est si intelligent, dit Tamila, en s’agenouillant à mes côtés pour prendre Pasha dans ses bras. Il semble plus près des cinq ans que des trois ans.

— Je sais.

Ma poitrine se gonfle de fierté.

— Il est incroyable.

Elle sourit et croise mon regard à nouveau, ses grands yeux bruns si semblables à ceux de Pasha.

— Sois prudent et reviens-nous vite, d’accord ?

— D’accord.

Je me penche pour lui embrasser le front, avant d’ébouriffer la tignasse soyeuse de Pasha.

— Je serai de retour en un clin d’œil.

* * *

Je me trouve à Grozny, en Tchétchénie, vérifiant une piste concernant un nouveau groupe radical d’insurgés, lorsque j’apprends la nouvelle. C’est Ivan Polonsky, mon supérieur à Moscou, qui m’appelle.

— Peter.

Sa voix est d’une rare gravité, lorsque je prends l’appel.

— Il y a eu un incident à Daryevo.

Mes entrailles se glacent.

— Quel genre d’incident ?

— Une opération qui ne nous a pas été communiquée. L’OTAN était impliquée. Il y a eu des… victimes.

La glace en moi se répand me déchirant de ses rebords tranchants et j’ai toutes les peines du monde à prononcer les mots, ma gorge serrée.

— Tamila et Pasha ?

— Je suis désolé, Peter. Certains villageois ont été tués pendant l’opération et…

Je l’entends déglutir.

— … les rapports préliminaires démontrent que Tamila était dans les victimes.

Mes doigts serrent le téléphone à le briser.

— Et Pasha ?

— Nous ne le savons pas encore. Il y a eu plusieurs explosions et…

— Je suis en route.

— Peter, attends…

Je raccroche et sors à la course.

* * *

Je vous en prie, je vous en prie, je vous en prie, faites qu’il soit vivant.

Je n’ai jamais été religieux, mais alors que l’hélicoptère militaire passe au-dessus des montagnes, je prie, je supplie et je marchande avec ce qu’il y a là-haut, peu importe ce dont il s’agit, pour un petit miracle, pour sa clémence. La vie d’un enfant est insignifiante à l’échelle de l’univers, mais elle m’est essentielle.

Mon fils est ma vie, ma raison d’être.

Le grondement des hélices est assourdissant, mais ce n’est rien par rapport aux hurlements dans ma tête. J’ai peine à respirer, je ne peux pas penser à travers la rage et la peur qui m’étouffent de l’intérieur. J’ignore comment Tamila est morte, mais j’ai vu assez de cadavres pour imaginer son corps, pour imaginer avec une précision acérée comment ses yeux magnifiques sembleront vides et aveugles, sa bouche molle et tâchée de sang sec. Et Pasha…

Non, je ne peux pas y penser. Pas avant d’être sûr.

Ce n’était pas censé arriver. Daryevo est à des lieues de tout point chaud du Daguestan. C’est un petit village pacifique, sans aucun lien avec des groupes d’insurgés. Ils devaient y être en sécurité, loin de la violence de mon univers.

Faites qu’il soit vivant. Faites qu’il soit vivant.

Le trajet semble éternel, mais enfin, nous passons le couvert nuageux et j’aperçois le village. Ma gorge se resserre, me coupant le souffle.

De la fumée monte de différents bâtiments dans le centre et des soldats armés parcourent le village.

Je saute de l’hélicoptère au moment même où il touche le sol.

— Peter, attends. Tu as besoin d’une autorisation, lance le pilote, mais je cours déjà, écartant les gens sur mon passage.

Un jeune soldat tente de m’arrêter, mais je lui arrache son M16 et le mets en joue.

— Montre-moi les corps. Tout de suite.

Je ne sais pas si c’est l’arme ou la note meurtrière dans ma voix, mais le soldat obéit, se déplaçant en hâte vers une cabane au bout de la rue. Je le suis, l’adrénaline comme une vase toxique dans mes veines.

Faites qu’il soit vivant. Faites qu’il soit vivant.

J’aperçois les corps derrière la cabane, certains soigneusement disposés, d’autres empilés sur l’herbe parsemée de neige. Il n’y a personne autour ; les soldats doivent tenir les villageois éloignés pour l’instant. Je reconnais certains des morts immédiatement ; l’ancien du village fiancé à Tamila, la femme du boulanger, l’homme qui m’a déjà vendu du lait de chèvre, mais il y en a d’autres que je ne reconnais pas, en partie en raison de l’ampleur de leurs blessures, mais aussi parce que je n’ai pas passé beaucoup de temps au village.

Je n’ai pratiquement pas passé de temps ici, et maintenant ma femme est morte.

Me ressaisissant, je m’agenouille près d’un corps féminin élancé, dépose le M16, et déplace le foulard couvrant son visage. Une partie de son visage a été pulvérisée par une balle, mais je peux suffisamment distinguer ses traits pour savoir qu’il ne s’agit pas de Tamila.

Je passe au prochain corps de femme, celui-ci est troué de plusieurs balles dans la poitrine. Il s’agit de la tante de Tamila, une femme timide dans la cinquantaine qui m’avait adressé moins de cinq mots au cours des trois dernières années. Pour elle et le reste de la famille de Tamila, j’étais un étranger, un étranger effrayant venant d’un monde différent. Ils n’avaient pas compris la décision de Tamila de m’épouser, ils l’avaient même condamnée, mais Tamila n’en avait cure.

Elle avait toujours été indépendante comme ça.

Un autre corps féminin attire mon attention. La femme est étendue sur le côté, mais la douce courbe de son épaule est douloureusement familière. Ma main tremble alors que je la retourne, et une douleur cuisante me transperce lorsque j’aperçois son visage.

La bouche de Tamila est aussi molle que je l’imaginais, mais ses yeux ne sont pas vides. Ils sont fermés, ses longs cils roussis, et ses paupières sont collées par le sang. Sa poitrine et ses bras sont couverts de sang, rendant sa robe grise presque noire.

Ma femme, la belle jeune femme qui avait eu le courage de choisir sa propre destinée, est morte. Elle est morte sans jamais avoir quitté son village, sans avoir vu Moscou comme elle en rêvait. Sa vie s’est éteinte avant qu’elle n’ait la chance de vivre, et tout est de ma faute. J’aurais dû être là, j’aurais dû les protéger, Pasha et elle. Bordel, j’aurais dû être au fait de cette putain d’opération ; personne n’aurait dû se trouver ici sans en avoir informé mon équipe.

Je sens la rage m’envahir, combinée à une douleur et à une culpabilité atroces, mais je l’écarte et m’efforce de continuer mes recherches. Il n’y a que des adultes dans les rangées, mais il y a encore cette pile.

Faites qu’il soit vivant. Je suis prêt à tout du moment qu’il est vivant.

J’ai les jambes en coton alors que je m’approche de la pile. Le sol est jonché de membres arrachés et les corps sont mutilés au point d’empêcher toute identification. Il doit s’agir des victimes des explosions. J’écarte chaque corps, fourrageant à travers les membres. L’odeur viciée de sang et de chair calcinée pèse dans l’air. Un homme normal aurait vomi depuis longtemps, mais je n’ai jamais été normal.

Faites qu’il soit vivant.

— Peter, attends. Une équipe spéciale est en route et elle ne veut pas que nous touchions aux corps.

Il s’agit du pilote, Anton Rezov, qui s’approche de l’arrière de la cabane. Nous travaillons ensemble depuis des années et je le considère comme un ami proche, mais s’il tente de m’arrêter, je le tuerai.

Sans répondre, je poursuis ma tâche macabre, observant chaque membre et buste brûlé avant de l’écarter. La plupart des restes semblent appartenir à des adultes, bien que je tombe aussi sur quelques membres appartenant à des enfants. Ils sont toutefois trop gros pour être ceux de Pasha et je suis assez égoïste pour m’en réjouir.

Puis, je l’aperçois.

— Peter, tu m’as compris ? Tu ne peux rien faire pour l’instant.

Anton fait mine d’agripper mon bras, mais avant qu’il puisse m’atteindre, je me retourne, ma main se resserrant automatiquement. Mon poing s’écrase contre sa mâchoire et il chancelle sous le coup, ses yeux roulant dans leurs orbites. Je ne le regarde pas tomber ; je suis déjà en mouvement, fourrageant dans la pile de corps, jusqu’à atteindre la petite main que j’ai aperçue plus tôt.

Une petite main serrant une petite voiture brisée.

Je vous en prie, je vous en prie. Faites que ce soit une erreur. Faites qu’il soit vivant. Faites qu’il soit vivant.

Je me mets à la tâche comme un homme possédé, toute mon attention fixée sur un seul but : atteindre cette main. Certains des corps sur le dessus sont pratiquement entiers, mais je ne sens pas leur poids alors que je les écarte violemment. Je ne sens pas la douleur de mes muscles éreintés ni la puanteur révoltante de la mort violente. Je me contente de me baisser, de soulever et de jeter les corps, jusqu’à me retrouver entouré de corps et ensanglanté.

Je ne m’arrête qu’au moment où le petit corps est entièrement exposé, et qu’il ne reste plus aucun doute.

En tremblant, je tombe à genoux, mes jambes incapables de me soutenir.

Par un quelconque miracle, la moitié droite du visage de Pasha est intacte, sa douce peau de bébé n’arbore pas même une égratignure. L’un de ses yeux est fermé, sa petite bouche entrouverte, et s’il avait été étendu sur le côté comme Tamila, on aurait pu croire qu’il dormait. Mais il n’est pas étendu sur le côté et je vois le trou béant où l’explosion a pulvérisé la moitié de son crâne. Il lui manque son bras gauche et la moitié de sa jambe en dessous du genou. Son bras droit, toutefois, est indemne, ses doigts serrant convulsivement la petite voiture.

Au loin, j’entends un hurlement, un son brisé et fou empli de rage inhumaine. Ce n’est que lorsque je me retrouve à serrer le petit corps contre moi que je réalise que le cri vient de moi. Je me tais alors, mais je ne peux m’empêcher de me balancer d’avant en arrière.

Je ne peux arrêter de le serrer contre moi.

Je ne sais pas combien de temps je reste ainsi, serrant les restes de mon fils, mais il fait noir lorsque les soldats de l’équipe spéciale arrivent enfin. Je ne les repousse pas. Ça ne sert à rien. Mon fils n’est plus, sa lumière éclatante s’étant éteinte avant même d’avoir eu la chance de briller.

— Je suis désolé, dis-je dans un murmure, alors qu’ils me traînent au loin.

Avec chaque mètre de distance entre nous, je sens le froid en moi croître, les vestiges de mon humanité s’écoulant de mon âme. Il n’y a plus de supplication, plus de marchandage avec quiconque ou quoi que ce soit. Je suis sans espoir, dépourvu de chaleur et d’amour. Je ne peux plus revenir en arrière et serrer mon fils plus longtemps, je ne peux plus rester avec lui comme il me l’a demandé. Je ne peux pas amener Tamila à Moscou l’an prochain comme je le lui ai promis.

Je n’ai plus qu’une seule chose à faire pour ma femme et mon fils, une chose qui me forcera à vivre.

Je les ferai payer.

Chacun de leurs tueurs.

Ils répondront de ce massacre de leurs vies.

 

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *