Love me in the dark de Mia Asher

13 mai 2017

Je crois être passée complètement à côté de ce roman. Il est bien écrit, l’auteure est parvenue quelques fois à m’embarquer pour mieux me relâcher deux pages plus loin.Elle a un talent évident et certains semblent admirer ces romans. Pour ma part, je n’ai pas adhéré du tout à l’histoire au point de m’ennuyer ferme.

L’histoire commence pourtant très bien même si le prologue est dramatique et met en place le passé de Sébastien, le héros. Il est français, c’est un artiste, un peintre, et il va être touché par une perte qui va durablement marquer sa vie. Quant à l’héroïne, Valentina… j’ai eu beaucoup de mal à compatir à ses malheurs. Elle est mariée à un homme riche, William et a coulé des jours heureux jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il la trompe. Depuis, leur mariage est très fragile malgré les excuses de William. Pour tenter de recoller les morceaux définitivement, il lui propose un séjour à Paris. Elle accepte mais va finalement s’y retrouver seule et rencontre Sébastien.

Beaucoup de choses m’ont posé problème. La première est que Paris doit avoir aux yeux de Mia Asher, la taille d’un timbre poste puisque les deux héros vont se rencontrer un nombre de fois incalculable par pur hasard. À croire qu’il n’y a que deux rues à Paris. Encore mieux, ils sont voisins, ce qui est for pratique pour les rapprocher mais semble un brin paresseux de la part d’une auteure qui a du talent, c’est évident. Et quand la jeune femme trouve un emploi – dont elle n’a guère besoin – dans une boutique de fleurs après un « entretien » avec un patron qui ne parle pas anglais mais lui donne le boulot tout de suite… on hausse les yeux au ciel. Passons là-dessus, ce n’est pas le plus grave. Je n’ai pas non plus adhéré à leur rencontre fortuite et à un Sébastien audacieux qui va immédiatement tenter de séduire Valentina. Ce n’est pas très crédible.

Ce qui est plus réussi est les difficultés de la jeune femme à se positionner. Elle est un peu perdue, a des souvenirs de son mariage quand il était heureux, de son époux aimant. Son coeur balance, elle ne sait plus trop où elle en est et Sébastien est follement séduisant. La suite de l’histoire pourtant ne convainc pas tout à fait, Mia Asher caricaturant certains de ses personnages.

L’écriture est belle pourtant et c’est d’autant plus dommage mais les atermoiements de Valentina ennuient car on ne les comprend pas très bien. Elle est manipulée, pas très fine. Il reste aussi une visite de Paris un peu touristique. on sent que l’auteure aime et connaît notre capitale mais il est peut-être difficile de nous convaincre de sa vision et de la réalité de son héros français.

Je suis déçue de ce roman. La couverture très séduisante – décidément les hommes qui fument reviennent à la mode ! –, le résumé plutôt attractif, le fait que le héros soit français… tout cela m’avait donné de grandes espérances, mais l’histoire m’a parue peu convaincante, l’héroïne faible et le héros ne suffit pas à emporter l’adhésion. Dommage.

One Comment

  • Duca 30 mai 2017 at 18 h 26 min

    Je suis assez d’accord, ce livre est vraiment en dessous, mais si vous n’avez jamais lu Arsen, je vous le conseille vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *